DE | FR

Attentats du 13 novembre: «je sentais la mort se rapprocher de moi»

Le procès des attentats du 13 novembre 2015, qui s'est ouvert en septembre 2021, doit s'achever fin mai. Le chanteur d’Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, qui était en pleine représentation au Bataclan, a témoigné.
17.05.2022, 16:4717.05.2022, 17:28
Les membres du groupe de rock américain Eagles of Death Metal, Jesse Hughes (C-L) et Eden Galindo (C-R) arrivent au palais de justice de Paris, en France, le 17 mai 2022.
Les membres du groupe de rock américain Eagles of Death Metal, Jesse Hughes (C-L) et Eden Galindo (C-R) arrivent au palais de justice de Paris, en France, le 17 mai 2022.Image: sda

Le chanteur du groupe américain Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, a raconté mardi, devant la cour d'assises de Paris, la soirée d'horreur vécue le 13 novembre 2015 dans la salle du Bataclan alors attaquée par des djihadistes. Il a souligné qu'elle avait «changé (sa) vie à jamais».

Il a rappelé comment, «au milieu du concert», il a entendu des tirs. «Venant d'une communauté désertique en Floride, je connais le son des armes. J'ai reconnu que c'était des tirs», a-t-il dit.

«Je savais ce qui allait arriver, je sentais la mort se rapprocher de moi»

Ce soir-là, «90 de mes amis ont été tués de manière haineuse devant nous», témoigne-t-il avec émotion. «Ce que les assaillants ont essayé de faire ce soir-là, c'est de faire taire la joie liée à la musique, mais ils ont échoué», poursuit le chanteur. Il assure tout de même avoir «pardonné» aux «pauvres âmes qui ont commis ces actes».

Jesse Hughes, un chrétien fervent, «prie pour eux et pour leur âme» avant de conclure avec des paroles du chanteur Ozzy Osbourne: you can't kill rock'n'roll (on ne peut pas tuer le rock'n'roll). Le chanteur du groupe de hard rock a ensuite quitté la salle, en pleurant.

Les attaques djihadistes du 13 novembre 2015 ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et à Saint-Denis, en banlieue.

Un procès douloureux

Le procès, qui a repris mardi après une semaine de suspension à cause d'un cas de Covid-19 parmi les accusés, doit encore voir plusieurs dizaines de rescapés ou proches de victimes passer à la barre jusqu'à vendredi. Doit aussi témoigner Eden Galindo, qui était alors le guitariste du groupe.

Le concert au Bataclan avait été brusquement interrompu le soir du 13 novembre 2015 par les tirs de kalachnikov. 90 personnes avaient péri.

Les membres du groupe «sont comme d'autres victimes, ils vivent avec leurs souvenirs douloureux, leur trauma. Ils se traînent, avec les années, un sentiment de culpabilité majeur, c'était leur concert», a déclaré à l'AFP avant l'audience leur avocate, Me Claire Josserand-Schmidt. (ats/sia)

Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine

1 / 13
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
source: sda / sergey kozlov
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les meilleurs moments du procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les voleurs de la porte du Bataclan ont reconnu leur crime crapuleux
L'histoire mérite d'être racontée. Cette histoire, c'est celle de trois hommes, dont deux anciens amis fâchés à mort, qui ont volé une porte à Paris en 2019... Le hic, c'est que ce n'était pas n'importe quelle porte.

Il s'agissait d’un symbole national. Un hommage. Une œuvre d'art signée par nul autre que l'artiste Banksy, pour faire honneur aux victimes du 13-Novembre. La porte, c'était celle du tristement célèbre Bataclan. Ce 26 janvier 2019, à peu près 4 heures du matin, elle est subtilisée par trois camarades, dont le procès s'est ouvert mercredi.

L’article