DE | FR

Une transgenre rejoint le gouvernement américain, une première

Rachel Levine est devenue la première Américaine ouvertement transgenre à être confirmée par le Sénat.
Rachel Levine est devenue la première Américaine ouvertement transgenre à être confirmée par le Sénat.Image: sda
Le Sénat américain a confirmé mercredi, par une courte majorité, Rachel Levine, une pédiatre transgenre, au poste de ministre adjointe de la santé. La Maison-Blanche a salué une première «historique».
25.03.2021, 01:1625.03.2021, 06:08

Professeure d'université en pédiatrie et psychiatrie, Rachel Levine, 63 ans, était, jusqu'en janvier, directrice de la santé dans l'Etat de Pennsylvanie. Elle était notamment chargée de la lutte contre le Covid-19. Elle est, désormais, ministre adjointe de la santé.

Rachel Levine a été confirmée par 52 voix contre 48 au Sénat. Seules deux sénatrices républicaines s'étant ralliées aux 50 élus du camp démocrate pour approuver sa nomination.

Contraste

Les associations de défense des personnes LGBT ont applaudi à l'annonce de cette confirmation. Son arrivée dans le gouvernement du président américain Joe Biden marque un contraste net avec les mesures jugées discriminatoires envers les personnes transgenres de Donald Trump.

A propos de du docteur Levine, Joe Biden avait déclaré, en janvier lors de sa nomination qu'elle possédait:

«Une expertise cruciale dont nous avons besoin pour guider les gens à travers cette pandémie»
Joe Biden, président américain

Lors de son discours de victoire à la présidentielle de novembre, Joe Biden avait été le premier président élu américain à inclure les personnes transgenres dans ses remerciements. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Avortement aux Etats-Unis: et à la fin, c'est Dieu qui gagne
Lorsqu'un pouvoir démocratique fait passer ses décisions pour la volonté de Dieu, il se décale vers la théocratie, et la liberté de mœurs s'en ressent.

La légende du foot Maradona, pour faire avaler sa tricherie dans le quart de finale opposant l’Argentine à l’Angleterre à la coupe du monde de 1986, avait parlé de «la main de Dieu». Trente-six ans plus tard, pour expliquer la révocation par la Cour suprême du droit à l’avortement au niveau fédéral aux Etats-Unis, l’ex-président républicain Donald Trump, qui aura nommé trois juges conservateurs à la plus haute juridiction du pays, la faisant basculer pour longtemps dans le puritanisme religieux, dit en gros la même chose: «C’est la volonté de Dieu.»

L’article