DE | FR
Des salaries de Smood avec le soutien du syndicat Unia manifestant lors d'une action le jeudi 11 novembre 2021 a Lausanne.
Des salaries de Smood avec le soutien du syndicat Unia manifestant lors d'une action le jeudi 11 novembre 2021 a Lausanne. Image: keystone

Nouvelles plaintes contre Smood dans plusieurs cantons romands

Des plaintes contre Smood ont été déposées simultanément dans quatre cantons romands mercredi. Les livreurs, à l'origine de ces actions en justice, réclament 125 000 francs au service de livraison à domicile.
11.05.2022, 14:4811.05.2022, 17:41

L'affaire Smood prend un nouveau tournant. Après les grèves de fin d'année 2021 et les échecs de conciliation de janvier, quatre livreurs de Smood ont déposé, mercredi, des actions en justice contre le service de repas à domicile dans les tribunaux de prud'hommes de quatre cantons: Genève, Vaud, Neuchâtel et Valais.

Ces employés dénoncent des conditions de travail «inacceptables», a rapporté ce mercredi le 12h30 de la RTS à partir d'un communiqué d'Unia. Plus précisément, chez Smood, si le salaire minimum est bien versé (un peu plus de 23 francs de l'heure à Genève), l'entreprise rogne sur les frais professionnels, comme les indemnités dues aux livreurs qui utilisent leur voiture ou les majorations pour le travail de nuit, explique Roman Künzler, le responsable logistique et transport d'Unia.

«Smood refuse de rémunérer les salariés pendant toute la durée de leur disponibilité. De plus, les dépenses sont sous-estimées et les indemnités pour le travail de nuit et du dimanche ne sont pas versées»
Unia

Roman Künzler regrette aussi la discrétion de la Migros dans cette affaire. Le géant de la distribution possède en effet 30% de Smood, mais il n'est pas intervenu quand des livreurs, exaspérés par leurs piètres conditions de travail, ont mené une grève à la fin de l'année dernière.

Les plaignants réclament, toutes plaintes cumulées, 125 000 francs. Unia précise que d'autres coursiers prévoient de déposer prochainement des poursuites similaires devant les tribunaux. «L'impunité de Smood doit cesser», conclut le syndicat. (mndl/ats)

23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi

1 / 25
23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'employé d'un resto casse une étagère de vins à 10 000 francs

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les restos gastros: «Le chef vient te parler à la fin et t'as jamais rien à lui dire»
Marie-Adèle Copin aime râler, juger, critiquer. Même quand elle se fait un resto gastro qui ne lui a pas coûté un centime.

Pas la peine d'essayer de l’embrouiller avec une histoire de «yuzu caramélisé sur son lit de confit d'agneau», de toute façon, après le troisième plat, elle ne se rappelle de rien. Marie-Adèle, elle, est là pour bouffer trop de pain, sur lequel elle étale une bonne couche de beurre. Ah oui, et elle est là pour les cinq bouteilles de rouge, évidemment.

L’article