DE | FR

On va payer encore plus cher notre assurance maladie, c'est confirmé

<font style="vertical-align: inherit;"><font style="vertical-align: inherit;">Au niveau politique, des actions ont déjà été entreprises pour freiner la hausse des coûts de la santé de 2022.</font></font>
Au niveau politique, des actions ont déjà été entreprises pour freiner la hausse des coûts de la santé de 2022.Image: KEYSTONE
Après une brève accalmie en 2021, les assurés devraient repasser à la caisse cette année. Sans s'avancer sur les chiffres, la Confédération confirme que les coûts élevés de la santé vont se refléter sur les primes de l'assurance maladie.
13.04.2022, 08:2913.04.2022, 11:06

Il n'est pas encore clair dans quelle proportion les primes maladies vont augmenter. Plusieurs facteurs, qui auront une influence, ne sont pas encore chiffrables. C'est ce qu'a livré, mardi, lors d'une discussion avec les médias Thomas Christen, directeur adjoint de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Santésuisse, la faîtière des assureurs, a déjà alerté en janvier sur une hausse des primes à venir. L'augmentation de 5,1% par assuré des coûts de la santé observée en 2021 est la plus forte depuis 2013. Et elle ne tient pas compte des coûts de la vaccination contre le Covid-19, qui ont atteint 265 millions de francs.

Rattrapage d'interventions

L'année 2020 avait été marquée par la pandémie. Les opérations non urgentes ont été proscrites durant des mois et les patients sont devenus plus prudents avec les interventions. Avec pour conséquence une baisse moyenne des primes de 0,2% au niveau national.

Mais l'an dernier, il semble y avoir eu un effet «rattrapage» pour de nombreuses interventions qui avaient été repoussées, selon Thomas Christen. Et de s'attendre pour 2022 aussi à une hausse disproportionnée des coûts de la santé par rapport aux salaires.

Freiner la hausse

Au niveau politique, des actions ont déjà été entreprises pour freiner la hausse des coûts de la santé. Le Parlement a adopté un premier paquet de mesures l'été dernier. Un deuxième volet est en cours de discussion. Et un troisième devrait arriver sur la table au deuxième semestre 2022.

Les instruments proposés par le Conseil fédéral ne font pas l'unanimité sous la Coupole. Par exemple, le système de prix de référence pour les médicaments dont le brevet a expiré ne devrait pas voir le jour. Et l'esquisse de contre-projet indirect à l'initiative populaire «Pour des primes plus basses» lancée par Le Centre suscite le scepticisme.

<font style="vertical-align: inherit;"><font style="vertical-align: inherit;"><font style="vertical-align: inherit;"><font style="vertical-align: inherit;">Thomas Christen, responsable de l'unité de direction Assurance maladie et accidents, le 28 septembre 2021, à Berne.</font></font></font></font>
Thomas Christen, responsable de l'unité de direction Assurance maladie et accidents, le 28 septembre 2021, à Berne.Image: sda

En revanche, le contre-projet indirect gouvernemental à l'initiative du PS «Maximum 10% du revenu pour les primes d'assurance-maladie» reçoit le soutien de la commission compétente du National. Les cantons devraient davantage participer aux réductions des primes d'assurance-maladie.

Le gouvernement veut notamment fixer des objectifs de coûts. «Ils ne mettraient pas en danger l'approvisionnement», a jugé Thomas Christen. Et de souligner que le Conseil fédéral ne prévoit pas que des traitements ne puissent plus être effectués une fois ces objectifs dépassés.

Le directeur adjoint de l'OFSP a, toutefois, insisté sur la responsabilité individuelle. «Les patients ne devraient recevoir que les traitements nécessaires.» Certes, ce n'est pas aux autorités de définir quelles prestations sont appropriées et lesquelles ne le sont pas, mais les fournisseurs ont le devoir d'établir des listes. (ats/mndl)

Et sinon, petit tuto impôts pour les retardataires?

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Mauvais payeur? Votre canton pourrait vous mettre sur liste noire
Le Conseil national a approuvé, jeudi, un projet permettant aux cantons de tenir des listes d'assurés payant leurs factures de prime d'assurance maladie en retard. Si le projet exclut les enfants, celui-ci continue à faire débat.

Les cantons devraient pouvoir tenir des listes noires des mauvais payeurs de primes d'assurance maladie. Le Conseil national a approuvé jeudi par 98 voix contre 92 et 2 abstentions un projet en ce sens.

L’article