DE | FR

L'obligation vaccinale prend de l'ampleur aux Etats-Unis

epa09194706 People queue up for the COVID-19 vaccination at Grand Central Terminal in New York, New York, USA, 12 May 2021. The pop-up site is part of a city-wide initiative to get more New Yorkers and tourists vaccinated. Those who receive the free vaccine, Johnson & Johnson's single-shot dose, will receive a free seven-day MetroCard pass. The walk-up vaccines will be offered at Penn Station, Grand Central Terminal, Broadway Junction, and other stations through 16 May.  EPA/Peter Foley

Image: sda

Alors que les contaminations repartent à la hausse aux Etats-Unis, la pression monte sur les non-vaccinés. De plus en plus d'institutions commencent à imposer la piqûre à leurs employés. Le gouvernement fédéral y réfléchit.



Il y a seulement quelques semaines, les Etats-Unis pensaient avoir laissé la pandémie derrière eux. Actuellement, la situation sanitaire ne cesse de se dégrader. Dans le continent nord-américain, comme un peu partout dans le monde, le variant Delta s'impose et le rythme de la vaccination ralentit. Conséquence: les contaminations ont quadruplé depuis le début du mois de juillet.

Selon la Johns Hopkins University, plus de 163 millions d'Américains sont entièrement immunisés, ce qui correspond à 49,7% de la population. Ce pourcentage varie cependant en fonction de l'Etat: en Alabama, par exemple, seulement 33% des personnes pouvant recevoir le vaccin sont entièrement vaccinées.

Cette situation inquiète les autorités, qui mettent en garde contre une «pandémie de non-vaccinés». D'autant plus que, selon Rochelle Walensky, directrice du Centre de contrôle et de prévention des maladies, plus de 97% des hospitalisations et 99,5% des décès concernent des personnes non immunisées.

Vaccination ou dépistage hebdomadaire

Face à ces chiffres, la colère gronde parmi les vaccinés, qui accusent les réfractaires de négliger leur devoir civique, écrit le New York Times. Selon le journal, ce sentiment contribue à soutenir les mesures plus coercitives qui ont récemment été adoptées au niveau local.

L'État de Californie et la ville de New York ont ainsi donné le choix à leurs employés: se faire vacciner ou subir des tests hebdomadaires. Et un grand nombre d'hôpitaux d'un bout à l'autre du pays ont déclaré qu'ils exigeraient que leur personnel se fasse vacciner, rapporte le Washington Post. La ville de San Francisco a sommé ses 35 000 employés de se faire immuniser, sous peine de sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement.

Le président pourrait aller beaucoup plus loin: en marge d'un déplacement, Joe Biden a affirmé qu'une vaccination obligatoire pour tous les employés de l'Etat fédéral était «à l'étude». Cette obligation concernerait plus de deux millions de travailleurs. (asi)

Marre du Covid? Les Jeux olympiques de Tokyo ont lieu en ce moment

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le vaccin

La Suisse devra-t-elle imposer la vaccination sans le dire?

Link zum Artikel

Pourquoi l'initiative contre la vaccination obligatoire va aboutir

Link zum Artikel

Le statut vaccinal, c'est le nouveau critère des rencontres en ligne

Link zum Artikel

Cher OFSP, soyez plus cohérent et ne jouez plus avec nos nerfs

Link zum Artikel

Pas besoin de l'accord des parents pour se faire vacciner

A Fribourg, le tribunal cantonal a refusé le recours d'un couple qui contestait l’injection du vaccin aux jeunes de 12 à 15 ans.

Non, les ados qui souhaitent se faire vacciner n'ont pas à demander l'accord de leurs parents avant. Cela serait contraire aux dispositions de droit international en matière de droits de l’enfant, estime le Tribunal cantonal fribourgeois qui a rejeté le recours d'un couple demandant l’arrêt définitif de la campagne de vaccination envers les mineurs.

Le principal argument des recourants? Les jeunes ne couraient «qu’un risque de santé infime en cas d’infection par le Covid-19» rapporte le …

Lire l’article
Link zum Artikel