DE | FR
Image: EPA

Attentats de Paris: la bande-son exclusive qui fait froid dans le dos

FranceInfo a diffusé un podcast basé sur 13 heures d’appels aux urgences lors de la soirée des attentats de Paris du 13 novembre 2015. Un document exclusif à couper le souffle.
31.08.2021, 08:1031.08.2021, 15:49

Ce 8 septembre débute le procès de 20 accusés, qui seront jugés pour leur participation aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Lundi, FrancInfo a diffusé les appels poignants passés cette nuit-là. Vingt-cinq minutes de frissons qui débutent avec un téléphone de Christophe, ambulancier dans la capitale française, qui joint le Samu (Service d'aide médicale urgente), car «ça pète» dans les rues parisiennes:

«Je ne sais pas si vous en avez entendu parler. Il y a des fusillades à plusieurs endroits, des mecs qui circulent en bagnole et qui tirent sur tout ce qui bouge»
Christophe

Il est 21h26 précisément, le 13 novembre 2015, nuit des attentats. Le fil se déroule, au rythme des bilans qui évoquent des dizaines de morts, les dizaines de blessés, les difficultés de trouver des places en soins intensifs ou des chirurgiens. Treize heures de bandes que Nicolas Poirot, médecin de garde au Samu de Paris, décrit comme «une trace indélébile de cette nuit-là».

Il y a aussi des gens cachés, des gens qui font un malaise, des mecs avec une kalachnikov et qui tirent partout. La bombe au stade de France, des gens qui pleurent dans le Petit Cambodge, ce restaurant tristement célèbre où se sont fait tuer par des terroristes des femmes et des hommes, des gens armés qui se baladent. Il y a cette musique d’ascenseur qui rend fou. Des Parisiens en panique, «sous le choc», qui évoquent des gens qui hurlent dans la rue. Une femme qui vient de «prendre une balle» et dont le mari «est couché au sol»…

«On reçoit de plus en plus d’appels, c’est exponentiel. On n'a pas la capacité de prendre tous les appels, nous n’avons que cinq opérateurs en poste»
Nicolas Poirot

Plus on avance dans l’émission, plus les appels d’urgence font froid dans le dos. Ils ne concernent que les attaques visant les terrasses. L’attentat du Bataclan – où Nicolas Poirot raconte «les morts dans la fosse et une kalachnikov qui est là, toute seule» – n’a même pas encore commencé… (gch)

On ne vous en dit pas plus: pour écouter l’émission en entier, c’est par ici!

Le Covid existe encore…

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Salah Abdeslam est le détenu le plus surveillé de France

Unique survivant des funestes commandos terroristes, Salah Abdeslam est à l'isolement total, suivi 24h sur 24 par vidéosurveillance. Le procès des attentats du 13 Novembre débute mercredi à Paris.

Capturé en Belgique le 18 mars 2016 après quatre mois de cavale, Salah Abdeslam a été transféré en France en vertu d'un mandat d'arrêt européen un mois plus tard, le 27 avril, et placé en détention provisoire à Fleury-Mérogis, la plus grande prison d'Europe.

Seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés, Salah Abdeslam est depuis plus de cinq ans détenu sous la surveillance ininterrompue de caméras scrutant chacun de ses …

Lire l’article
Link zum Artikel