DE | FR
Emmanuel Macron n’a pas encore gagné la présidentielle. Sur le papier, il est plus près de la victoire que ne l’est Marine Le Pen.
Emmanuel Macron n’a pas encore gagné la présidentielle. Sur le papier, il est plus près de la victoire que ne l’est Marine Le Pen.capture d'écran tf1
Commentaire

Qui l'emportera: le «tout sauf Macron» ou le «tout sauf le Pen»?

A l'issue du premier tour de la présidentielle française, Emmanuel Macron dispose d'un plus grand réservoir de voix que Marine Le Pen. Mais rien n'est joué. Commentaire.
10.04.2022, 23:0217.04.2022, 17:15

Le premier tour de l’élection présidentielle française a rendu son verdict. Si l’on excepte, ce n’est pas rien, l’éviction du jeu de la droite classique, incarnée il y a cinq ans par François Fillon, qui était arrivé troisième pour Les Républicains (LR), on prend les mêmes et on recommence. Dans l’ordre: Macron, Le Pen, Mélenchon. Exit Mélenchon pour le second tour. Restent Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Un écart d’environ 5% les séparait aux alentours de minuit. Il s'est réduit à moins de 3,5% au cours de la nuit. Il était de 2,7% en 2017 en faveur du premier.

Emmanuel Macron n’a pas encore gagné la présidentielle. Sur le papier, il est plus près de la victoire que ne l’est Marine Le Pen. Tout est question, à présent, de réserves de voix. En grattant beaucoup, Marine Le Pen peut espérer, si l'on se fie aux scores des uns et des autres, entre 35% et 40% des voix, à commencer par celles d’Eric Zemmour. Le candidat de Reconquête lui a apportées hier soir après 20 heures, de même que Nicolas Dupont-Aignan. Mais, si les résultats de premier tour proposent, l'électorat de second tour dispose.

Le président sortant peut compter de son côté sur les soutiens de Valérie Pécresse (LR), Yannick Jadot (Europe Ecologie Les Verts), Fabien Roussel (Parti communiste) et Anne Hidalgo (Parti socialiste). Même Jean-Luc Mélenchon, qui a martelé qu’aucune voix de son camp ne devait aller à l’extrême droite, a donné sinon une indication de vote, du moins une recommandation de non-vote pouvant se traduire par de l'abstention, ce dont le chef de l'Etat ne devrait pas, en principe, excessivement pâtir.

Que peut-on retenir de ce premier tour? Et que nous dit-il pour l’avenir?

Le vote utile, qui est aussi celui de la peur face à l’extrême-droite et de la peur face à la guerre en Ukraine, a servi Emmanuel Macron, vu comme un garant de la démocratie et de la continuité de l'Etat. Les sondages de premier tour qui donnaient 8% à Valérie Pécresse ont ainsi été divisés par deux dans les urnes. Nul doute qu’Emmanuel Macron en aura profité. Pareillement, Marine Le Pen aura pris des voix à Eric Zemmour, qui, pour autant, fait mieux que Valérie Pécresse. Tout comme Jean-Luc Mélenchon, qui avait pour lui la dynamique à gauche et qui a en partie siphonné le vote écologiste.

La lancinante question sociale

Et maintenant? Ce qui était vrai pour le premier tour, reste vrai pour le second: l’extrême droite demeure un danger et la guerre en Ukraine bat son plein. Mais il y a tout le volet social. Un thème sur lequel Marine Le Pen est habile et rassembleuse, en candidate du pouvoir d'achat. Tout comme l'est Jean-Luc Mélenchon, pour qui ce terrain-là est du velours et qui, au passage, a peut-être réussi dimanche à bâtir une gauche capable d'incarner à nouveau un jour l'alternance. Or, si Mélenchon souhaite qu’aucune voix de ses électeurs n’aille à la présidente du Rassemblement national, il ne les a pas pour autant explicitement appelés à voter pour Emmanuel Macron le 24 avril.

Si bien que, dans l’entre-deux-tours, les électeurs étant libres de leur vote, au «tout sauf Le Pen» pourrait répondre en écho un «tout sauf Macron», perçu comme le président des riches tant chez Le Pen que chez Mélenchon.

Un «tout sauf Macron» qui ne l’empêchera peut-être pas d’être réélu, mais qui – bis repetita post-2017? – pourrait alors une nouvelle fois le mettre en grande difficulté face à la rue.

Vladimir Soloviev traite Zelensky de "nazi satanique"

Présidentielle: tout savoir sur le premier tour!

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La reine Elizabeth II «n'est pas un être humain». C'est pire
En 1977, le tube antimonarchique God save the queen voulait décoiffer la reine d'une rafale de décibels et de marketing; 45 ans plus tard, alors que l'entreprise Sex Pistols n'est plus qu'une machine à cash opportuniste et bedonnante, Elizabeth Alexandra Mary Windsor demeure. Et c'est probablement ça, «être punk», aujourd'hui: durer.

Le punk ne mène à rien. No future qu'ils disaient. Johnny Rotten peut en témoigner. Le gueulard de ce que fut, jadis et dare-dare, le phénomène Sex Pistols est aujourd'hui un vieil homme fauché et fatigué. Il y a quelques jours, le précoce retraité du rock à crête a même félicité la reine «pour sa réussite et sa longévité». Jaloux et résigné, avec ça.

L’article