DE | FR

Une agence de l'ONU va enquêter sur le vol détourné de la Biélorussie

A l'issue d'une réunion d'urgence avec 36 représentants diplomatiques, l'organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a annoncé, jeudi, qu'elle allait enquêter sur l'interception d'un vol commercial de Ryanair, dimanche, par la Biélorussie.



L'OACI a décidé «d'entreprendre une enquête factuelle» et souligné «l'importance d'établir les faits sur ce qu'il s'est passé et de comprendre s'il y a eu violation du droit international de l'aviation par un Etat membre de l'OACI, y compris de la Convention de Chicago sur l'aviation civile internationale et de ses annexes».

L'instance a également appelé «tous les Etats membres de l'OACI et les autres parties prenantes concernées à collaborer à cette enquête», qui sera menée par son secrétariat.

Pour mieux comprendre ce qu'il s'est passé:

Aucune sanction possible

Mercredi, les membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU et les Etats-Unis avaient appelé l'OACI «à enquêter d'urgence» sur le détournement de l'avion, dans une déclaration conjointe.

En réaction, l'OACI, qui n'a aucun pouvoir de sanctions, avait fait part de sa «profonde inquiétude». Sur son site, l'OACI rappelle qu'en cas de violation avérée des règles internationales, son rôle consiste en effet à uniquement «aider les pays qui le voudraient à mener les discussions et à prononcer les condamnations, conformément à la Convention de Chicago».

Mais c'est quoi la Convention de Chicago?

La Convention de Chicago de 1944, dont Minsk est signataire depuis 1993, établit les règles de l'aviation civile internationale. Le texte indique que «chaque État contractant convient de ne pas employer l'aviation civile à des fins incompatibles avec les buts de la présente convention».

A lire aussi: «La Suisse n'a rien à voir avec l'alerte à la bombe du vol détourné à Minsk»

Une action légale ou pas?

Pour rappel, Le régime d'Alexandre Loukachenko est accusé d'avoir détourné dimanche un appareil de Ryanair pour arrêter un opposant à bord, au moyen d'un avion de chasse, ce qui lui a valu des sanctions européennes, dont la fermeture de l'espace aérien de l'UE.

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a affirmé avoir «agi légalement» face à une alerte à la bombe. En outre, le Bélarus a invité mardi les organisations internationales à venir établir «les circonstances» du détournement de l'avion par Minsk, l'Association internationale du transport aérien (IATA) et l'OACI, ainsi que des autorités américaines et de l'UE. (ats/mndl)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Ce que se sont dit le pilote Ryanair et la tour de contrôle biélorusse

C'est l'incident diplomatique du moment. Un avion aurait été forcé de se poser par la Biélorussie. Cette dernière affirme qu'il y avait tous les signes présence d'une bombe.

Les autorités biélorusses sont accusées d'avoir détourné ce vol commercial Athènes-Vilnius sur Minsk pour pouvoir arrêter le journaliste d'opposition Roman Protassevitch, qui était à bord.

Toutefois, elles affirment avoir dit à l'équipage du vol Ryanair que leur avion était piégé. Elles lui auraient seulement «recommandé» de se poser à Minsk, selon la transcription des échanges entre le pilote et la tour de contrôle publiée mardi:

Il se voit ensuite confirmer la même information. Lors de …

Lire l’article
Link zum Artikel