DE | FR
Grâce au matériel récolté et envoyé par les frères Schiau, les jeunes hockeyeurs ukrainiens réfugiés chez le coach Evgheni Pysarenko (à gauche) en Roumanie ont pu rejouer.
Grâce au matériel récolté et envoyé par les frères Schiau, les jeunes hockeyeurs ukrainiens réfugiés chez le coach Evgheni Pysarenko (à gauche) en Roumanie ont pu rejouer. image: ion schiau/twitter

Ces Biennois ont redonné la pêche à de jeunes hockeyeurs ukrainiens

Ion et Nicolae Schiau ont récolté du matériel de hockey et l'ont envoyé en Roumanie, où des juniors ukrainiens sont réfugiés. L'opération a été un grand succès, grâce notamment à la précieuse aide du HC Bienne.
09.04.2022, 08:0509.04.2022, 12:05
Suivez-moi

Même dans l'horreur absolue de la guerre, certaines initiatives ont cette capacité à redonner foi en l'Humanité. C'est le cas de celle des frères Schiau, deux Biennois aux origines roumaines, épaulés par le HC Bienne.

Ion et Nicolae Schiau – le second est connu pour être le chef de l'unité jeune public, musique et humour à la RTS – ont lancé des appels mi-mars à travers toute la Romandie pour récolter du matériel de hockey sur glace, destiné à une cinquantaine de jeunes hockeyeurs ukrainiens réfugiés en Roumanie.

Une semaine plus tard, c'est un immense succès: deux camionnettes remplies de cannes, patins, protections et vêtements ont rejoint les villes de Brasov et Galati, où sont respectivement logés des juniors U18 et des enfants de six à quinze ans. «Grâce à tout ce matériel, ces jeunes pourront continuer à pratiquer leur sport et oublier un peu la terrible situation qu'ils sont en train de vivre», se réjouissent, d'une même voix, les frères Schiau.

C'est grâce à leur large réseau que cette belle action a pu se concrétiser. A la base, l'impulsion est venue d'Evgheni Pysarenko, un entraîneur d'origine ukrainienne établi depuis longtemps en Roumanie, qui a organisé l'accueil de ses jeunes compatriotes fuyant la guerre et de leurs parents.

«Il y a quelques années, il m'avait contacté pour savoir si j'étais d'accord de sponsoriser son équipe de juniors, qui évolue dans le championnat international transcarpatique», rembobine Ion Schiau, responsable de l'exportation de montres Tissot en Roumanie.

«On a gardé des liens, et mon fils de 14 ans a participé en janvier à un camp de hockey qu'Evgheni organise en Roumanie. Alors dès que la guerre a éclaté et qu'il a accueilli les premiers réfugiés, il m'a écrit pour demander s'il était possible d'envoyer du matériel depuis la Suisse»
Ion Schiau

Une fuite rocambolesque, un Genevois anonyme

Le projet tenait très à cœur au Biennois, fermement convaincu des vertus intégratives du sport et dont la famille possède un lien particulier avec le hockey sur glace: le père de Ion et Nicolae, Razvan Schiau, était international roumain. Il a profité d'un match contre la Suisse à Lucerne en 1973 pour échapper à la dictature de Ceausescu et s'établir définitivement à Bienne. Sa famille l'y a rejoint quatre ans plus tard.

Nicolae a lui aussi été touché par la démarche. «J'ai mis un message sur Twitter, car j'ai la chance d'avoir pas mal de followers», explique-t-il. La stratégie a payé.

«On a reçu du matériel de toute la Suisse romande. On m'en a même amené directement sur mon lieu de travail, dans les studios de la RTS à la Sallaz»
Nicolae Schiau

L'appel a aussi été reçu dans les plus hautes sphères du hockey suisse: un joueur de Genève-Servette, qui souhaite rester anonyme, a fait don de nombreuses cannes. Le HC Bienne, également pensionnaire de première division, a envoyé un mail à tous les parents de ses juniors pour recueillir tous les équipements et objets possibles. La patinoire du club seelandais a d'ailleurs fait office de point de collecte.

Les jeunes hockeyeurs ukrainiens portent fièrement leur matériel venu de Suisse.
Les jeunes hockeyeurs ukrainiens portent fièrement leur matériel venu de Suisse. image: ion schiau

«On a reçu des photos sur lesquelles on voit les jeunes ukrainiens avec leur matériel venu de Suisse, et ils ont le sourire», s'émeut Ion Schiau.

Evgheni Pysarenko lui a donné d'autres bonnes nouvelles ce vendredi: il a pu inscrire – et entraîne – une équipe composée de ses protégés ukrainiens dans un tournoi en Pologne, qu'elle dispute actuellement. Sur les images, là encore des sourires.

Les jeunes ukrainiens coachés par Evgheni Pysarenko lors d'un tournoi en Pologne.
Les jeunes ukrainiens coachés par Evgheni Pysarenko lors d'un tournoi en Pologne. image: Ion Schiau

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey

1 / 27
25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La vidéo touchante d'un chien qui retrouve son maître en Ukraine

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'interview pro-Poutine d'une ex star de Fribourg-Gottéron
L'ancienne figure de proue du HC Fribourg-Gottéron, Slava Bykov, a accordé une longue interview au média russe Paragraphe, dans laquelle il s'est exprimé sur la guerre, Zelensky et les sanctions occidentales. Un discours aux relents de propagande parfaitement assumés.

Viatcheslav Arkadievitch Bykov - dit «Slava» - n'était pas seulement une grande figure du hockey sur glace mondial. C'était aussi et surtout une icône du hockey suisse. Avec Andreï Khomutov, il formait à Fribourg-Gottéron un duo de génie qui dominait la ligue. En 2015, il a fait partie du conseil d'administration des Fribourgeois et y est resté six ans jusqu'à son départ, en été 2021. Son fils Andrei joue encore aujourd'hui chez les Dragons.

L’article