DE | FR
Image: keystone / watson
interview watson

Un Canadien se marre: «Dès qu'il neige en Suisse, c'est le chaos»

Ce vendredi matin, la Suisse romande a été perturbée par les chutes de neige. De quoi faire rire l'ex-arbitre de hockey québécois, Stéphane Rochette. Celui qui vit en Suisse depuis 30 ans nous a parlé pneus neige, col du fémur et hiver profond. Interview.
10.12.2021, 18:1310.12.2021, 18:16
Suivez-moi

La Suisse romande paralysée par quelques centimètres de neige, ça vous fait rire?
Stéphane Rochette, québécois fribourgeois:
Ça ne me surprend pas, en Suisse, les gens n'ont aucune idée de ce que c'est l'hiver. Surtout ceux qui habitent en ville. Trois centimètres de neige et c'est le chaos. Ça me fait toujours rire. Hier, je discutais avec un ami canadien, on a vu la météo et on s'est dit:

«Il va neiger en Suisse, ce sera la fin du monde (rires)»

Ça se passe mieux au Canada?
Ah oui! Pour nous, c'est le quotidien, on est beaucoup mieux équipés, les routes sont mieux déneigées et les gens ont l'habitude de conduire sur la neige. Et les villes sont mieux organisées pour gérer la situation. Mais c'est aussi normal parce que cela arrive plus souvent au Canada qu'en Suisse.

Mais il y a quand même un moment où les Canadiens paniquent?
Oui, quand il y a 20 centimètres de neige avec du vent et que c'est la tempête. Là, c'est plus compliqué. Les gens sortent moins, les écoles sont fermées. Cela arrive quand même assez souvent, peut-être cinq à dix fois par année. D'ailleurs, il y a même des congés de prévus dans le calendrier scolaire, exprès pour ces jours-là.

Concrètement, quel est le problème en Suisse, selon vous?
Il n'y a pas cette culture de l'hiver en plaine. Pour les Suisses, la neige, c'est les vacances à la montagne (rires).

«Les Suisses ne savent pas conduire sur la neige, c'est un peu la panique. Si tu plantes les freins, forcément ça va glisser»

Quels conseils est-ce que vous pourriez nous donner?
Déjà, il faut avoir de bons pneus neige. Parce que quand je vois certains qui patinent... Ensuite, beaucoup de gens ici sortent avec des petites chaussures de ville malgré la neige. Après, ils glissent et ils se cassent le col du fémur. Au Canada, on met nos bottes d'hiver de novembre à avril. Ce qui compte, c'est d'avoir une bonne semelle, quitte à avoir l'air cons (rires).

Mais vous aimez la neige?
Non, je déteste l'hiver. Quand on est pris dedans pendant six mois, il n'y a plus de plaisir. Il fait froid, ce n'est pas confortable, c'est dangereux.

«A chaque fois que tu prends la route au Canada, tu risques ta vie»

Donc vous êtes venu en Suisse pour le beau temps?
Pour le hockey d'abord, mais c'est sûr que je préfère le climat Suisse. Je dois retourner au Canada en février, il va faire -1000 degrés, je ne me réjouis pas du tout. On ne se rend pas compte, c'est un autre monde, l'hiver profond pendant six mois. Cela ne me manque pas du tout.

Des paysages et des chats enneigés!

1 / 28
Des paysages et des chats enneigés!
source: reddit / shutterstock
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cette biche est une star sur Tiktok et la neige n'y est pas pour rien

Pour les amateurs de neige...

Les CFF l'assurent, ils avaient anticipé la neige

Link zum Artikel

Trafic routier saturé et trains perturbés

Link zum Artikel

Ils vivent dans un bar depuis quatre jours à cause de la neige

Link zum Artikel

Le cœur de Twitter balance entre joie pour la neige et haine des CFF ❄️

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi 200 études Covid ont été mises à la poubelle en toute discrétion
Depuis le début du Covid, 206 articles scientifiques incorrects ont été supprimés des revues dans lesquelles ils avaient été publiés. Parfois plusieurs mois plus tard et après avoir fait beaucoup parler. Ce mode de fonctionnement est-il un problème? L'avis d'Olivier Dessibourg, journaliste spécialisé.

Les revues scientifiques tentent de faire le ménage. Depuis le début de la pandémie, 206 articles sur le Covid ont été rétractés, c'est-à-dire supprimés et considérés comme ne faisant plus partie de la littérature spécialisée, selon un décompte du site Retraction Watch. Parmi ceux-ci, des études qui ont animé le débat public, six d'entre elles abordant la question hautement polémique de l'Hydroxychloroquine et six autres parlant d'Ivermectine.

L’article