DE | FR
Vidéo: watson
Copin comme cochon

«Le chef a pas amené les croissants ce matin... Journée de merde»

Marie-Adèle Copin aime se plaindre. Notamment de son chef qui oublie d'acheter des croissants ou de ses collègues qui font des gâteaux pas bons.
26.01.2022, 18:1227.01.2022, 07:19
Suivez-moi

Ce n'est pas parce que certains collègues apportent des gâteaux au travail qu'ils vont s'attirer les bonnes grâces de Marie-Adèle. Encore faut-il que les pâtisseries soient comestibles.

Et que personne n'essaie de lui adresser la parole si le chef n'a pas acheté des croissants. C'est simple, quiconque oserait lui dire bonjour se ferait mordre.

Oui, Marie-Adèle mord. Mais elle mord aussi s'il y a des croissants et que le sac de la boulangerie traîne toute la journée sur la table de la cuisine, et que personne ne daigne ramasser les miettes...

Vidéo: watson

Elle n'aime pas quand ses collègues font des gâteaux pas bons, mais elle n'aime pas non plus ceux qui ne viennent pas tout court.

Pour les fans absolus, voici la tronche de Marie-Adèle:

1 / 24
Pour les fans absolus, voici la tronche de Marie-Adèle
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus de Copin Comme Cochon

«Avec vos quotes ''inspirantes'' sur Insta... Vous méritez la lèpre»

Link zum Artikel

«Oui, j'ai une coupe de Karen, donc j'ai le droit d'être méchante»

Link zum Artikel

«Megève c'est pas une montagne, c'est une colline»

Link zum Artikel

Les restos gastros: «Le chef vient te parler à la fin et t'as jamais rien à lui dire»

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Les restos gastros: «Le chef vient te parler à la fin et t'as jamais rien à lui dire»
Marie-Adèle Copin aime râler, juger, critiquer. Même quand elle se fait un resto gastro qui ne lui a pas coûté un centime.

Pas la peine d'essayer de l’embrouiller avec une histoire de «yuzu caramélisé sur son lit de confit d'agneau», de toute façon, après le troisième plat, elle ne se rappelle de rien. Marie-Adèle, elle, est là pour bouffer trop de pain, sur lequel elle étale une bonne couche de beurre. Ah oui, et elle est là pour les cinq bouteilles de rouge, évidemment.

L’article