DE | FR

Mogadiscio bascule en partie sous contrôle de miliciens de l'opposition

Demonstrators from Somali anti-government opposition groups stand on photographs of the president in the Fagah area of Mogadishu, Somalia Sunday, April 25, 2021. Gunfire was exchanged Sunday between government forces loyal to President Mohamed Abdullahi Mohamed, who signed into law on April 14 a two year extension of his mandate and that of his government, and other sections of the military opposed to the move and sympathetic to former presidents Hassan Sheikh Mohamud and Sharif Sheikh Ahmed. (AP Photo/Farah Abdi Warsameh)

Un tract contre le président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit «Farmajo». Image: AP

Certaines zones de la capitale somalienne sont tombées sous le contrôle des opposants politiques au président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit «Farmajo».



Des soldats pro-opposition, lourdement armés, contrôlaient lundi certaines zones de Mogadiscio au lendemain d'affrontements avec l'armée somalienne, ranimant le spectre des combats urbains entre factions claniques rivales. Ces derniers ont ravagé la capitale dans le passé.

Bild

Dans la nuit, des hommes armés ont érigé, dans plusieurs fiefs de l'opposition, des barrages — parfois de tas de sable et de troncs d'arbres — qu'ils surveillent avec des véhicules équipés de mitrailleuses.

«Les forces armées somaliennes et les combattants pro-opposition ont chacun pris position le long de certaines routes-clés, certains transports publics circulent, mais dans certaines zones, ils ne permettent à personne de bouger.»

Abdullahi Mire, un habitant de Mogadiscio.

Dimanche, une manifestation de partisans de l'opposition contre l'extension du mandat du président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit «Farmajo», accompagnés d'hommes armés, a été émaillée d'échanges de tirs avec les forces de sécurité somaliennes dans plusieurs quartiers. (ats)

Tchernobyl, c'était il y a 35 ans

1 / 8
Tchernobyl, c'était il y a 35 ans
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Israël bombarde la bande de Gaza en réponse à des ballons incendiaires

Link zum Artikel

A peine réélu, le président tchadien est mort au front

Au pouvoir depuis 1990, le président tchadien Idriss Déby Itno est mort des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée. Ce militaire de carrière venait d'être réélu.

Le président tchadien Idriss Déby Itno est décédé mardi des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée dans des combats contre des rebelles durant le week-end. Il avait 68 ans. Un de ses fils lui a succédé mardi à la tête d'un conseil militaire.

Ce militaire de carrière s'est emparé du pouvoir en 1990 à l'issue d'un coup d'Etat. Il venait d'être réélu pour un mandat de 6 ans avec 79,32% des suffrages exprimés, selon des résultats provisoires.

Des ministres et des officiers de …

Lire l’article
Link zum Artikel