DE | FR

Le climat pourrait pousser 216 millions de personnes à migrer

Le changement climatique semble être un moteur de migration de plus en plus redoutable. Il pousserait des millions de personnes à quitter leur chez soi.
13.09.2021, 22:5414.09.2021, 15:10

Le climat et ses conséquences pourraient forcer jusqu'à 216 millions de personnes à quitter leur région d'ici 2050, faute d'eau disponible ou d'une production agricole suffisante. Des chiffres annoncés par la Banque mondiale pour qui ce phénomène n'est pas irréversible.

Bien-être humain à rude épreuve

«Le changement climatique est un moteur de migration de plus en plus puissant», notent des experts de l'institution dans un rapport publié lundi, relevant «l'urgence à agir» alors que «les moyens de subsistance et le bien-être humain sont de plus en plus mis à rude épreuve».

Ce rapport complète le premier du genre, dévoilé en 2018, et est focalisé sur trois régions du monde:

  • L'Afrique subsaharienne
  • L'Asie du Sud
  • L'Amérique latine.

L'institution avait alors projeté 143 millions de «migrants climatiques» d'ici 2050 pour ces parties du monde en développement.

«Une estimation mondiale»

Cette fois, elle a ajouté trois autres régions: l'Asie de l'Est et le Pacifique, l'Afrique du nord ainsi que la partie regroupant Europe de l'Est et Asie Centrale, afin d'élaborer «une estimation mondiale» pour les pays pauvres, explique Juergen Voegele, vice-président de la Banque mondiale chargé du développement durable dans le rapport.

Les 216 millions représentent «près de 3% de la population totale» de ces régions, précisent les auteurs du rapport.

Mais le nombre pourrait être plus élevé dans la mesure où la Banque mondiale ne comptabilise pas les migrants d'Amérique du Nord, des pays riches d'Europe ou encore du Moyen-Orient, où des catastrophes climatiques sévissent pourtant.

Appel à agir «maintenant»

«Il est important de noter que cette projection n'est pas inscrite dans le marbre», a toutefois commenté M. Veogele. Et de poursuivre:

«Si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s'adapter, la migration climatique pourrait être réduite d'environ 80%, à 44 millions de personnes d'ici 2050»
Juergen Voegele, vice-président de la Banque mondiale

A l'inverse, sans action décisive, il y aura «des points chauds» de migration climatique, met-il en garde, avec des répercussions importantes pour les régions d'accueil, souvent mal préparées à recevoir de nombreux migrants supplémentaires.

«La trajectoire des migrations climatiques au cours du prochain demi-siècle dépend de notre action collective sur le changement climatique et le développement au cours des prochaines années», conclut M. Voegele, appelant à agir «maintenant».

«Toutes les migrations ne peuvent pas être évitées», note-t-il par ailleurs. Mais «si elles sont bien gérées, les changements dans la répartition de la population peuvent faire partie d'une stratégie d'adaptation efficace, permettant aux gens de sortir de la pauvreté et construire des moyens de subsistance résilients»

86 millions de migrants climatiques

Pour l'heure, la Banque mondiale prévoit que d'ici 2050, l'Afrique subsaharienne pourrait voir compter jusqu'à 86 millions de migrants climatiques; l'Asie de l'Est et Pacifique, 49 millions; l'Asie du Sud, 40 millions; l'Afrique du Nord, 19 millions; l'Amérique latine, 17 millions; et Europe de l'Est et Asie centrale, 5 millions.

Le rapport cite plusieurs exemples, dont celui de l'Afrique du Nord, où la question de la disponibilité en eau est le principal moteur de la migration interne. (ats)

Manifestations en France pour le climat

1 / 9
Manifestations en France pour le climat
source: sda / yoan valat
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et toi, tu pèses combien en CO2?

Plus d'articles sur le climat

Italie: les pompiers combattent 500 incendies dus à des pics de chaleur

Link zum Artikel

Initiative pour les glaciers: le Conseil fédéral dit non et déçoit la gauche

Link zum Artikel

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Link zum Artikel

Face à la «pire nouvelle du climat», la Suisse s'inquiète et veut agir

Link zum Artikel

La Nasa et l'ESA s'allient pour le climat

Les deux agences spatiales veulent partager leur expertise en matière d'observation de la Terre. Le but? Apporter une réponse globale au changement climatique.

Parce que le changement climatique est un défi global qui n'attend pas, l'agence spatiale américaine (Nasa) et l'agence spatiale européenne (ESA) ont formé mardi un partenariat.

L'objectif de ce dernier est de mettre en commun leur expertise en matière d'observation de la Terre. Ils veulent ainsi mieux comprendre le changement climatique.

Ce partenariat a été formalisé par une déclaration d'intention. Cette dernière a été signée par:

Il vise à «tracer le chemin pour apporter une réponse globale …

Lire l’article
Link zum Artikel