DE | FR

Amazon soutiendra les employées qui doivent voyager pour avorter

Un centre logistique du géant du commerce en ligne Amazon, à New York, aux Etats-Unis.
Un centre logistique du géant du commerce en ligne Amazon, à New York, aux Etats-Unis.Image: sda
Cette annonce du géant du commerce en ligne intervient alors que plusieurs Etats conservateurs américains ont voté des lois restreignant l'accès aux interruptions volontaires de grossesse (IVG).
03.05.2022, 05:3103.05.2022, 06:56

Amazon va désormais rembourser les frais de déplacement de ses employés américains pour certaines interventions médicales non critiques, y compris les avortements.

Le géant du commerce en ligne, qui emploie environ un million de personnes aux Etats-Unis, remboursera jusqu'à 4000 dollars de frais (déplacement et hébergement) pour des traitements qui ne sont pas disponibles dans un rayon de 160 km du logement.

L'extension des remboursements de frais de voyage révélée lundi inclut aussi, entre autres, l'oncologie, les traitements contre l'obésité, les anomalies congénitales (dans les 24 mois après la naissance), les soins pour la santé mentale ou encore les services anti-addiction.

Lois toujours plus restrictives

Depuis cet automne, de nombreuses sociétés américaines ont manifesté leur soutien, en interne ou publiquement, au droit des femmes à avorter. Citigroup a indiqué en mars que ses salariées seraient remboursées au cas où elles devraient voyager pour une IVG, précisant qu'il s'agissait d'une réponse aux nouvelles législations dans certains Etats.

Le 1er septembre 2021, une des lois anti-avortement les plus restrictives des Etats-Unis est entrée en vigueur dans l'Etat républicain du Texas, interdisant toute IVG à partir du moment où un battement de coeur du foetus est perceptible à l'échographie, soit quatre semaines environ après la fécondation.

Depuis, plusieurs textes limitant également l'accès à l'IVG ont été votés dans d'autres Etats conservateurs comme l'Oklahoma (jeudi dernier), la Floride ou le Mississippi. La légalité du texte voté dans le Mississippi est en examen à la cour suprême des Etats-Unis, avec une décision attendue en juin.

Les juges conservateurs, désormais ultra-majoritaires, ont laissé entendre qu'ils pourraient réduire, voire annuler le droit à l'avortement, aujourd'hui valable tant que le foetus n'est pas viable, soit vers la fin du deuxième trimestre. (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: La TV russe simule des attaques nucléaires

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Droit à l'avortement révoqué: le monde du sport est triste et en colère
La révocation du droit à l'avortement décidée vendredi par la Cour suprême constitue «une triste journée pour les Etats-Unis», a déploré l'ancienne championne de tennis et militante Billie Jean King. Un sentiment partagé par de nombreuses personnalités du sport américain.

«La Cour suprême a révoqué l'arrêt 'Roe v. Wade', qui protège depuis près de 50 ans le droit à l'avortement. Cette décision ne mettra pas fin à l'avortement. Ce à quoi elle mettra fin, c'est l'accès sûr et légal à cette procédure médicale vitale», a fustigé l'icône du mouvement pour l'égalité des sexes dans le sport et la défenseure des droits des femmes, Billie Jean King.

L’article