DE | FR

Le choc: plus de 216 000 victimes de pédophilie dans l'Eglise en France

Un rapport d'enquête accablant dénombre plus de 216 000 enfants ou adolescents ayant subi des violences sexuelles au sein de l'Eglise catholique en France. L'épiscopat a exprimé sa «honte» et demande «pardon».
05.10.2021, 11:3406.10.2021, 09:43

Le décompte donne le vertige: 216 000. C'est le nombre d'enfants ou adolescents à avoir fait l'objet de violences ou d'agressions sexuelles de clercs ou de religieux catholiques en France depuis 1950.

Cette enquête de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique (Ciase) est le fruit de deux ans et demi de travail. Elle a été rendue publique ce mardi devant l'épiscopat, les ordres religieux et des responsables d'associations de victimes.

Des chiffres accablants

Le nombre de victimes s'élève même à «330 000 si l'on ajoute les agresseurs laïcs travaillant dans des institutions de l'Eglise catholique», a précisé le président de cette commission, Jean-Marc Sauvé.

«Ces nombres sont bien plus que préoccupants, ils sont accablants et ne peuvent en aucun cas rester sans suite»
Jean-Marc Sauvé, président de la commission d'enquête

L'enquête a également identifié entre 2900 et 3200 prêtres, diacres et religieux, ayant commis de manière certaine, des agressions sexuelles sur des mineurs ou des majeurs vulnérables. «Cette fourchette est un minimum», est-il précisé.

Une «indifférence profonde et cruelle»

L'Eglise catholique a manifesté «jusqu'au début des années 2000 une indifférence profonde, et même cruelle à l'égard des victimes» de pédo-criminalité, a asséné Jean-Marc Sauvé.

De 1950 aux années 2000, «les victimes ne sont pas crues, entendues, on considère qu'elles ont peu ou prou contribué à ce qui leur est arrivé».

La commission dénonce un phénomène au «caractère systémique».

Une réparation financière

Jean-Marc Sauvé a appelé l'institution à apporter une «réparation» financière à toutes les victimes. «Il faut indemniser les préjudices subis par les victimes en dehors même de toute faute identifiée, caractérisée de l'Eglise».

«Cette question de l’indemnisation ne peut pas être un don. C’est un dû. Les victimes ont une créance»
Jean-Marc Sauvé

L'épiscopat exprime sa honte

Le président de la Conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a exprimé «sa honte», «son effroi» et a demandé «pardon» aux victimes.

«Mon désir en ce jour est de vous demander pardon, pardon à chacune et chacun», a déclaré mgr. de Moulins-Beaufort devant la presse, ajoutant que la voix des victimes «nous bouleverse, leur nombre nous accable».

«Le temps des ambiguïtés et de la naïveté est dépassé»
Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France

Protéger les personnes vulnérables

Au même titre que les mineurs, les personnes qualifiées de «vulnérables» au sein de l'Eglise catholique ont également été identifiées par le rapport. Le sujet de ces personnes vulnérables «n’a pas été du tout négligé», a soutenu Jean-Marc Sauvé. (mbr/ats)

Pour adoucir un peu l'atmosphère, voici des champignons un peu fous.

1 / 27
Champignons fous
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et encore plus bête, on a organisé une fashion week chez watson.

Plus d'article Actu

Mais pourquoi cette fin de Covid paraît sans… fin?

Link zum Artikel

Affaire Tintin: «Ils minimisent l'existence du racisme en Suisse»

Link zum Artikel

«Il y a actuellement 430 milliards de dollars qui échappent aux Etats»

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Cette Française est restée coincée dans un ascenseur et l'eau montait...
En région parisienne, Souhayla, 22 ans, s'est retrouvée bloquée dans l'ascenseur de son immeuble avant d'être sauvée in extremis par les pompiers.

C'est une scène tout droit sortie d'un film d'horreur. Imaginez rester coincé dans un ascenseur, seul et sans aucun moyen de contacter qui que ce soit. Imaginez ensuite que l'ascenseur en question soit en train de prendre l'eau et que la cabine se remplisse petit à petit.

L’article