DE | FR
Le Wall Street Journal a révélé comment l'algorithme de Tinder fonctionne.

Image: Shutterstock

TikTok sait tout de vous et vous ne pouvez rien y faire

Le Wall Street Journal a percé le mystère de l'algorithme de TikTok. Le temps de visionnage des utilisateurs est au cœur du système, qui «devine» ainsi les préférences de chacun.



TikTok vous connaît mieux que vous-mêmes. Non, quand même. Mais ce n'est pas si loin. Dans une enquête révélée mercredi et reprise par Numerama, le Wall Street Journal lève le voile sur l'algorithme du réseau, tenu bien caché.

En ouvrant des dizaines de comptes automatisés - des «bots» -, le journal a pu visionner des centaines de milliers de vidéos. Verdict de l'enquête: c'est justement ce temps de visionnage qui au cœur de l'algorithme et qui va fabriquer le flux #PourToi (le fil de contenus suggérés par TikTok).

En traquant combien de secondes vous passez sur une vidéo, quand vous la mettez en pause et si vous la regardez à nouveau, TikTok en vient à deviner ce qui vous fascine. Sans même que vous n'ayez eu besoin de le lui formuler.

Cloîtrés dans des bulles

L'un des dangers de cet échafaudage, c'est qu'il pousse à la création de bulles dans lesquels les utilisateurs se retrouvent vite cloisonnés. Ils regardent ce qui leur plaît, mais on ne leur fait pas voir autre chose. Et quand cela touche, par exemple, à la désinformation, les conséquences peuvent être fâcheuses. (ASe)

Plus d'articles sur les réseaux

Vous êtes de la génération Z? TikTok peut vous aider à trouver un job

Link zum Artikel

Entre Maurer le fake et Berset la star, Berne veut maîtriser ses réseaux

Link zum Artikel

WTF! Le compte Instagram des Verts a été piraté par des Turcs

Link zum Artikel

Sur Snapchat, il vendait de vrais certifs de vaccination

Link zum Artikel

Bientôt des alertes météo sur tous les téléphones suisses?

En cas de catastrophes, la Suisse songe à introduire les alertes météo sur les smartphones de la population. Un service qu'elle avait pourtant refusé de mettre en place il y a 6 ans.

La Confédération examine avec les cantons la possibilité d'utiliser les alertes par téléphone mobile en cas de catastrophe, rapporte dimanche la NZZ am Sonntag.

Il s'agit de la technologie dite de diffusion cellulaire («Cell Broadcast»). Ce service permet de diffuser un même message, grâce à une antenne, à des téléphones se situant dans le rayon de la cellule. La Confédération a renoncé à ce système d'alarme il y a six ans.

A l'époque, tous les téléphones portables n'étaient pas en mesure de …

Lire l’article
Link zum Artikel