DE | FR
En privé, le comité central critique durement la culture de travail instaurée à Lausanne: trop d'interlocuteurs, trop de complications, trop d'ego.
En privé, le comité central critique durement la culture de travail instaurée à Lausanne: trop d'interlocuteurs, trop de complications, trop d'ego.Image: KEYSTONE

Lausanne évincée pour sa façon de tout compliquer. «On est sidérés!»

Les championnats du monde de hockey 2026 auront vraisemblablement lieu à Zurich et à Fribourg. Organisateur de l'édition 2020 avant son annulation, Lausanne pensait récupérer le dossier. Elle tombe des nues et accuse: «On répand des informations diffamatoires à notre sujet.»
27.01.2022, 07:0027.01.2022, 12:06

Lausanne a appris la nouvelle un peu par hasard; mais comme dit l'adage, les cocus sont toujours les derniers informés: elle n'accueillera pas les Mondiaux de hockey en 2026. Pas après avoir perdu ceux de 2020, tout organisé et tout préparé pour rien, jusqu'à leur annulation de dernière minute pour cause de Covid.

«La fédération suisse de hockey sur glace a échangé des mails avec Chris Wolf, le CEO du Lausanne HC. Nous avons appris par ces échanges que le choix s’était finalement porté sur Fribourg», révèle Patrice Iseli, chef du service des sports à la Ville de Lausanne et président du comité d’organisation local en 2020.

«Nous n’avons rien reçu d’officiel à ce jour. On nous a même laissés entendre qu'on gardait nos chances, que le contrat avec Fribourg devait encore être signé; mais j’ai l’impression sur ce coup qu’on nous prend pour des ballots»
Patrice Iseli

En privé, le comité central critique durement la culture de travail instaurée à Lausanne: trop d'interlocuteurs, trop de complications, trop d'ego. Trop de problèmes. «Plus jamais Lausanne», aurait juré un membre excédé au cours d'une séance.

Ce comité est constitué à parts égales de Swiss Ice Hockey et de la société Infront. Selon nos informations, il aurait privilégié Fribourg, notamment, pour «ses décisions rapides» et la possibilité de «traiter directement avec les autorités, en cercle restreint», des facilités qu'il n'espérait plus obtenir de Lausanne.

Sauf que ce n'est apparemment pas le discours officiel. «Le comité d'organisation local que je dirigeais réunissait de nombreuses parties: le LHC, la patinoire de Malley, la police, les pouvoirs publics. Nous n’avons jamais entendu la moindre plainte sérieuse de la part de Gian Gilli, le CEO des Mondiaux 2020. Il y a eu de très nombreuses séances, sans problème particulier. Les aller-retour permanents entre nos deux entités sont toujours restés extrêmement fluides. Dans ces conditions, je suis stupéfait de lire dans la presse que tout était compliqué avec Lausanne. C’est de la diffamation!»

Lausanne s'estime d'autant plus lésé qu'il a déjà œuvré trois ans sur ce projet. «Et sans le moindre accrochage, du moins pas à ma connaissance, poursuit Patrice Iseli. Je défie quiconque à la fédération de mettre nos supposés problèmes sur la table. Je pourrais éventuellement comprendre et accepter des reproches si quelqu’un en avait formulé. Mais en l’occurrence, il n’y a rien. Nous n’avons reçu que des louanges.»

«Je suis sidéré de lire que nos rapports de travail étaient compliqués. Nous tombons tous des nues: le comité d'organisation, le LHC, les politiques. Tout le monde»
Patrice Iseli

Sans pensée complotiste (ou alors juste une arrière-pensée...), Lausanne ne tait pas ses doutes et ses soupçons. «Dès le départ, il y a eu une volonté de nous mettre hors-jeu, observe Patrice Iseli. La fédération a écrit à plusieurs sites en Suisse pour les encourager à présenter leur candidature, mais ni la Ville de Lausanne, ni la Vaudoise aréna n’ont reçu ce courrier. Nous avons appris la chose incidemment, puis nous nous sommes dépêchés de déposer notre dossier.»

Patrice Iseli le reconnaît, le comité central ne lui avait rien promis. «Quand le Championnat du monde 2020 a été annulé en raison du Covid, personne ne nous a jamais dit que Lausanne «récupérerait» ceux de 2026. Mais ça paraissait tellement légitime… Nous avions déjà travaillé trois ans sur ce projet. Nous avions un dossier hyper solide, avec de gros soutiens financiers.»

Fribourg aurait également bénéficié de structures mieux adaptées, avec de nombreux bâtiments adjacents, et du soutien amical de René Fasel, ancien président de la Fédération internationale de hockey sur glace. Les conditions financières, en revanche, n'ont pas filtré. Une personnalité influente du hockey suisse n'exclut pas qu'elles aient pu peser, tout en doutant que «Lausanne n'ait pas eu les moyens de s'aligner si nécessaire».

«Je peux tout à fait entendre qu’il y a eu des problèmes. Mais alors, qu’on nous dise lesquels, s'étrangle Patrice Iseli. Cette façon de procéder n’est absolument pas professionnelle ni fair-play. Nous sommes tous fous de rage, le LHC, la Ville, le Canton. Nous le prenons comme un manque de respect pour le travail accompli pendant trois ans et pour Lausanne, capitale olympique. Nous exigeons de la fédération suisse d’avoir connaissance de la procédure et des critères d’attribution, s’ils existent…»

Collaboration: Klaus Zaugg

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Renoncer au Mondial pour un accouchement: louable ou indéfendable?
Roman Josi ne disputera pas le Championnat du monde de hockey, qui débute ce samedi pour la Suisse (15h20 contre l'Italie), car sa femme attend leur deuxième enfant. Une décision que son équipe accepte mais que d'autres fustigent.

On a appris jeudi que Roman Josi, l'un des meilleurs joueurs de l'équipe de Suisse, ne prendrait pas l'avion pour le Championnat du monde en Finlande (du 13 au 29 mai) afin de rester auprès de sa femme Ellie Ottaway. Celle-ci attend le deuxième enfant du couple pour le mois de juin.

L’article