DE | FR
Un Boeing 737-400 avec l'immatriculation RA-73067 des compagnies aériennes UTair sur la piste, à l'aéroport international de Roschino (Tyumen, Russie), en avril 2022.
Un Boeing 737-400 avec l'immatriculation RA-73067 des compagnies aériennes UTair sur la piste, à l'aéroport international de Roschino (Tyumen, Russie), en avril 2022.Image: Shutterstock

Les avions de lignes russes tombent en pièces et deviennent dangereux

Au début de la guerre en Ukraine, la Russie s'est accaparé les avions qu'elle louait à l'Occident. Problème: les pièces d'un avion doivent être remplacées régulièrement et celles-ci sont fabriquées... en Occident. Ce qui commence à poser de sérieux problèmes de sécurité.
24.06.2022, 21:1827.06.2022, 12:54

La Russie pensait avoir réalisé un bon coup en ré-immatriculant sur son territoire la grande quantité d'avions qu'elle louait jusque-là à des pays occidentaux et dont elle n'est donc pas propriétaire. Mais comme le relève le média Wired, c'était sans compter sur le fait qu'un avion s'use vite et que, par conséquent, il faut pouvoir changer certaines de leurs pièces pour qu'ils puissent continuer à voler.

Exemple: les pneus. Tous les 120 à 400 vols (cela dépend des cas), ils commencent à ne plus être fiables. Des Airbus ou Boeing «effectuant de courtes liaisons intérieures peuvent effectuer quatre trajets par jour, ce qui signifie que les roues doivent être remplacées tous les un à trois mois», explique le média américain. Or, les pneus de rechange de ces appareils ultra-précis sont fabriqués par les sociétés aérospatiales européennes qui ont cessé leurs exportations vers la Russie.

Mais il y a d'autres problèmes:

«Les avions sont alimentés par des systèmes informatiques qui nécessitent une maintenance régulière, certains systèmes étant programmés pour s'éteindre après un certain nombre de cycles de vol ou de jours calendaires et se réinitialiser. Cela comprend les moteurs d'avion et les groupes auxiliaires de puissance, le générateur d'électricité qui pompe l'air comprimé à travers la cabine en vol et alimente le déclenchement du moteur lorsque l'avion est mis en marche pour la première fois.»
Bloomberg

Cannibalisme aéronautique

«Pour l'instant, le trafic aérien russe ne semble pas trop souffrir», observe le média korii, qui poursuit, de manière très drôle: «les vols vers de nombreux Etats leur étant interdits et les avions étant conservés dans le pays pour ne pas être saisis par leurs propriétaires, les compagnies russes disposent en réalité de suffisamment d'appareils pour déshabiller Paul pour rhabiller Pierre, dans un épisode de cannibalisme aéronautique assez inédit.»

Une production des pièces manquantes par des entreprises russes est-elle envisageable? Non, d'après Bloomberg, car il s'agirait de fabriquer des éléments précis pour des engins qu'elles n'ont pas conçus. Mais Moscou pourrait se tourner vers des pays amis, ce qui ouvrirait la porte à l'utilisation de pièces non homologuées, une hypothèse terrorisante dans le domaine de l'aviation. En clair: les experts consultés par WIRED assurent qu'ils ne se précipiteraient pas pour monter dans un avion opérant actuellement en Russie. (jof)

Cette manifestante antiguerre se fait agresser en Russie

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Russes manquent de tout: «Mettez des tampons hygiéniques dans vos plaies»
Une vidéo qui circule actuellement sur les réseaux sociaux montre une officière russe qui prépare les réservistes à leur prochaine mission. Elle demande aux soldats d'acheter eux-mêmes le matériel dont ils ont besoin. Sur leur liste, des tampons hygiéniques.

On sait depuis longtemps qu'une grande partie des Russes n'ont pas hâte d'être enrôlés dans la guerre en Ukraine. Depuis l'annonce de la mobilisation partielle par le président Vladimir Poutine, de nombreux hommes ont pris la fuite.

L’article