DE | FR

L’Uni de Saint-Gall enquête sur des allégations d’influence

L'Université de Saint-Gall aurait suspendu un doctorant après ses tweets critiques à l'encontre de la Chine. Une enquête a été ouverte.
06.08.2021, 19:4808.08.2021, 17:14

A Saint-Gall, l'Université va enquêter sur les allégations de la NZZ selon lesquelles un ancien doctorant a été exclu d'un programme en raison de tweets critiques envers la Chine. Le rectorat s'en distancie formellement.

«L'Université prend ces accusations très au sérieux et les examinera de manière approfondie»
L'Université de Saint-Gall, dans un communiqué

Dans son édition de mardi, le quotidien zurichois accuse la HSG de se montrer docile face à la pression de la Chine et de restreindre la liberté d'expression.

Compte Twitter supprimé

Les principes de la liberté d'enseignement et de recherche ainsi que de la liberté d'opinion sont d'une importance capitale pour l'université, souligne l'institution. Pour l'heure, il n'existe selon elle aucune indication d'une quelconque influence ou tentative de pression de l'extérieur.

La NZZ a rapporté que le suivi d'un doctorant avait été suspendu après des tweets critiques sur la Chine en mars 2020. Sa professeure aurait mis fin à la relation de supervision par crainte de ne plus recevoir de visa pour la Chine.

Le compte HSG du doctorant a ensuite été supprimé. Entre-temps, il a renoncé à son doctorat. (sda/ats)

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Baisse importante de l’espérance de vie en Suisse ++ Le chanteur Ed Sheeran testé positif

Link zum Artikel

Le chef de l'armée admet des erreurs dans les coûts informatiques

Des erreurs dans la préparation du budget informatique 2021 ont été commises, a admis samedi le chef de l'armée, Thomas Süssli. Il a rejeté les accusations selon lesquelles il aurait informé trop tard les autorités.

Les estimations de coûts pour les projets informatiques sont intervenues «trop tardivement», a déclaré Thomas Süssli à la radio alémanique SRF. Lorsque l'ampleur des coûts pour l'intégration de nouveaux systèmes informatiques est apparue plus clairement, le budget informatique était déjà établi. Au total, 460 millions étaient prévus.

Les informations des médias, selon lesquelles les coûts informatiques pour l'année en cours dépasseraient de 100 millions le budget, ont irrité certains …

Lire l’article
Link zum Artikel