DE | FR

Les femmes gagnent de moins en moins d'argent

Bild

L'écart salarial moyen s'est creusé entre 2014 et 2018, une situation qui traduit un manque de volonté politique, selon certains collectifs féministes.



A l'approche de la grève féministe du 14 juin, il est l'heure du bilan: les femmes suisses gagnent toujours moins que les hommes, et même de moins en moins.

Dans l'ensemble de l'économie helvétique, les femmes gagnaient en moyenne 19.0% de moins que les hommes en 2018, alors que cet écart ne se situait qu'à 18.1% en 2014, d'après les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

«Un peu plus de la moitié de l'inégalité salariale brute observée entre les femmes et les hommes dans le secteur privé en Suisse s'explique par un niveau de compétence, de formation ou encore d'expérience différent», explique, à AWP, le professeur associé à l'Université de Genève, Giovanni Ferro-Luzzi. «C'est l'autre partie, celle qui ne s'explique pas, qui est potentiellement discriminatoire».

La «part inexpliquée»

Cette «part inexpliquée», comme l'appelle l'OFS, a progressé en Suisse, passant de 42.4% en 2014 à 45.4% en 2018 pour l'ensemble de l'économie. Pour l'institution, elle pénaliserait les femmes de 684 francs bruts mensuels dans le secteur privé en 2018.

D'autant que les femmes affrontent des obstacles supplémentaires à l'obtention d'une promotion.

«La position hiérarchique dans l'entreprise est mesurable et constitue certainement aussi une possible discrimination à l'encontre des femmes, c'est le phénomène du plafond de verre»

Giovanni Ferro-Luzzi

En Suisse, 60.9% des personnes ayant reçu un salaire mensuel inférieur à 4000 francs, pour un plein temps, étaient des femmes. Au sommet de la pyramide salariale, au contraire, les hommes. Ils représentaient 81.2% des salariés à toucher par mois un salaire supérieur à 16'000 francs en 2018, selon l'OFS.

(ats)

Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle

1 / 7
Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle
source: zoo de bâle / zoo de bâle
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Il a filmé l'horreur des migrants: «Je me suis ramassé une claque»

Plus d'articles sur l'égalité

Le Jura, premier canton à offrir gratuitement les protections hygiéniques

Link zum Artikel

La pandémie retarde l'égalité homme-femme

Link zum Artikel

Diminuer le prix des produits hygiéniques, la Suisse se hâte lentement

Link zum Artikel

A Neuchâtel, une initiative pour booster la parité sur les listes électorales

Link zum Artikel

Découvrez la série I May Destroy You qui a cartonné aux Bafta

Les Bafta, qui sont l'équivalent des Oscars pour le cinéma britannique, ont eu lieu dimanche soir. La cérémonie a couronné la série «I May Destroy you» et sa réalisatrice Michaela Coel pour son interprétation.

Elle a tout de même réussi l'exploit de battre la série The Crown, repartie bredouille, malgré plusieurs nominations aux Bafta awards: La série I may destroy you, produite, réalisée et interprétée par Michaela Coel, une artiste britannique de 33 ans, a raflé deux prix, lors de la cérémonie, dimanche soir à Londres.

Sortie à l'été 2020 sur la BBC et HBO, cette oeuvre en 12 épisodes suit Arabella, autrice noire à succès, dans sa reconstruction après avoir subi un viol dans un bar londonien, …

Lire l’article
Link zum Artikel