DE | FR
Commentaire

BHL, Son-Forget, Kassovitz en Ukraine: flagrant délire narcissique

L'intello, le bourrin, l'émotif. Bernard Henri-Lévy à Odessa, Joachim Son-Forget à Kiev, Mathieu Kassovitz à Lviv. Les trois gentlemen de la guerre ont récemment exporté leur melon sous les projecteurs ukrainiens. Gros égos, petits zizis?
17.03.2022, 20:0821.03.2022, 11:19
Suivez-moi

En Ukraine, on trouve des larmes, des tanks, des morts et des starlettes. Françaises, les starlettes. Le philosophe Bernard Henri-Lévy, le député franco-suisse pro-Zemmour Joachim Son-Forget et le cinéaste Mathieu Kassovitz ont récemment mis les pieds dans le conflit et dans le plat. L'un à Odessa, l'autre à Kiev et le dernier à Lviv. Trois itinéraires, mais la même appétence pour s'imposer là où les regards sont braqués. La pandémie (par exemple) hier, la guerre en Ukraine aujourd'hui. Comme des chatons à la poursuite de la lumière.

Au temps du Covid:

L'intello

Après l'Afghanistan, la Bosnie, l'Irak, le Darfour ou le Café de Flore, le penseur tout-terrain est en Ukraine. Depuis toujours, BHL alterne avec souplesse carnets de guerre «au cœur de l'opération» et petites confidences chez Ardisson. Considéré tour à tour comme un propagandiste en costard, un guignol en vacances ou un génie en tout, Bernard Henri-Lévy adapte plus rigoureusement les itinéraires à la dangerosité des destinations que sa tenue à la réalité du terrain.

Le terrain:

Petite mise en scène (et regard caméra au passage).
Petite mise en scène (et regard caméra au passage).
«Oui, c’est vrai, je me suis plus intéressé à la misère bosniaque qu’à la misère au coin de la rue. Je suis un peu sourd à la question sociale»
BHL dans Libération, 8 octobre 2007.

Un voyage, une photo. Invariablement. Si possible en action. Mais toujours en col échancré. BHL est blindé, beau gosse, cultivé et charmeur. Et, parfois, un corps en représentation est une arme de persuasion massive. (Même sur la pointe des pieds.)

Sans oublier que chuchoter aux oreilles des présidents et pisser aux quatre coins des journaux parisiens lui ont très vite permis d'incarner l'intelligentsia française sur les lignes de front. Et s'imposer au chausse-pied, c'est une compétence qu'il partage avec Joachim Son-Forget sous les bombes ukrainiennes.

Le bourrin

Le fantasque député Joachim Son-Forget n'a jamais boudé le plaisir d'être au cœur de tout et un peu n'importe quoi. Pro-Zemmour après avoir été En Marche, le voilà en marge. Adepte de «l'enfer c'est les autres», hydratant le débat public de phrases et de frasques dénuées de toute logique, le Franco-Suisse a pris la route pour Kiev il y a quelques jours.

«La seule façon de comprendre les choses par soi-même, c’est d’aller sur place»
Joachim Son-Forget, dans Le Temps
«Ici, vrai couvre-feu. Nuit courte dans une ville déjà bombardée.» Sur Twitter depuis Kiev.
«Ici, vrai couvre-feu. Nuit courte dans une ville déjà bombardée.» Sur Twitter depuis Kiev.

Alors que la pandémie a drainé son char de «penseurs par eux-mêmes», s'improvisant épidémiologistes à grands coups de doutes sur Facebook, notre soldat-en-selfie est à Kiev pour afficher sa propre impression du conflit. Et parce qu'il est foutrement convaincu d'être «utile». Sans vraiment réaliser qu'en restant planqué dans une chambre de la capitale pour narrer les exploits de ses «amis partis au front», il ne rend service qu'à son compte Twitter, tout en embarrassant la diplomatie.

Dans son argumentaire, Son-Forget joue machinalement à son propre «je», évinçant sans effort les véritables héros de la guerre, dont il loue les exploits et avec qui il pose fièrement à longueur de posts sur les réseaux sociaux. Et derrière un déguisement de «G.I. Joachim» en mousse, le député cherche (et parvient!) à tutoyer la bravoure, sans jamais s'y brûler. Personne n'a envie de le voir attraper une balle perdue. Mais, plus grave: personne n'en a l'intérêt. De la France à l'Ukraine. De Macron à Zelensky.

Pendant que ses amis prennent les armes, lui, il prend la pose:

«Avec mon amie et collègue, la député ukrainienne Lyudmila Buimister. Une femme qui avait du courage politique avant la guerre, qui a occupé des postes à responsabilité et qui, aujourd’hui, a pris les armes en restant en résistance à Kiev.» (Twitter, 13 mars 2022)
«Avec mon amie et collègue, la député ukrainienne Lyudmila Buimister. Une femme qui avait du courage politique avant la guerre, qui a occupé des postes à responsabilité et qui, aujourd’hui, a pris les armes en restant en résistance à Kiev.» (Twitter, 13 mars 2022)

L'émotif

Enfin, Kassovitz. Le cinéaste-à-vif est de retour de Lviv. Un pèlerinage dans le soufre des combats qu'il n'a pas fait pour lui, mais pour un copain: «Il m'a dit, il faut que tu nous aides à nous faire entendre». Ce copain, c'est l'artiste-activiste JR qui a fait le déplacement pour dérouler une fresque en hommage aux Ukrainiens.

A l'instar du soldat Joachim, l'auteur de La Haine se retrouve à jouer le rôle d'homme-sandwich de l'indicible, par le prisme de lui-même. Sur le plateau de BFM TV jeudi, le cinéaste a apporté l'horreur de la guerre. Il voulait «témoigner». Il l'a déjà fait plus tôt sur RTL ou encore dans Le Parisien. Mathieu Kassovitz raconte notamment le «flux des réfugiés à la frontière polonaise qui dorment dans le froid» ou le destin de ces «enfants qu'il faut nourrir après trois jours d'attente».

Mais, très vite, l'autoportrait émotionnel prend le relais. Kassovitz fond en larmes devant Bruce Toussaint. «Je suis fils de réfugié.» Son père a vécu 39-45 à l'âge des gosses ukrainiens en 2022. Un père qui s'est ensuite sauvé de son pays à 18 ans, en 1956, «quand les Russes sont entrés en Hongrie». Et puis, partant des petits Ukrainiens, le voilà dans son arbre généalogique: «J'ai peur pour mes enfants».

Il aurait pu s'en tenir à cela: incarner le pourvoyeur d'émotions bankable que les médias invitent pour dire ce que l'on sait déjà beaucoup trop bien. Mais il est également revenu d'Ukraine avec:

Des analyses géostratégiques:

«C'est très inquiétant ce qu'il se passe»

Et une bourde:

«Les Ukrainiens que je connais, ils sont ultra-nationalistes... dans le bon sens du terme. C'est-à-dire fiers de leur pays»

Etre ou paraître...

Et puis, à des kilomètres de ce flagrant délire narcissique, l’ancien joueur de tennis ukrainien Alexandr Dolgopolov, 33 ans, est retourné dans son pays et a pris les armes. Avec cette décence naturelle d'avertir qu'il n'est «pas devenu Rambo».

BHL, Son-Forget et Kassovitz, chacun à leur manière et armés d'une ribambelle de bonnes intentions, ne peuvent réfréner un désir de lumière. Certes, ils veulent «aider», «soutenir», «témoigner», «analyser», «dénoncer», mais plus que tout: être au cœur de la guerre et paraître indispensable.

Ils savent qu’ils ne le sont pas. Et qu’ils ne le seront jamais.

Les réfugiés ukrainiens

1 / 7
Les réfugiés ukrainiens
source: sda / amel pain
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ces fois où Vladimir Poutine s'est pris des vents

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Oui, en 2022, il faut encore lutter contre ces 4 inégalités révoltantes
Partout en Suisse, la grève féministe a rassemblé des milliers de personnes qui demandent l'égalité des sexes. Voici 4 revendications qui sont plus que jamais justifiées.

Ce 14 juin 2022 a eu lieu la grève féministe. Depuis 2019, partout en Suisse, des personnes descendent dans la rue et demandent l'égalité. La dernière mobilisation datait de 1991. Trois jours de mobilisation en 31 ans, c'est peu pour un combat aussi important. La lutte pour l'égalité méritait donc largement qu'on lui accorde cette journée.

L’article