DE | FR
Vladimir Poutine.
Vladimir Poutine.Image: sda

Des objectifs «clairs» derrière le déploiement de troupes russes

Il y a une semaine, nous apprenions que des soldats russes se regroupaient près de la frontière ukrainienne. Un haut fonctionnaire du Renseignement occidental lève le voile sur la stratégie de Vladimir Poutine.
10.12.2021, 10:0510.12.2021, 10:21

Selon les estimations des services secrets occidentaux, la Russie de Vladimir Poutine veut avant tout, par le mouvement de ses troupes en direction de l'Ukraine, forcer des concessions de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) sur des questions politiques et militaires controversées. Un haut responsable des services de renseignement a déclaré:

  • Il semblerait que la Russie veuille obtenir des garanties juridiquement contraignantes pour que l'Ukraine ne devienne jamais membre de l'Otan.
  • La Russie souhaiterait, en outre, que l'Alliance s'abstienne de déployer durablement des troupes et des équipements en Ukraine, qu'elle cesse tout soutien militaire au pays et qu'elle ne mène plus d'exercices à proximité de la Russie.
«La Russie essaie de faire croire qu'elle est menacée et qu'elle réagit au comportement occidental»
Un haut fonctionnaire du Renseignement

Or, le pays ne fait que réagir aux problèmes qu'il crée lui-même. «C'est le pyromane qui essaie de jouer le rôle du pompier», a commenté le haut fonctionnaire peu avant une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) à Liverpool en Angleterre.

La grande peur de la Russie

Parmi les raisons possibles de l'orientation actuelle du gouvernement de Moscou, le représentant des services secrets a cité la crainte que les développements en Ukraine n'éveillent des convoitises indésirables au sein de la population russe. La menace serait que l'Ukraine soit un modèle et devienne un Etat encore plus démocratique avec des élections libres, une économie diversifiée et le respect des principes et des valeurs occidentales. Cela pourrait être plus dangereux que le pouvoir des appareils militaires, a-t-il déclaré.

Ces déclarations ont pour toile de fond les conclusions de l'Otan selon lesquelles la Russie aurait actuellement rassemblé entre 75 000 et 100 000 soldats à la frontière avec l'Ukraine. Ces développements rappellent les souvenirs de 2014, lorsque la Russie s'était emparée de la péninsule de Crimée après la révolution en Ukraine et avait commencé à soutenir les séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

Alors, invasion ou pas?

A la question de savoir si la Russie pourrait envahir l'Ukraine si les menaces ne produisaient pas les résultats escomptés, l'officier de renseignement a déclaré qu'il faudrait probablement beaucoup plus de troupes que celles qui sont actuellement sur place. Il a, en même temps, souligné que la Russie avait les capacités de mobiliser rapidement ces troupes supplémentaires. De son point de vue, il est désormais important d'agir avec prudence et de se préparer au fait qu'une opération militaire de grande envergure pourrait théoriquement avoir lieu fin janvier, début février. On ne peut pas se permettre le luxe de partir du meilleur scénario possible, a-t-il averti.

Est-ce que les pays d'Europe vont discuter?

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 se réunissent à partir de ce vendredi. On s'attend à ce que les discussions portent entre autres sur la question de savoir comment renforcer encore la dissuasion vis-à-vis de la Russie. La nouvelle ministre des Affaires étrangères allemande Annalena Baerbock (Verts) devrait participer aux discussions.

Jusqu'à récemment, il était considéré comme très improbable que l'Occident fasse de grandes concessions dans le conflit avec la Russie. Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ne cesse de répéter que ce n'est pas à la Russie de déterminer qui devient membre de l'Otan et qui ne l'est pas. (jah)

À New York, Le sapin de Fox News a pris feu

L'actu en mèmes, ça vous plaît? Par ici

Le débrief des votations en mèmes

Link zum Artikel

T'as pas lu les news cette semaine? Voici un récap de l'actu en mèmes

Link zum Artikel

Pas le temps de suivre les news? Voici un récap de l'actu en mèmes

Link zum Artikel

Lire, c'est chiant? Voici l'actu de la semaine en mèmes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pas de matériel de guerre suisse en Ukraine: le paradoxe de la neutralité
La neutralité armée implique que la Suisse dispose de sa propre industrie d'armement. L'interdiction de livrer des armes contenant des composants suisses remet en question ce système. La ministre de la Défense Viola Amherd s'est exprimée sur cette contradiction.

L'interprétation de la neutralité de la Suisse anime les débats. Au niveau national, les présidents du PLR et du Centre critiquent fortement la situation. Au niveau international, le vice-chancelier allemand Robert Habeck a déclaré dimanche à Davos: «Si l'on refuse de livrer des armes, on ne fait plus la différence entre l'agresseur et l'agressé. Une loi qui est quasiment aveugle à la Russie et à l'Ukraine est une loi qui ne comprend plus la réalité.» Le président letton, Egils Levits, a lui aussi déclaré:

L’article