DE | FR
«Alain Berset rêve d'arriver à cette annonce», pointe l'ex-conseiller fédéral en charge de la santé, Pascal Couchepin.
«Alain Berset rêve d'arriver à cette annonce», pointe l'ex-conseiller fédéral en charge de la santé, Pascal Couchepin.Image: keystone/watson
Analyse

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

D'Alain Berset à l'OMS, les déclarations laissant entendre que la fin de la pandémie se rapprochait se sont multipliées ces derniers jours. Entre impatience de la population, appel à la prudence et crainte d'une récupération politique, comment gère-t-on la sortie d'une telle crise?
25.01.2022, 05:5625.01.2022, 08:13
Suivez-moi

«Il est plausible que l'Europe se rapproche d'une fin de la pandémie», a déclaré l'OMS dimanche. «La période du certificat Covid semble toucher à sa fin», avait déjà prédit Alain Berset samedi. Ces derniers jours, l'ambiance semble être à l'optimisme et la sortie de la crise Covid n'a jamais paru aussi proche.

Même si ce virus nous a appris à nous montrer prudents et que nous ne sommes pas à l'abri d'un énième rebondissement, cet enthousiasme soulève une question qui finira forcément par se poser: comment est-ce que nos autorités, et plus particulièrement le Conseil fédéral, vont-elles gérer la fin de la pandémie? Réponse en 5 points.

Lever le pied en douceur

«La levée des mesures aura forcément des conséquences, le pouvoir politique va devoir faire la part des choses et évaluer les risques», affirme le politologue René Knüsel. Vaut-il mieux prolonger les restrictions d'une semaine afin de limiter le nombre de cas ou prendre le pari de lâcher la bride? Voilà le genre de dilemmes auxquels le Conseil fédéral devra faire face. Et notamment son ministre de la Santé:

«A partir des chiffres, des informations à sa disposition, Alain Berset doit décider ce qui est le mieux pour la Suisse. C'est une tâche délicate»
René Knüsel, politologue

Mais attention, le retour à la vie d'avant se fera très probablement par étapes, selon le spécialiste. «Vous n'allez pas lever toutes les mesures du jour au lendemain, car la pandémie va devenir une endémie. Le virus n'aura pas dit son dernier mot et il faudra donc toujours se montrer prudents.» Une phase qui risque d'être difficile à gérer pour les autorités, selon René Knüsel: «Cela risque de susciter beaucoup d'impatience au sein de la population.»

Trouver le bon ton

Le Conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia approuve et exemplifie: «Il faudra sans doute maintenir certains gestes de prudence, par exemple, le masque dans les transports publics. Mais ce sera la période la plus compliquée parce qu'on risque de faire face à une indiscipline croissante.» Il souligne donc l'importance de communiquer avec finesse.

«Il faudra trouver le bon ton entre le Père Fouettard et l'insouciance exagérée»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois

René Knüsel souligne que toute la difficulté pour le Conseil fédéral sera d'informer clairement et simplement la population. A ses yeux, lever les mesures signifie également placer les citoyens devant leurs responsabilités. «Le message des autorités doit rassurer, donner de bonnes nouvelles, mais aussi rappeler que le virus est toujours là.»

De son côté, Mauro Poggia met en garde contre le scénario à éviter absolument, une sortie de crise mal maîtrisée:

«Ce serait pire que tout de devoir remettre des mesures après les avoir levées. Là, le but au niveau sanitaire serait vraiment raté»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois

Une décision compliquée à prendre

«La pandémie est terminée en Suisse Comment un élu choisit de prononcer une telle phrase? «Alain Berset rêve d'arriver à cette annonce», pointe l'ex-conseiller fédéral en charge de la santé, Pascal Couchepin. Tout en soulignant que la décision s'annonce difficile, le Valaisan rappelle que les acteurs à prendre en compte sont nombreux en politique: l'économie, les cantons, les scientifiques…

«Pour trancher, vous demandez l'avis des spécialistes, vous les contredisez au maximum pour être sûr que c'est du solide, vous regardez l'avis de l'opinion publique, mais, à un moment donné, vous êtes presque seul pour décider. C'est ainsi que ça se passe», explique-t-il. Et il ajoute:

«A la fin, vous levez le petit doigt et vous essayez de savoir dans quelle direction souffle le vent. Il y a toujours une part d'incertitude»
Pascal Couchepin, ancien Conseiller fédéral

Mauro Poggia décrit un chemin quasi similaire. La pandémie a pourtant apporté un élément supplémentaire. «Il faut essayer de se challenger soi-même. Comme tout le monde, on en a marre du Covid. Je dois faire la différence entre ce que j'aimerais dire et ce que je dois dire.» Et le Conseiller d'Etat de faire preuve de franchise:

«Au moment de prendre la parole, nous ne sommes jamais sûrs de la justesse de notre annonce»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois

Le Genevois précise que la difficulté n'est pas tant de prendre la décision que de venir la communiquer. «Le choix, c'est un travail d'équipe, on peut le partager avec le reste du Conseil d'Etat. L'exercice compliqué, c'est de venir porter le message seul face au public.»

Les autorités anticipent déjà

Mauro Poggia l'assure, son canton a commencé à anticiper la fin du virus. «Nous sommes déjà en réflexion parce que cela peut arriver très vite. Nous devons être très attentifs aux contrecoups.» Si l'élu met en avant les conséquences sanitaires, comme le Covid long ou l'impact psychologique de la pandémie, notamment chez les jeunes, il pointe également les risques d'un «Covid long économique».

«Nous avons eu moins de faillites que les autres années, ce qui veut dire qu'on a maintenu en vie artificiellement certaines sociétés. On risque d'avoir des fermetures d'entreprises»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois

Le Conseiller d'Etat en charge de la santé a également commencé à travailler avec ses équipes sur la question des HUG. «Ils ont dû freiner leurs activités normales pour prendre en charge les patients Covid. Là aussi, il faudra remettre la machine en route au mieux dès que possible.»

Défendre son bilan face à l'opposition

Qu'ils l'avouent ou non, il y a un dernier point que nos élus vont prendre en compte au moment de trancher: les petits jeux de la politique politicienne. Ils seront donc contraints de défendre leur bilan. «Comme dans toutes crises, il y a le risque que certains cherchent à exploiter la situation pour se mettre en avant en disant que cela a été très mal géré et qu'eux auraient fait mieux», analyse René Knüsel. Le politologue est persuadé que le sujet sera mis sur la table lors des élections fédérales en 2023. Et il n'est pas le seul:

«Je pense que les contrôleurs des travaux finis vont bientôt se présenter»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois

L'objectif est simple pour les politiciens qui se livreraient à ce petit jeu: récupérer les mécontents du Covid pour les rallier à leur camp. «On voit bien que, quelle que soit la décision du Conseil fédéral, il y a des réactions. Bien entendu, Alain Berset y pense, mais ce n'est pas la motivation de ses décisions», observe Pascal Couchepin qui a été à la place du Fribourgeois.

Alors, comment se prémunir du retour de bâton au moment d'annoncer la fin de la pandémie? Il y a notamment le risque que certains viennent affirmer que le Covid n'était pas si dangereux que ça. «C'est tout le problème de la prévention. Elle empêche la catastrophe de se produire et donc on a l'impression qu'elle ne sert à rien», pointe René Knüsel. Le spécialiste souligne ainsi l'importance de rappeler aux citoyens les obstacles rencontrés depuis deux ans.

«Dans sa communication, d'une manière ou d'une autre, le pouvoir politique doit remettre en mémoire les fondements de la crise»
René Knüsel, politologue

Autre stratégie utile, selon lui, mettre le collectif en avant. «Il faut dire: ON a bien géré la crise. C'est une manière de tirer parti des effets positifs tout en minimisant les effets négatifs.» Le politologue s'attend également à ce que les autorités se livrent au petit jeu des comparaisons internationales pour défendre leur bilan. «Il y a des matchs nuls qui peuvent passer pour des victoires. Le but, c'est de montrer que la Suisse s'en est mieux sortie que les autres.»

De son côté, Mauro Poggia affirme pourtant ne pas vouloir entrer dans ce type de justifications. Tout en confiant avoir conscience que certaines des décisions prises lors de la pandémie ont pu causer de la douleur, le Conseiller d'Etat assure qu'elles étaient nécessaires pour préserver la majorité. Il conclut:

«Avec le recul, les gens se rendront compte que la situation qu'on a gérée était unique. C'est une route que l'on a dû goudronner mètre par mètre»
Mauro Poggia, Conseiller d'Etat genevois


A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Que vont devenir les armes livrées en Ukraine après la guerre? «Il y a un danger»
L'utilisation malveillante d'armes livrées dans un pays en guerre, une fois le conflit terminé, est une grande inconnue – et un grand danger. Quels sont les risques en ce qui concerne l'Ukraine? Interviews croisées d'experts.

L'Ukraine bénéfice d'un élan de collaboration internationale considérable. L'envoi de matériel de guerre ne fait pas exception. Lance-missile Stinger, missiles Javelin, camions Caesar: le conflit qui l'oppose à la Russie, pays agresseur, signe le retour des armes dernier cri reçues de l'Occident. Mais que deviendront-elles une fois la guerre terminée?

L’article