DE | FR
La police britannique de contre-terrorisme a annoncé avoir arrêté deux personnes dimanche soir en lien avec la prise d'otages la veille par un Britannique dans une synagogue du Texas, aux Etats-Unis.
La police britannique de contre-terrorisme a annoncé avoir arrêté deux personnes dimanche soir en lien avec la prise d'otages la veille par un Britannique dans une synagogue du Texas, aux Etats-Unis.Image: sda

Synagogue au Texas: La police arrête deux jeunes au Royaume-Uni

Une prise d'otages, samedi, dans une synagogue de Colleyville au Texas, s'est terminée par la libération des quatre otages sains et saufs. Deux suspects ont été arrêtés.
17.01.2022, 05:55

La police britannique de contre-terrorisme a annoncé avoir arrêté deux personnes dimanche soir en lien avec la prise d'otages la veille par un Britannique dans une synagogue du Texas, aux Etats-Unis:

«Deux jeunes ont été arrêtés ce soir dans le sud de Manchester. Ils restent en détention pour être interrogés»
La police de Manchester

Les autorités américaines ont lancé dimanche une enquête «de portée internationale» sur l'assaillant britannique. Joe Biden a confirmé que le suspect, identifié par le FBI comme étant le ressortissant britannique Malik Faisal Akram, âgé de 44 ans, avait «insisté pour obtenir la libération de quelqu'un qui est en prison depuis dix ans».

Selon des journalistes présents sur place, une forte explosion et des coups de feu ont retenti dans la synagogue juste avant l'annonce de Greg Abbott. Quelques heures plus tôt, alors que d'âpres négociations avaient lieu entre la police et le ravisseur, un premier otage avait été libéré indemne.

«L'équipe de libération d'otages a pris d'assaut la synagogue» et «le suspect est mort», a déclaré le chef de la police locale, au sortir d'une situation qui aura duré près de dix heures. Tous les otages ont été libérés sains et saufs, avait auparavant annoncé le gouverneur du Texas, Greg Abbott.

Ca s'est passé où?
La prise d'otages est survenue dans la synagogue de la congrégation Beth Israël à Colleyville, ville d'environ 23'000 habitants, dans la banlieue de Dallas.

La chaîne ABC News, citant une source sur place, a rapporté avant la libération du premier otage que le suspect :

  • Etait armé et retenait quatre personnes dont un rabbin.
  • Affirmait avoir placé des bombes à des emplacements inconnus.

«Je vais mourir»

La voix d'un homme, par moments agitée, pouvait être entendue sur la retransmission de l'office religieux en direct sur Facebook, consultée par l'AFP avant son interruption. L'homme avait notamment lancé:

«Il y a quelque chose qui ne va pas avec l'Amérique»

«Je vais mourir», avait-il aussi dit, demandant, à plusieurs reprises, à un interlocuteur non identifié que «sa soeur» lui soit passée au téléphone. Le suspect, selon ABC News, affirmait être le «frère» d'Aafia Siddiqui.

Mais qui est Aafia Siddiqui?
C'est une scientifique pakistanaise, condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu'elle était détenue en Afghanistan. La femme est actuellement détenue dans un hôpital-prison à Fort Worth, près de Dallas.

Il réclamait sa libération, citant un responsable proche du dossier sous couvert d'anonymat. Des experts ont toutefois souligné que le mot utilisé par l'homme en arabe était figuratif et signifiait «soeur» dans la foi islamique.

Aafia Siddiqui «n'est absolument pas impliquée» dans la prise d'otages, a d'ailleurs indiqué, dans une déclaration à la chaîne CNN, son avocate. Elle a confirmé que l'homme n'était pas le frère de Mme Siddiqui, tout en assurant que sa cliente condamnait ces actions.

La communauté juive est affectée

La police de Colleyville avait évacué les habitants des alentours, et a demandé au public d'éviter la zone. Le FBI, la police fédérale américaine, a ouvert une enquête sur le ravisseur, qui a été identifié, a indiqué un agent spécial du FBI, sans toutefois révéler le nom du suspect décédé.

Réagissant aux informations de certains médias selon lequel il était britannique, le ministère britannique des Affaires étrangères a répondu:

«Nous avons connaissance de la mort d'un homme britannique au Texas et nous sommes en contact avec les autorités locales»
Ministre britannique des Affaires étrangères

Cet incident a profondément affecté la communauté juive aux Etats-Unis. Ellen Smith, une fidèle de la synagogue, a décrit, auprès de CNN, une situation «choquante et horrifiante». Elle a cependant dit ne pas être surprise que cette agression ait visé la communauté juive. Elle a confié:

«Les cas d'antisémitisme ont augmenté ces derniers temps. On se sent presque sans espoir»
Ellen Smith, une fidèle de la synagogue

«Nul ne devrait avoir peur de se rassembler dans son lieu de prière», a affirmé, de son côté, le conseil des relations avec la communauté juive, un organisme basé à San Francisco.

Le premier ministre israélien Naftali Bennett avait indiqué surveiller la situation. (jug/ats)

Restons aux Etats-Unis:

1 / 6
Aux USA, de la neige en veux-tu en voilà
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Rien à voir, mais ce pingouin a un ange gardien:

Plus d'articles concernant les Etats-unis

Les confidences du fils sulfureux de Joe Biden agitent les Américains

Link zum Artikel

Les Etats-unis évoquent un boycott des JO de Pékin

Link zum Artikel

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Link zum Artikel

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Cour suprême des Etats-Unis s'en prend maintenant au climat
La très conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a encore frappé. Et cette fois, c'est le climat qui est à l'ordre du jour. En limitant les moyens de lutter contre les gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait bien empirer.

Jeudi, les six juges conservateurs, qui constituent la majorité de la Cour Suprême, ont estimé que l'Agence pour la protection de l'environnement (EPA) ne pouvait pas édicter de règles générales pour réguler les émissions des centrales à charbon, qui produisent près de 20% de l'électricité aux Etats-Unis.

L’article