DE | FR

Une start-up veut recréer des mammouths, 4000 ans après leur extinction

Un visuel en 3D du mammouth, que veut recréer une start-up américaine spécialisée en technique de manipulation génétique.
Un visuel en 3D du mammouth, que veut recréer une start-up américaine spécialisée en technique de manipulation génétique.
Image: twitter
L'idée de cette entreprise américaine, de vouloir redonner vie à un animal en utilisant la génétique, ne fait pas l'unanimité dans la communauté scientifique.
14.09.2021, 05:5314.09.2021, 16:39

Que les mammouths laineux, espèce éteinte il y a 4000 ans, foulent à nouveau le sol arctique est le défi que tente de relever, à l'aide de techniques de manipulation génétique, l'entreprise américaine Colossal:

«Nous allons lancer un modèle pratique et efficace de dé-extinction et nous serons la première entreprise à appliquer des techniques avancées de modification génétique pour réintégrer le mammouth laineux dans la toundra arctique»

Certains chercheurs s'inquiètent des risques

La dé-extinction, concept qui consiste à créer un animal similaire à une espèce éteinte en utilisant la génétique, ne fait pas l'unanimité dans la communauté scientifique, certains chercheurs doutant notamment de sa faisabilité ou s'inquiétant des risques de son application:

«Il y a des tas de problèmes qui vont se poser lors de ce processus»
La biologiste Beth Shapiro
«Il n'y aura plus jamais de mammouths sur terre. Si cela fonctionne, ce sera un éléphant chimérique, un organisme totalement nouveau, synthétique et génétiquement modifié.»
Tori Herridge, biologiste et paléontologue au muséum d'histoire naturelle de Londres

Créer une espèce hybride

Créée par l'entrepreneur Ben Lamm et le généticien George Church, leur start-up entend insérer des séquences d'ADN de mammouths laineux, collecté sur des restes préservés dans le sol sibérien, dans le génome d'éléphants d'Asie, afin de créer une espèce hybride:

  • Les éléphants d'Asie et les mammouths laineux ont un ADN similaire à 99,6%, souligne Colossal sur son site internet;
  • La création de ces pachydermes hybrides, puis leur réintroduction dans la toundra doit permettre «de restaurer des écosystèmes disparus qui pourront aider à stopper, voire à inverser les effets du changement climatique», assure encore l'entreprise;
  • Les mammouths laineux génétiquement modifiés pourraient notamment «redonner vie aux prairies arctiques», qui permettent de capter le dioxyde de carbone et de supprimer le méthane, deux gaz à effet de serre, toujours selon les deux entrepreneurs.

L'entreprise de biotechnologie est parvenue à lever 15 millions de dollars de fonds privés pour accomplir cet objectif, qui est accueilli avec scepticisme par certains experts. (ats/jch)

En attendant les mammouths: Copin comme cochon: Les champignons

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

C'est quoi ce «Tinder» albanais made in Switzerland?

Une start-up suisse a créé une application de rencontre téléchargée près de 350 000 fois. Elle est utilisée dans toute l’Europe et s’adresse aux Albanaises et aux Albanais. Mais elle se heurte à des problèmes de protection des données.

Aujourd’hui, pour trouver l’amour sur Internet, les utilisateurs ont le choix: Tinder, Bumble, Grindr, Parship, C-Date, etc. Il existe également des apps de niche qui ciblent les personnes qui aiment les chiens, les personnes croyantes ou encore….la population albanaise.

Oui, vous avez bien lu: il existe bel et bien une app qui vise une population spécifique. Depuis son lancement, dua.com a été installée près de 350 000 fois. La plateforme a été développée en Suisse orientale par la …

Lire l’article
Link zum Artikel