DE | FR
Image: Shutterstock

Les Romands se baignaient déjà en hiver au 18e siècle

Les bains en eau froide font chaque année plus d'adeptes. La pratique n'est pourtant pas nouvelle: des documents prouvent que les Romands nageaient déjà dans les lacs il y a trois siècles.
02.02.2022, 05:5902.02.2022, 17:30
Suivez-moi

La semaine dernière dans le quotidien ArcInfo, Michel Schlup se plaisait à rappeler que «nos courageux et hardis baigneurs de l’hiver» ne sont de loin pas des pionniers. Le rédacteur de la Nouvelle revue neuchâteloise avait en effet retrouvé la trace d'une correspondance échangée dans les années 1770 entre le financier Pierre Alexandre DuPeyrou et l'éditeur Marc-Michel Rey. Le premier y évoquait les vertus de l'eau froide du lac de Neuchâtel qui, disait-il, l'aidaient à atténuer ses crises de goutte (une forme particulière d'arthrite qui provoque de vives douleurs aux articulations).

DuPeyrou écrit ainsi à son ami, le 11 novembre 1771:

«Il gèle pourtant très ferme depuis quelques jours, mais le bon effet de ces bains me fait passer sur le petit quart d’heure de froid que j’éprouve en me déshabillant et en me plongeant. En sortant de l’eau, je sens une douce chaleur là où auparavant je n’éprouvais qu’un sentiment glacé»

Cette sensation de bien-être est également ressentie dans les eaux du Léman à la même époque. Nous n'avons pas trouvé de correspondance qui l'atteste aussi formellement qu'à Neuchâtel, mais Grégory Quin, historien du sport à Lausanne, rappelle que «le lac servait alors à des fins thérapeutiques ou hygiéniques même en hiver».

Le spécialiste poursuit: «Les réflexions sur l'utilisation des bains chauds et froids apparaissent très clairement au 18e siècle. C'est l'époque des Lumières et de la redécouverte du corps. Dans L'Emile de Rousseau, on trouve d'ailleurs des recommandations en faveur des bains froids et de la vie au grand air, même en hiver. Or, une partie de l’œuvre a été pensée sur les bords du Léman à Genève».

Dans l'un de ses chapitres, Rousseau écrit en effet:

«Je voudrais qu’en grandissant on s’accoutumât peu à peu à se baigner quelquefois dans des eaux chaudes à tous les degrés supportables, et souvent dans des eaux froides à tous les degrés possibles. Ainsi, après s’être habitué à supporter le diverses températures de l’eau, qui, étant un fluide plus dense, nous touche par plus de points et nous affecte davantage, on deviendrait presque insensible à celles de l’air»

Le dr. Auguste Tissot, une des figures médicales du siècle des Lumières, conseillait lui aussi les variations de températures pour soigner de multiples pathologies: la goutte, mais aussi les affections pulmonaires et jusqu'aux scolioses.

Au 21e siècle, la baignade peut aussi être récréative

De joyeux lurons dans les Grisons.
De joyeux lurons dans les Grisons.Image: KEYSTONE/TI-PRESS

Il faudra attendre le 19e et la démocratisation des bains sur les rives du Léman pour une utilisation médicale (au sens contemporain du terme) des eaux froides.

Des structures sur pilotis sont alors aménagées, encerclant une piscine d'eau naturelle. Un médecin conseiller est rattaché à l'établissement tout au long de l'année, ce qui permet aux baigneurs d'être accompagnés sur le plan sanitaire et de prévenir les risques de noyade. Car si les lacs sont pour nous d'immenses terrains de jeux, ce n'était pas du tout le cas au 19e siècle. L'eau faisait peur à la population. La plupart des habitants ne savaient pas nager et les noyades étaient fréquentes.

«Pour cette raison, les gens préféraient les rivières aux lacs», nous renseigne Lionel Gauthier, conservateur du Musée du Léman à Nyon.

Lionel Gauthier.
Lionel Gauthier.

Il rappelle que la réputation du lac a évolué au fil des différentes périodes de l'histoire. «Au 19e siècle par exemple, certains disaient que c'était du jus de cadavre. L'eau n'était pas propre. Les vaches venaient s'y abreuver, le travail des lavandières occasionnait de la mousse en surface.»

Les autorités allaient parfois jusqu'à interdire l'accès au lac, notamment lors des épidémies de peste, craignant que l'eau ne favorise la diffusion de la maladie.

Trois siècles plus tard, le monde lutte contre une autre pandémie, et l'eau, cette fois, est une alliée: la baignade hivernale a pour vertu de renforcer les défenses immunitaires, permettant ainsi de combattre plus efficacement les virus.

Thèmes

Chez watson, on aime aussi les pingouins ❤️

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les nageurs transgenres ne savent pas comment prendre leur «inclusion»
La natation entend devenir le premier sport à ouvrir les compétitions aux athlètes transgenres. Mais les associations ne sont pas tout à fait convaincues.

La natation, premier sport à faire une place aux athlètes trans? Oui, c'est acté et validé par Husain Al-Musallam, président de la Fédération internationale de natation (Fina). Une avancée significative, comme un premier pas vers le progrès.

L’article