DE | FR
En direct

Djokovic est inscrit en février à Dubaï

Visa rejeté, recours déposé, et finalement expulsion: le voyage de Djokovic en Australie s'est transformé en histoire rocambolesque. Voici les dernières news.
26.01.2022, 11:1926.01.2022, 15:26
Team watson
Team watson
Suivez-moi
  • Le numéro un mondial de tennis, Novak Djokovic, est rentré dans son appartement à Belgrade lundi. Il avait été expulsé d'Australie au terme d'une bataille judiciaire sur son statut vaccinal contre le Covid-19. Son expulsion a privé le Serbe de l'Open d'Australie.
  • Le Serbe ne veut pas s'exprimer sur cette affaire jusqu'à la fin de ce premier tournoi du Grand Chelem. A son arrivée à l'aéroport de Belgrade, il a évité ses fans et les médias.
Envoyez-nous votre contribution
11:18
Djokovic s'est inscrit à Dubaï
Après son éviction de l'Open d'Australie, Novak Djokovic est inscrit au tournoi de Dubaï, dans moins d'un mois (21-26 février). Le numéro 1 mondial figure dans une première liste de joueurs et envisagerait d'effectuer son retour à la compétition dans ce cadre qui lui convient, puisqu'il avait remporté le titre en 2020 après avoir battu Tsitsipas en finale.
15:43
Le patron de l'Open d'Australie est prêt à accueillir Djokovic en 2023
Craig Tiley, directeur de l'Open d'Australie, a déclaré dimanche que l'expulsion de Novak Djokovic était due à une «mauvaise communication» et à des conditions d'entrée changeantes: «Il y a eu beaucoup de contradictions et de complexité dans les informations reçues.» Interrogé par la chaîne australienne ABC sur le fait que le Serbe revienne l'an prochain, Tiley a répondu: «Oui, il en a clairement l'intention. Après tout, Il est n°1 mondial et il aime vraiment l'Open d'Australie.» Le patron du tournoi a également démenti avoir payé les frais de justice de Djokovic et même que le Serbe ait eu une telle velléité.
15:11
Djokovic en balade au Monténégro
Le numéro un mondial a été aperçu ce jeudi au monastère d'Ostrog. Il s'agit d'un monastère de l'Église orthodoxe serbe imbriqué dans une falaise du mont Ostrog, au Monténégro.

10:51
L'entraîneur de Djokovic en veut beaucoup aux médias
Marian Vajda, co-entraîneur de Novak Djokovic, ne s'était pas exprimé publiquement sur les problèmes qu'a vécus son protégé à Melbourne. Le Slovaque a suivi la saga depuis chez lui, à Bratislava, puisque c'est l'autre entraîneur, Goran Ivanisevic, qui était présent en Australie. Vajda a désormais pris position, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle est bien tranchée. Le coach s'est livré jeudi au média slovaque Sport.sk en ces termes:

«J’avais besoin de me calmer, je ne comprends toujours pas pourquoi ils lui ont fait ça. De plus, les médias sont largement responsables de la manipulation de l’information, en Australie en particulier, ils n’ont cessé de prendre position contre lui. Ma première réaction a été le choc, la souffrance, beaucoup d’émotions. Je ne veux même pas penser à la façon dont j’aurais géré mentalement la situation si j’avais été là. Même à la maison, à Bratislava, je l’ai aussi vécu d’une certaine manière ; je n’arrivais pas à croire qu’une telle chose se produisait, je ne pouvais pas bien dormir. Tout le monde sait qu’il avait voyagé avec un seul objectif: jouer le premier Grand Chelem de l’année et défendre son titre.»

Marian Vajda en est certain: Novak Djokovic réussira à rebondir.
6:37
Premier message public du père de Djokovic depuis l'expulsion de son fils
Srdjan Djokovic, père de Novak, avait fait beaucoup parlé de lui quand son fils était détenu à Melbourne. Lors de conférences de presse organisée par la famille du tennisman, il avait, par exemple, comparé son fils à Jésus-Christ et clamé qu'il était «le leader du monde libre». Beaucoup plus discret depuis le départ forcé d'Australie de sa progéniture, Srdjan Djokovic a remis une petite briquette jeudi soir sur Instagram, via une story:

«Pour tous ceux qui s'en soucient, Novak va bien et vous salue tous! Personne ne peut le blesser, personne ne pourra jamais le faire. Tous les Djokovic vous aiment.»
Novak Djokovic, lui, ne souhaite pas s'exprimer avant la fin de l'Open d'Australie. Selon le média serbe Blic, il a déjà quitté Belgrade.
21:19
Un peu d'humour dans l'affaire Djokovic
«Rire, c'est bon pour la santé», s'enthousiasmait – de manière très mesurée, certes – l'ex-conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, en 2016. Alors on va écouter la parole de l'ancien sage et vous relayer une fausse information (mais drôle) du Gorafi, célèbre média parodique en ligne: pour se venger de l'Australie, la Serbie a décidé d'expulser... deux kangourous du zoo de Belgrade.

«Les deux animaux ont bien tenté de protester en déféquant dans leur bac à eau, mais ce geste désespéré n’aura pas suffit à convaincre les autorités Serbes», précise le Gorafi. Quelques lignes plus loin, on apprend que «d’autres sanctions de ce type pourraient voir le jour», avec notamment la «possible déchéance de nationalité de "Doudou" et "Nachos", les deux koalas stars du zoo.»

C'est quand même petit de faire payer des êtres innocents...
17:43
Les juges ont expliqué pourquoi ils ont renvoyé Djoko
Les trois juges de la Cour fédérale australienne – James Allsop, James Besanko et David O'Callaghan – ont publié ce jeudi un rapport de 27 pages où ils expliquent pourquoi ils ont rejeté, à l'unanimité, le recours de Djokovic contre son expulsion, rapporte ABC News.

Ils n'ont pas pris en compte «le bien-fondé ou la sagesse de la décision» du ministre de l'Immigration, Alex Hawke, d'annuler le visa du Serbe, mais bien sa légalité. Le politicien avait motivé son choix en arguant que la présence de Djokovic pouvait troubler l'ordre public, en attisant le sentiment anti-vaccination.
Novak Djokovic prepares to take his seat on a plane to Belgrade, in Dubai, United Arab Emirates, Monday, Jan. 17, 2022. Djokovic was deported from Australia on Sunday after losing a bid to stay in the country to defend his Australian Open title despite not being vaccinated against COVID-19.(AP Photo/Darko Bandic)
Bild: AP
Le tennisman estimait que cette décision était irrationnelle, que l'hypothèse d'Alex Hawke concernant l'ordre public ne pouvait pas être prouvée et qu'aucun élément ne permettait d'affirmer que le Serbe était anti-vaccin. Des arguments balayés par les trois juges: «Il était possible de déduire qu'il était perçu par le public que M. Djokovic n'était pas favorable aux vaccinations».
11:15
Djokovic n'a pas dit son dernier mot
The Sun annonce que le Serbe envisagerait de poursuivre le gouvernement australien pour «mauvais traitement». Djoko pourrait même réclamer jusqu'à 3,2 millions de livres sterling, soit près de 4 millions de francs suisses, avance le quotidien britannique.

Il s'agirait du montant (et des intérêts) que le tennisman aurait perdu en devant quitter le territoire australien, faute de visa. Certains proches du joueur estimeraient qu'il s'agirait aussi d'un juste dédommagement après le traitement infligé au numéro un mondial, arrêté à la douane puis retenu dans un hôtel miteux pendant plusieurs jours.
19:27
Djokovic va investir dans un traitement contre le Covid-19
Selon le site Reuters, le joueur de tennis détient une participation majoritaire dans une société de biotechnologie danoise, QuantBioRes, visant à développer un traitement contre le Covid-19.

Le patron de la firme, Ivan Loncarevic, a déclaré que les parts détenues par Djokovic dans son entreprise s'élevaient à 80% et que l'acquisition avait eu lieu en juin 2020, mais il a refusé d'en préciser le montant.

La société développe un peptide qui empêche le coronavirus d'infecter les cellules humaines. Elle prévoit de lancer des essais cliniques en Grande-Bretagne cet été, selon Ivan Loncarevic, qui a souligné que l'entreprise travaillait sur un traitement - et non un vaccin.

Le PDG a précisé que la société comptait une douzaine de chercheurs travaillant au Danemark, en Australie et en Slovénie. Selon le registre danois des sociétés, Djokovic et sa femme Jelena détiennent respectivement 40,8 % et 39,2 % de la société.

Un porte-parole de Djokovic n'a pas immédiatement répondu à la demande de commentaire de la part de Reuters.
16:26
Yesvak Djokovisku a obtenu son visa (lui)
Le site El Mundo Today fait marrer les réseaux sociaux ce mercredi en racontant l'histoire de Yesvak Djokovisku, un joueur qu'ils ont créé de toutes pièces et qui est bien décidé à remporter son 1er titre en Grand Chelem malgré une douleur au bras gauche «causée par la troisième dose du vaccin» (LOL).

Djokovisku, affublé d'un combo lunettes-moustache du plus bel effet, se dit prêt «à prouver que Djokovic, qui n'est pas moi, n'est pas le seul meilleur joueur de tennis du monde, car il y a aussi moi, qui n'est pas lui.» On se réjouit!
13:54
Tennis Australia aurait payé les frais de justice
L'organisation de l'Open d'Australie aurait payé les frais juridiques de Novak Djokovic après son expulsion du pays dimanche. C'est Daily Mail Australia qui révèle cette information ce mercredi.

Le média rapporte que le montant pourrait avoisiner le demi-million de dollars australiens (soit 330 000 francs suisses). «Tennis Australie reçoit des fonds du gouvernement pour l'événement (l'Open d'Australie), donc en fin de compte le contribuable paiera ses frais juridiques même s'il a perdu», éclaire une source dans l'article.

L'Equipe rappelle que «la nouvelle survient après que l'organisation de l'Open d'Australie a refusé de fournir une aide juridique à la joueuse tchèque Renata Voracova, qui a également été expulsée après l'annulation de son visa.»
12:07
Pas de vaccin, pas de tournoi en France
Dans un courrier adressé aux joueurs, l'ATP met en garde contre les conséquences du pass vaccinal adopté en France et confirme l'interdiction aux athlètes non vaccinés de participer à toute manifestation sportive: «Les joueurs devront être entièrement vaccinés pour pouvoir concourir, ou avoir un certificat les dispensant de la vaccination pour des raisons médicales.»
6:08
Il n'est pas l'idole des jeunes
Sergio Palmieri, directeur fougueux du Masters 1000 de Rome, s'en est pris personnellement à Novak Djokovic sur la radio Anch’io Sport: «C'est un personnage controversé, avec une forte personnalité, qui prend des positions tranchées et se met en danger. Le fait qu’il ne soit pas un exemple pour les jeunes, dans notre sport, est la stricte réalité. Novak n’a pas atteint la dimension de Federer et Nadal.» Et de prévenir: «Sa participation au tournoi de Rome (mai) dépend de lui: s'il respecte les règles, nous n’aurons aucune raison de ne pas l’accepter. »
15:30
Toni Nadal sans pitié
Dans une chronique (résolument provax) pour El Pais, l'oncle et ancien mentor de Rafael Nadal n'exprime aucune compassion à l'égard de Djokovic, bien au contraire: «Si »les pays n’avaient pas imposé des mesures de confinement ou d’autoprotection, et si nous n’avions pas été massivement vaccinés, l'Open d'Australie n’aurait très probablement pas lieu. Deuxièmement, je pense que les actions de Djokovic ont jeté trop de doutes et que le gouvernement australien n’a eu d’autre choix que d’ordonner son expulsion afin de garantir le strict respect des règles qu’il a imposées à ses propres citoyens. »
13:30
McEnroe fustige l'Australie
Depuis Melbourne où il officie comme consultant d'ESPN, l'ancien champion américain John McEnroe a pris la défense de Djokovic et dénoncé l'attitude des autorités australiennes: «Ce qui s’est passé ces 12 derniers jours avec Djokovic est une farce absolue. La façon dont ça s’est terminée est vraiment pitoyable. C’est de la pure folie. Si Novak décide de ne pas se faire vacciner et que les autorités australiennes lui disent: «Vous ne pouvez pas venir sans vaccination», fin de l’histoire, tout est clair. Mais le laisser venir pour le séquestrer ensuite... Dans tous les cas, c'est à Novak de décider s’il veut se faire vacciner ou non. Il a des convictions très fortes et il a le droit d’en avoir. »
11:03
Medvedev aimerait retrouver le Serbe
Après sa victoire au 1er tour, Daniil Medvedev s'est exprimé sur l’absence de Novak Djokovic. Il n’a pas caché qu’il aurait aimé prendre sa revanche après sa lourde défaite en finale contre le numéro un mondial l’année dernière (5–7, 2–6, 2–6). «J’aime les défis, donc j’adorerais l’affronter à nouveau, peut‐être en finale ici!»

Il n'est pas certain toutefois que les deux hommes puissent se retrouver sous le soleil australien, Djoko étant toujours sous la menace d'une interdiction de territoire de 3 ans.
10:36
Tennis Australia regrette
«En tant que famille du tennis australien, nous regrettons profondément l'impact que les récents évènements ont eu sur tous les joueurs.»

C'est ce qu'écrit Tennis Australia dans une note qui, sans jamais nommer le champion, fait néanmoins référence à l'affaire Djokovic. «Tennis Australia a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral et le gouvernement de l'État de Victoria au cours de l'année écoulée pour offrir un Open d'Australie sûr aux joueurs, au personnel et aux supporters. Il y a toujours des leçons à tirer», ont conclu les organisateurs du Grand Chelem.
9:00
Lajovic rend hommage à Djoko
Dusan Lajovic s'est hissé au 2e tour de l'Open d'Australie en battant le Hongrois Marton Fucsovics en cinq sets. Après le match, le Serbe a posé avec un drapeau représentant son compatriote Novak Djokovic et ces mots : "Like it or not - Greatest of All Time". En version française: «Que vous l'aimiez ou non, il est le plus grand de tous les temps.»
7:00
Encore sans masque
Une image prise par un passager du vol qui a permis au tennisman de quitter l'Australie lundi montre ce dernier installé à son siège sans porter de masque, celui-ci pendant négligemment à son oreille droite.
6:18
Pas d'Open de Madrid sans vaccination
Pour pouvoir participer à l'Open de Madrid fin avril, Novak Djokovic doit se conformer à la réglementation espagnole, a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez. Il respecte totalement la décision du gouvernement australien. «Il y a des règles qui doivent être respectées et personne n'est au-dessus de ces règles», a-t-il ajouté.

Concrètement, pour entrer en Espagne, il faut être complètement vacciné contre le Covid-19 ou être guéri et présenter un test PCR négatif.
15:06
Novak Djokovic est dans son appartement à Belgrade
Attendu par quelques centaines de fans et des médias à l'aéroport de Belgrade, Novak Djokovic a évité toute cette foule et est directement rentré chez lui, dans son appartement belgradois, nous apprend le média serbe Kurir.

Il a été accompagné en voiture.
Le numéro un mondial ne souhaite pas s'exprimer publiquement avant la fin de l'Open d'Australie.
14:31
Les tennismen serbes veulent venger Djokovic à Melbourne
Il aurait dû affronter Djokovic au premier tour de cet Open d'Australie. Avec le renvoi de son compatriote, Miomir Kecmanovic a finalement défié le lucky loser italien Salvatore Caruso. Il s'est facilement imposé en trois manches (6-4, 6-2, 6-1).

En conférence de presse, le Serbe de 22 ans a dédié sa victoire à Djokovic. «Il fallait que je gagne pour lui aussi. Je sais qu'on ne peut pas faire grand chose pour lui, mais nous faisons de notre mieux pour être là pour lui et pour l'aider à traverser cette période.» Le jeune tennisman a aussi avoué qu'ils s'étaient promis, avec ses compatriotes tennismen à Melbourne, de «tout faire pour venger» le numéro un mondial et «le rendre fier».
13:34
Djokovic ne s'est pas attardé vers ses fans à l'aéroport
Selon le média serbe Blic, plusieurs centaines de fans attendaient Novak Djokovic à l'extérieur de l'aéroport de Belgrade, où il a atterri à 12h15. Mais la star du tennis ne s'est pas attardée vers ses supporters, ni avec les médias.

Il a quitté l'aéroport sans donner d'interviews. «Novak est resté cohérent avec sa décision de ne pas faire de publicité avant la fin de l'Open d'Australie, donc, il a quitté l'aéroport en contournant les caméras et les médias», écrit Blic.



Il ne faut donc pas s'attendre à un bain de foule ou voir Djokovic profiter d'un accueil triomphal cet après-midi à Belgrade.
12:50
Djokovic a atterri à Belgrade
Ça y est! Novak Djokovic est arrivé en Serbie. Le tennisman, expulsé d'Australie, a atterri peu après 12h00 à l'aéroport de Belgrade où une importante foule l'attend dehors. Son avion venait de Dubaï.

A man takes a selfie photograph with Serbian tennis player Novak Djokovic after his arrival in Belgrade, Serbia, Monday, Jan. 17, 2022. Djokovic arrived in the Serbian capital following his deportation from Australia on Sunday after losing a bid to stay in the country to defend his Australian Open title despite not being vaccinated against COVID-19.(AP Photo/Darko Bandic)
Bild: AP
12:00
Pas de vaccin, pas de Roland-Garros
Si Novak Djokovic persiste à ne pas se faire vacciner contre le Covid-19, le prochain tournoi du Grand Chelem se déroulera également sans lui. La ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, a fait savoir que seuls les joueurs vaccinés pourront participer à l'Open de France.



Plus tôt dans la matinée, le président du groupe La République en marche au Parlement français (et ex-ministre de l'Intérieur), Christophe Castaner allait dans le même sens.
11:38
Un joueur de Manchester soutient Djokovic
«Ta gloire et leur honte vivront pour toujours.» C'est par ces mots que Nemanja Matic, le milieu de terrain serbe de Manchester United, a apporté son soutien au numéro un mondial sur Instagram.



Matic avait déjà défendu Djoko en 2020 lorsque celui-ci avait organisé le très controversé Adria Tour, devenu un cluster en pleine pandémie.
9:48
La France refusera le Serbe s'il n'est pas vacciné
Le président du groupe La République en marche au Parlement français (et ex-ministre de l'Intérieur), Christophe Castaner, a expliqué ce lundi matin sur RMC que le Serbe ne serait pas le bienvenu à Roland-Garros s'il n'était pas vacciné. Les organisateurs du Grand Chelem parisien assuraient pourtant le contraire. Se dirige-t-on vers un nouveau bras de fer politico-sportif?

9:38
Ils ont bien fait de renvoyer Djoko
L'Equipe a posé cette question simple à ses lecteurs: Les autorités australiennes ont-elles eu raison de renvoyer Novak Djokovic?

Le résultat est sans appel: 78% des 12 020 votants ont répondu oui.

C'est d'ailleurs à peu de choses près le pourcentage de personnes vaccinées en France, 53 millions de citoyens ayant reçu au moins une dose du vaccin (sur une population de 67 millions.
7:59
Djere prend la défense de son compatriote
Le Serbe Laslo Djere, éliminé au 1er tour de l'Open d'Australie la nuit dernière, a déclaré en conférence de presse que Novak allait revenir «plus fort que jamais».

«Il a toujours fait ça, répondre aux défis, a-t-il ajouté. C'est aussi dans la mentalité serbe. Ce pays est passé par des périodes très difficiles. On a parfois été traité d'une mauvaise façon, d'une manière pas méritée. Novak va tirer une grande force de cette histoire.»
6:58
Direction Belgrade?
Plusieurs sources indiquent que le numéro un mondial est en route pour Belgrade. Si tel est le cas, il pourrait se trouver dans l'avion FZ1745 qui a décollé de Dubaï à 9h42 (6h42 en Suisse) en direction de la capitale serbe, où Djoko pourrait être accueilli en héros par ses supporters. L'appareil est attendu pour 12h10 à Belgrade.
6:49
Il se prête au jeu des selfies
6:26
Djoko banni du pays pendant 3 ans
La belle histoire entre le Serbe de 34 ans et l'Open d'Australie, qu'il a remporté neuf fois dans sa carrière, a peut-être pris fin cette nuit. Le gouvernement australien a en effet confirmé que l'annulation du visa de Novak Djokovic s'accompagnait d'une interdiction d'entrée sur le territoire de trois ans.

Karen Andrew, Ministre des affaires intérieures, a bien ajouté que «quelques raisons impérieuses pouvaient être examinées à l'avenir» pour casser cette décision, on ne voit pas comment le fait de disputer un tournoi du tennis puisse être jugé comme une raison impérieuse.
4:33
Djokovic a atterri à Dubaï après son expulsion d'Australie
Le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic a atterri lundi à Dubaï après avoir été expulsé d'Australie au terme d'une bataille judiciaire sur son statut vaccinal contre le Covid-19. Son expulsion a privé le Serbe de l'Open d'Australie, qui débute ce lundi.
Djokovic a quitté l'avion avec deux sacs et un masque, après avoir atterri à l'aéroport international de Dubaï à 05h32 (02h32 en Suisse). Novak Djokovic devait être la tête d'affiche du match d'ouverture de l'Open d'Australie lundi, mais le Serbe non vacciné contre le Covid-19 ne défendra pas son titre après le rejet par la cour fédérale d'Australie de son recours contre l'annulation de son visa, amenant à son expulsion du pays. Il a quitté Melbourne avec ses entraîneurs dimanche à 22h51 (12h51 en Suisse), sans que l'on sache quelle sera sa destination finale. Ce départ sans gloire, alors qu'il aspirait à un dixième titre à l'Open d'Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l'épilogue d'un feuilleton de onze jours, mêlant politique et diplomatie sur fond d'opposition à la vaccination anti-Covid-19
18:32
Salvatore Caruso remplace Novak Djokovic dans le tableau
Comme spéculé, l'Italien Salvatore Caruso prendra bel et bien la place de Novak Djokovic dans le tableau. Le Sicilien, battu au 3e tour des qualifications, est repêché. Le match entre les deux Allemands Alexander Zverev et Daniel Altmaier est prévu pour la séance nocturne de lundi.
13:39
Djokovic a officiellement quitté l'Australie
L'avion dans lequel se trouve Novak Djokovic a quitté Melbourne vers 22h30 dimanche (12h30 en Suisse). Le Serbe fera d'abord une escale à Dubaï, avant de rentrer chez lui.
12:16
Le ministre serbe des Sports apporte son soutien
La ministre serbe des Sports, Vanja Udovicic, a envoyé un message de soutien à Novak Djokovic. En substance, il dit:

«Vainqueur de 20 titres du Grand Chelem, le meilleur au monde, quelqu'un qui écrit l'histoire du sport sur la planète – c'est et ce sera toujours Novak Djokovic. Tout le reste n'est qu'absurdité et honte, absurdité et démonstration d'hypocrisie ! Légende, fierté de la Serbie, nous sommes avec vous!»
12:08
Novak Djokovic était sur le point de quitter l'Australie dimanche soir après sa tentative infructueuse de lutter contre l'annulation de son visa par le gouvernement australien et lui permettre, ainsi, de jouer l'Open d'Australie.

Djokovic a été photographié à son arrivée à l'aéroport de Melbourne dimanche soir. 👇



Djokovic aurait réservé un vol pour Dubaï aux alentours de 22h30 (heure locale).

La superstar serbe du tennis a également été photographiée avec ce qui semblait être des agents de la police fédérale australienne, qui l'observaient alors qu'il attendait son vol dans un salon.
9:49
Le milieu du tennis réagit
Alors que la décision d'expulsion de Novak Djokovic est tombée, des personnalités du tennis de premier plan ont exprimé leur déception face à la saga et à la façon dont elle avait nui au tournoi de Melbourne.

Patrick Mouratoglou – mieux connu comme l'entraîneur de Serena Williams – a décrit la débâcle de Djokovic comme un gâchis. Mais il espère que l'attention reviendra à l'action sur le terrain maintenant que la décision est prise.



«La seule bonne nouvelle est que nous allons, espérons-le, commencer à parler de tennis», a-t-il dit.

Alize Cornet avoue qu'elle en savait trop peu pour juger de la situation. Mais a fait remarquer que «Novak est toujours le premier à représenter les joueurs. Mais aucun de nous ne l'a défendu



Le Canadien Vasek Pospisil soutient quant à lui le tennisman serbe dans deux tweets:

«Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu une exemption pour entrer dans le pays par le gouvernement (ce qu'il a reçu, d'où la décision initiale du juge Kelly). Il aurait sauté l'Open d'Australie et serait resté à la maison avec sa famille et personne ne le serait...»



«... en train de parler de ce gâchis. Il y avait un programme politique en jeu ici avec les élections à venir qui ne pouvait pas être plus évident. Ce n'est pas sa faute. Il n'a pas pénétré de force dans le pays et n'a pas «établi ses propres règles»; il était prêt à rester à la maison.»

9:38
Le premier ministre salue la décision de la Cour
Le premier ministre australien, Scott Morrison (c'est lui 👇), a fait une brève déclaration. Il a indiqué se féliciter du verdict de la Cour. Rappelant, comme vendredi dernier, que «les Australiens ont fait de nombreux sacrifices pendant cette pandémie, et ils s'attendent à juste titre à ce que le résultat de ces sacrifices soit protégé.»
epa09681829 Australian Prime Minister Scott Morrison speaks to the media during a press conference following a national cabinet meeting, at Parliament House in Canberra, Australia, 13 January 2022.  EPA/LUKAS COCH  AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT
Bild: sda
Et le premier ministre de conclure: «Je remercie la Cour pour la rapidité avec laquelle elle s'est penchée sur ces questions et la patience de toutes les personnes concernées pendant que nous nous efforcions de résoudre ce problème. Il est maintenant temps de passer à l'Open d'Australie et de profiter à nouveau du tennis pendant l'été.»
9:20
Djokovic annonce qu'il coopérera avec les autorités
Dans une annonce qui circule sur les réseaux sociaux, Novak Djokovic a réagi après la décision de la Cour fédérale de confirmer le retrait de son visa:

«Je suis extrêmement déçu par la décision de la Cour de rejeter ma demande de contrôle judiciaire de la décision du ministre d'annuler mon visa, ce qui signifie que je ne peux pas rester en Australie et participer à l'Open d'Australie.», indique le Serbe avant de poursuivre: «Je respecte la décision de la Cour et je coopérerai avec les autorités compétentes en ce qui concerne mon départ du pays.»

Le tennisman indique par ailleurs être «mal à l'aise» suite à toute l'attention qu'il a suscitée. Il espère que désormais le jeu prendra le dessus. «Je souhaite aux joueurs, aux officiels du tournoi, aux volontaires et aux fans le meilleur», annonce-t-il avant de remercier ses fans et compatriotes serbes pour leur soutien. «Vous avez été une grande source de force pour moi», conclut Novak Djokovic.

8:59
Une petite blague en passant...
8:21
Subtile différence
Avant de rendre sa décision sur l'expulsion de Djokovic, le juge en chef Allsop a expliqué que la question dans cette affaire n'est pas de savoir si le ministre de l'Immigration a pris la bonne décision. Il s'agissait de savoir si la décision était si irrationnelle ou déraisonnable qu'elle n'a pas été prise en toute légalité.

8:20
Qui tire avantage de l'expulsion de Djoko?
L'Italien Salvatore Caruso devrait prendre la place dans le tableau de Novak Djokovic.

8:08
Djokovic a perdu son appel. Peut-il encore participer à l'Open d'Australie ?
La star du tennis serbe Novak Djokovic a perdu son appel contre la décision du gouvernement australien d'annuler son visa pour la deuxième fois.

Le champion du Grand Chelem à 20 reprises devait affronter son compatriote serbe Miomir Kecmanovic lundi.

Mais si la décision de dimanche est un revers, ce n'est pas encore la fin, selon des experts cités par CNN.


  • Options juridiques: Djokovic peut toujours demander de faire appel devant le plus haut tribunal australien, bien que le temps lui manque pour le faire avant le début du tournoi, selon Abul Rizvi, ancien secrétaire adjoint du département de l'Immigration.

  • Un autre visa: Il est également possible que Djokovic obtienne un visa de transition , ce qui pourrait lui permettre de jouer dans le tournoi tout en prenant des dispositions pour quitter l'Australie, selon Maria Jockel, spécialiste du droit de l'immigration chez BDO Australie.



Mais, dans le cas du nouveau visa, il y a souci: il ne peut être accordé que par le ministre de l'Immigration. Soit la même personne qui a annulé le sésame de la star vendredi. Le tribunal pourrait demander que Djokovic reçoive un visa de transition pendant que l'affaire fait l'objet d'un appel, mais en fin de compte, la décision appartient au ministre de l'Immigration. C'est pourquoi ces scénarios semblent improbables.
8:00
Décision prise!
Djokovic doit quitte l'Australie!

Novak Djokovic sera expulsé d'Australie avant l'Open d'Australie, selon toute vraisemblance. Il est replacé en rétention avant son expulsion du pays. Le Serbe ne pourra donc pas défendre son titre à Melbourne. En effet, le tribunal fédéral ait rejeté la demande de rétablissement du visa du numéro un mondial.

La Cour a donc confirmé la décision du ministre australien de l'Immigration, Alex Hawke, d'annuler le visa au motif que la présence de Djokovic en Australie risquait de provoquer des «troubles civils», car il est un symbole pour les antivax.

Le juge en chef, James Allsop, a annoncé que la Cour avait rejeté à l'unanimité la demande du Serbe. Les motivations complètes suivront à une date ultérieure.
7:50
Djokovic devrait jouer lundi, mais pourra-il concourir?
Alors que les juges délibèrent pour savoir si Novak Djokovic sera autorisé à rester dans le pays, l'Open d'Australie a publié son calendrier pour la première journée du tournoi.

Tête de série, Djokovic devrait affronter son compatriote serbe Miomir Kecmanovic lundi à la Rod Laver Arena de Melbourne.

Mais, au vu de la situation, il n'est pas clair si Djokovic sera en mesure de faire ce match.

Le calendrier a été publié dimanche après-midi, heure locale, malgré les procédures judiciaires inachevées.

Les juges espèrent rendre une décision tard dimanche, bien qu'ils disent que l'affaire devra peut-être être entendue lundi, selon CNN.
16:54
L'audience finale fixée samedi à 23h30 (heure suisse)
Novak Djokovic va bientôt connaître son sort. L'audience finale va avoir ce samedi soir à 23h30 (9h30 dimanche, heure australienne). Le Serbe saura alors s'il sera expulsé du pays.
10:59
L'agacement des joueurs face à l'affaire Djokovic
«L'Open d'Australie est bien plus important que n'importe quel joueur»: Rafael Nadal n'a pas caché son agacement samedi, à deux jours du coup d'envoi de l'Open d'Australie.
Bild: fxp-fr-sda-rtp
«L'Open d'Australie sera un grand Open d'Australie avec ou sans lui», a asséné l'Espagnol en conférence de presse à propos de son grand rival Novak Djokovic, de retour samedi dans un centre de rétention de Melbourne après l'annulation pour la deuxième fois de son visa par les autorités australiennes.

«C'est évident que Novak Djokovic est l'un des meilleurs joueurs de l'histoire (...) Mais les joueurs vont et viennent, personne, pas même Roger (Federer), Novak, moi... Pas même Bjorn Borg, ne reste. Le tennis, lui, continue d'avancer», a rappelé celui qui est considéré comme le meilleur joueur sur terre battue de l'histoire.

«Parler de tennis»

Autre joueur attendu lors de ce traditionnel «media day» d'avant tournoi, le Grec Stefanos Tsitsipas avait eu la veille des mots durs sur un media indien à l'encontre du Serbe.
Stefanos Tsitsipas of Greece wipes the sweat from his face during a practice session on Margaret Court Arena ahead of the Australian Open tennis championships in Melbourne, Australia, Friday, Jan. 14, 2022. (AP Photo/Mark Baker)
Bild: sda
«Je suis ici pour parler de tennis, pas de Novak Djokovic», a cette fois prévenu le no 4 mondial. «Je ne vais pas mentir. Il a fait les titres des journaux ces deux dernières semaines. Il a reçu beaucoup d'attention. Beaucoup de gens en parlent évidemment (...) On n'a pas assez parlé de tennis ces deux dernières semaines, ce qui est dommage», a-t-il regretté.

Zverev en soutien

Proche de Djokovic, l'Allemand Alexander Zverev a été l'un des rares à le défendre en estimant qu'il servait de bouc émissaire: «c'est un grand nom, une superstar de dimension mondiale, quelqu'un dont on peut se servir», a regretté le no 3 mondial. «Je ne connais pas assez bien l'affaire, mais si ce n'était pas Novak Djokovic, no 1 mondial et vainqueur de vingt titres du Grand Chelem, cela ne ferait pas tout ce foin», a-t-il estimé.
Germany's Alexander Zverev waves to the crowd after defeating United States' Taylor Fritz in their match at the ATP Cup tennis tournament in Sydney, Australia, Tuesday, Jan. 4, 2022. (AP Photo/Mark Baker)
Bild: sda
Ex-no 1 mondial, Naomi Osaka a de son côté qualifié l'affaire Djokovic de «regrettable». Mais «je pense aussi que ce n'est pas aux joueurs de tennis, c'est au gouvernement de décider de la façon dont l'Australie va gérer ça», a conclu la Japonaise, sacrée à deux reprises à Melbourne, en 2019 et 2021.
Japan's Naomi Osaka gestures during a press conference ahead of the Australian Open tennis championships in Melbourne, Australia, Saturday, Jan. 15, 2022. (AP Photo/Simon Baker)
Bild: sda
7:51
Djokovic de nouveau placé en rétention
Le numéro un mondial Novak Djokovic a été renvoyé en rétention administrative samedi, selon des documents judiciaires.

La présence en Australie de Djokovic, qui n'est pas vacciné contre le Covid-19, «pourrait encourager le sentiment anti-vaccination», ont estimé les autorités australiennes dans un mémoire présenté devant la justice. Elles estiment que le Serbe doit être expulsé du pays.
Novak Djokovic sits in the back of car arriving at an immigration detention hotel in Melbourne, Australia Saturday, Jan. 15, 2022. Djokovic was reported to be back in immigration detention Saturday after his legal challenge to avoid being deported from Australia for being unvaccinated for COVID-19 was moved to a higher court. (Channel 9 via AP)
Bild: sda
Novak Djokovic a fait recours vendredi contre la deuxième annulation de son visa. Lors d'une audience devant un juge, le représentant du gouvernement australien avait indiqué que le Serbe de 34 ans ne serait pas reconduit à la frontière avant que la justice n'ait définitivement statué sur sa requête visant à bloquer son expulsion. Mais il avait averti que Djokovic devrait attendre cette décision en rétention administrative.

C'est la justice fédérale australienne qui est désormais en charge du dossier, à la demande vendredi du juge de Melbourne qui avait été saisi en premier lieu par les avocats du joueur. Ce changement de tribunal est susceptible de ralentir la procédure, ont estimé les défenseurs de Djokovic.
20:40
Le président serbe attaque le Premier ministre australien
Le président serbe Aleksandar Vucic a fustigé vendredi le Premier ministre australien, affirmant que les autorités du pays «maltraitaient» Novak Djokovic après que les autorités ont révoqué son visa pour la deuxième fois.

«Pourquoi le maltraitez-vous, pourquoi vous en prenez-vous non seulement à lui, mais aussi à sa famille et à toute la nation», s'est insurgé Vucic sur Instagram.
Serbia's President Aleksandar Vucic speaks during the military exercise at the army barracks, some 16 kilometers (10 miles) north of Belgrade, Serbia, Monday, Jan. 3, 2022. Serbia's president on Monday praised another shipment of arms from Russia, despite fears in the Balkans that the country's recent military buildup could lead to more tensions in the war-scared region. (AP Photo/Darko Vojinovic)
Bild: sda
Les commentaires du président serbe interviennent quelques heures après que l'Australie a de nouveau annulé le visa du no 1 mondial, le menaçant d'un retour dès samedi en rétention, où il a déjà passé plusieurs jours après être entré en Australie sans respecter l'obligation d'être vacciné contre le Covid-19.

Un entretien avec les services de l'immigration australiens est prévu samedi matin à ce sujet, à deux jours du début de l'Open d'Australie où le Serbe espère conquérir un 10e titre et un 21e Grand Chelem, ce qui serait un record.

«Si vous vouliez interdire à Novak Djokovic de remporter un 10e trophée à Melbourne, pourquoi ne l'avez-vous pas renvoyé immédiatement, pourquoi ne lui avez-vous pas dit qu'il était impossible d'obtenir un visa pour votre pays ?», a demandé M. Vukic. Avant de conclure: «Novak, nous sommes à tes côtés !».

Le président serbe avait déjà apporté son soutien au joueur dès le début de l'affaire en qualifiant de «chasse aux sorcières politique» la rétention de la star du tennis mondial.
14:31
Djokovic de nouveau détenu au centre de rétention dès samedi
Selon L'Equipe, les autorités australiennes veulent remettre Novak Djokovic en détention dès samedi matin. Le Serbe risque donc de retrouver le Park Hotel, ce bâtiment à la sinistre réputation, qui retient captifs des demandeurs d'asile.

L'avocat du ministre de l'immigration, qui a annulé le visa du Serbe une 2e fois vendredi matin, a expliqué que le gouvernement souhaite que «Nole» ne puisse sortir que pour aller dans le bureau de ses avocats pour assister aux audiences de la justice en ligne.

Franchement, le Park Hotel donne tout sauf envie d'y retourner... Notre article ici.
12:05
La Cour se retire
Après une nouvelle discussion sur la date de la prochaine audience de Djokovic et sur le tribunal compétent, l'audience a pris fin. Aucune décision n'a été prise quant à la suite des événements.
12:03
Ce qui est prévu ce soir en Suisse
L'avocat de Djokovic, Nicholas Wood, a confirmé qu'il n'était pas en détention ce soir et qu'il devait se rendre à un entretien avec les services de l'immigration samedi matin (vendredi soir à 20 heures, heure suisse).

L'avocat du gouvernement, Stephen Lloyd, a déclaré, pour sa part, que le ministre avait proposé que Djokovic soit placé en détention à ce moment-là, puis emmené dans les bureaux de ses avocats pour l'audience.
11:59
Le juge parle de l'impact du Covid-19 sur la vie des Australiens
Le juge Kelly que Covid a eu un impact énorme sur la vie des gens en Australie et dans le monde (en termes de santé, d'économie, de santé mentale). La règle qui impose la vaccination aux personnes entrant dans le pays est une question de politique. Cela pourrait indiquer qu'il serait peut-être préférable que la Cour fédérale entende l'affaire. Et donc que le dossier traine encore un moment.
11:51
La crainte du mouvement antivax aurait poussé le ministre à révoquer le visa, selon les avocats de Djoko
L'avocat de Djokovic, Nick Wood, affirme que les raisons invoquées par le ministre de l'Immigration Alex Hawke sont en «contradiction flagrante» avec celles du représentant du contrôle des frontières. Il explique en long et en large pourquoi la décision de Hawk est à ses yeux inacceptable:


  • L'idée que Djokovic représente un risque pour la santé du pays parce qu'il n'est pas vacciné n'est pas défendable.

  • Djokovic est une personnalité publique, il a respecté toutes les lois en Australie et représente un risque sanitaire minime.



Le ministre aurait pris sa décision, selon l'avocat, qu'en tenant compte de la crainte que la présence de Novak Djokovic provoque «l'agitation du mouvement antivax» qui pourrait survenir si le sportif était autorisé à rester dans le pays. Il argue encore que le ministre ignore ce qui se passerait si Djokovic devait effectivement quitter le pays.
11:46
Attaque contre le ministre de l'Immigration
L'avocat Nicholas Wood n'est pas satisfait du comportement du secrétaire à l'Immigration, Alex Hawke, pour deux raisons.


  • Hawk a délibérément attendu jusqu'à peu après 18 heures (en Australie, 8h en Suisse) vendredi pour prendre une décision – quatre jours après la décision de la Cour.

  • Wood explique que le ministre a également reçu des articles scientifiques sur l'immunité naturelle de Djokovic, mais Hawke ne les aurait pas lus.

11:28
Djokovic toujours en liberté
Nicholas Wood vient de confirmer qu'un avocat du gouvernement australien lui a dit que Novak Djokovic n'allait pas être de nouveau arrêté.
11:17
Les avocats de Djokovic s'expriment
Il est primordial pour les avocats de Novak Djokovic (ici 👇) qu'une décision soit prise dans les plus brefs délais. De préférence dans les deux prochaines heures et pas seulement le samedi.
Nicholas Wood (ici à gauche) explique pourquoi Novak Djokovic est si pressé: «chaque minute avant le début du tournoi lundi» est «précieuse». Il suggère que le juge Anthony Kelly pourrait retenir l'affaire devant cette Cour (et ne pas l'envoyer à la Cour fédérale), afin d'éviter la perte de temps.

Wood soutient qu'il n'y a aucun problème pour que le juge Kelly ait appréhendé la partialité, bien qu'il ait entendu l'affaire précédente, car la deuxième annulation de visa est un «processus entièrement distinct» du premier.
11:17
L'affaire sera-t-elle transmise a une autre Cour?
Le juge Anthony Kelly évoque la possibilité que l'affaire doive être transférée de la Federal Circuit Court (là ou la procédure se tient en ce moment) à la Federal Court. La principale question ici est de savoir QUEL tribunal doit s'occuper de l'affaire.
11:11
Le juge Kelly a fait un certain nombre d'observations
Le juge Anthony Kelly a noté que la dernière fois que cette affaire a été traitée, les parties ont pu se mettre d'accord pour préserver le statu quo, et qu'il pourrait en être de même ce soir.

Kelly a dit que cela pourrait inclure une brève injonction provisoire jusqu'à 16 heures samedi 15 janvier (6h en Suisse) empêchant Djokovic d'être expulsé. Kelly a noté que Novak Djokovic a été invité pour un entretien samedi.

Le juge Kelly a fait un certain nombre d'observations juste avant cela:


  • Dans une circonstance urgente, si cela est nécessaire, une partie peut faire une demande avant le processus formel d'ouverture de l'affaire judiciaire

  • Le tribunal peut être disposé à accepter un engagement des parties à déposer et à signifier un affidavit qui présente des documents importants dans les plus brefs délais



Le juge Kelly décrit les documents dont il dispose: la décision de Hawke annulant le visa de Djokovic et une soumission du gouvernement. Il y a aussi un document intitulé «sensibilités» que le juge ne lira pas. Nous voulons qu'il le lise.
11:01
Rappel des faits
Le juge Kelly passe en revue l'historique complet de la procédure à laquelle Djokovic a dû se plier. Notons que le principal intéressé n'est pas visuellement présent sur la transmission en direct.
10:54
Le juge ouvre la procédure
Le juge Anthony Kelly (c'est lui 👇), qui a supervisé l'annulation initiale de la première annulation de visa, préside l'audience.
10:39
L'audience au tribunal commencera à 20h45
Une audience d'instructions pour la contestation judiciaire de Novak Djokovic aura lieu à 20h45 (10h45 en Suisse), a indiqué la Cour. Le tribunal diffusera l'audience sur sa chaîne Youtube après le crash du flux du tribunal, car tant de personnes regardaient l'affaire lundi.

Le juge Anthony Kelly, qui a supervisé l'annulation initiale de la première annulation, présidera l'audience.
10:01
Djokovic a une audience demain
Une audition de Djokovic est prévue demain, samedi, au service de l'Immigration. Le gouvernement serait actuellement en pourparlers avec les avocats du Serbe.



Djokovic ne devrait, toutefois, pas être placé en détention jusqu'à son audition. Des experts estiment cependant le contraire comme vous pourrez le lire plus bas dans ce live.
9:38
Les avocats de Djokovic pourraient demander un visa de transition
S'exprimant quelques instants après la publication de la déclaration du ministre de l'Immigration, l'ancien secrétaire adjoint du ministère de l'Immigration, Abul Rizvi, a déclaré à ABC News qu'il était surpris par la décision.

«Ce que cela signifie maintenant, c'est que Novak Djokovic doit obligatoirement être placé en détention – je suppose qu'il retournera dans le même hôtel de détention que celui où il se trouvait auparavant», a-t-il déclaré.

«Je suppose que la demande visera à ce que Novak Djokovic soit libéré d'une manière ou d'une autre, en demandant probablement au ministre de lui accorder un visa de transition pour lui permettre de participer à l'Open d'Australie. Le juge examinera cette demande et prendra une décision.»
9:26
Des manifestants se rassemblent devant le Park Hotel
Profitant de l'engouement médiatique autour de l'affaire Djokovic, des manifestants pro-réfugiés se sont à nouveau rassemblés devant le Park Hotel de Carlton, où ils s'attendent à ce que la star du tennis Novak Djokovic soit détenue suite à l'annulation de son visa.

Un groupe d'environ huit manifestants, selon The Age, accompagnés de deux chiens, tiennent des banderoles appelant à la libération des quelque 30 demandeurs d'asile détenus à l'hôtel. Les pancartes indiquent:

«Arrêtez la torture»
«Libérez les réfugiés»


Ils exhortent également Djokovic à s'exprimer en faveur des réfugiés. En effet, pour rappel, Djokovic avait été détenu dans l'hôtel pendant quatre nuits jusqu'à l'annulation de son visa. Parmi les dizaines d'hommes détenus dans les chambres du motel figurent des réfugiés qui sont détenus par l'Australie depuis près de dix ans.
9:10
Le premier ministre soutient la décision d'annulation de visa
Le premier ministre Scott Morrison a lié la décision de visa de Novak Djokovic aux «politiques solides de protection des frontières» de l'Australie qui ont «protégé les Australiens» pendant la pandémie.

«Je prends note de la décision du ministre de l'Immigration concernant le visa de M. Novak Djokovic», a déclaré Morrison.

Cette pandémie a été incroyablement difficile pour tous les Australiens, mais nous sommes restés solidaires et avons sauvé des vies et des moyens de subsistance. Ensemble, nous avons atteint l'un des taux de mortalité les plus bas, les économies les plus fortes et les taux de vaccination les plus élevés au monde. Et le premier ministre d'ajouter: Les Australiens ont fait de nombreux sacrifices au cours de cette pandémie, et ils s'attendent à juste titre à ce que le résultat de ces sacrifices soit protégé. C'est ce que fait le ministre en prenant cette mesure aujourd'hui.
9:06
Une voiture noire arrive au bureau des avocats de Djokovic
Une mystérieuse camionnette Mercedes noire aux vitres teintées a pénétré dans le parking de l'immeuble de bureaux où sont basés les avocats de Novak Djokovic juste après 18h30 (9h en Suisse).

La camionnette a continué, cinq minutes plus tard, avec un passager sur le siège arrière. Le média The Age, qui rapporte les faits, indique qu'il n'est pas certain que le passager était Djokovic. 👇
8:47
Les autorités pourraient placer Djokovic en détention rapidement
La décision du ministre de l'Immigration Alex Hawke signifie que Novak Djokovic pourrait être renvoyé de force en détention en quelques heures rapporte The Age. Des sources ont confirmé que le plan était de le ramener dans un espace de détention pour immigrés.

On ne sait pas si les autorités fédérales prévoient de le renvoyer au Park Hotel de Carlton, où il est resté aux côtés de réfugiés détenus jusqu'à ce que la Cour fédérale ordonne sa libération lundi.

Pour l'heure, la décision de Hawke signifie que le n°1 mondial n'a pas de visa valide et doit soit être placé en détention, soit prendre un avion pour rentrer chez lui. A moins que son équipe juridique ne conteste la décision et qu'un juge décide le temps de la procédure de lui accorder un visa de transition pendant que l'affaire est entendue. La décision pourrait être prise ce week-end.
8:12
L'Open d'Australie plongé dans le chaos
Novak Djokovic pourrait être contraint de quitter le pays quelques heures après que le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, a utilisé son pouvoir personnel pour annuler le visa de la star du tennis serbe, alors que ses avocats se préparent à déposer une injonction immédiate contre la décision. Djokovic est en quête à Melbourne de son 10e Open d'Australie, tournoi qui débute lundi.

Si l'affaire est portée devant les tribunaux, l'équipe juridique du vainqueur de 20 tournois du Grand Chelem espère que l'affaire pourra être entendue au cours du week-end et le verdict rendu dimanche, lui permettant de jouer un match au début de la semaine prochaine s'il bat le gouvernement.

Si Djokovic ne réussit pas à faire appel de la décision, les lois stipulent qu'il lui sera interdit d'obtenir un autre visa pendant trois ans - cette contrainte pourrait toutefois être annulée.
8:00
Le visa de Djokovic a été annulé
Le ministre de l'Immigration, Alex Hawke (c'est lui 👇), a fait usage de son pouvoir personnel pour annuler le visa de Novak Djokovic, alors que ses avocats se préparent à déposer une injonction immédiate contre cette décision.

Cette décision compromet fortement la quête du numéro un mondial de remporter un 10e Open d'Australie et un 21e titre du Grand Chelem (un record), alors que le tournoi doit commencer lundi. S'il ne conteste pas la décision devant les tribunaux ou s'il ne parvient pas à le faire, il sera immédiatement expulsé du pays.
epa09272236 Australian Immigration Minister Alex Hawke speaks to the media during a press conference at Parliament House in Canberra, Australian Capital Territory, Australia, 15 June 2021. A statement released on the day by Immigration Minister Alex Hawke said that Australia's Federal Government will allow a Sri Lankan asylum seeker family detained on Christmas Island since 2019 to live in Perth in a community detention placement, while their youngest child is being treated in the nearby Perth Children's Hospital. This decision however 'does not create a pathway to a visa,' the statement added.  EPA/LUKAS COCH AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT
Bild: sda
Hawke a déclaré vendredi en fin d'après-midi:

«J'ai exercé aujourd'hui le pouvoir que me confère l'article 133C(3) de la loi sur les migrations d'annuler le visa détenu par M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et de bon ordre, sur la base qu'il était dans l'intérêt public de le faire.»

«Cette décision fait suite aux ordonnances rendues par la Cour fédérale du circuit et de la famille le 10 janvier 2022, annulant une décision d'annulation antérieure pour des raisons d'équité procédurale.»

«"Pour prendre cette décision, j'ai soigneusement examiné les informations qui m'ont été fournies par le ministère de l'Intérieur, l'Australian Border Force et Djokovic.»

«Le gouvernement Morrison est fermement engagé à protéger les frontières de l'Australie, notamment en ce qui concerne la pandémie de Covid-19.»
7:48
L'ancien secrétaire adjoint du Département de l'Immigration, Abul Rizvi, a déclaré qu'il y avait trois raisons derrière le retard dans la décision concernant le visa de Novak Djokovic.


  1. Le Dr Rizvi a affirmé à la radio ABC Melbourne que le gouvernement n'avait pas encore décidé de la politique d'annulation ou de non-annulation, les factions au sein du gouvernement tirant dans des directions différentes, que les questions juridiques et le risque de perdre un second procès inquiétaient les décideurs, ou que le gouvernement essayait toujours d'élaborer une stratégie une fois la décision d'annulation prise.

  2. Le même expert a déclaré que si le ministre annule le visa, il le fera en vertu de ses pouvoirs personnels et la décision portera sur les fausses informations fournies sur le formulaire de visa de Djokovic. Dans le cadre de cette décision, le ministre considérerait que l'annulation est dans l'intérêt du public, ce qui serait vérifié au tribunal.

  3. «Ce qui préoccupe le ministre, c'est que le juge peut également décider d'ordonner au ministre de libérer Djokovic de sa détention avec un visa de transition qui lui permet de jouer», estime le spécialiste

7:29
Même avec un visa révoqué, il reste une chance à Djoko pour jouer
Janina Boughey, professeure agrégée de droit public à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney, a déclaré que si le visa de Novak Djokovic était à nouveau annulé, le joueur de tennis aurait peu de voies de recours.

La spécialiste estime que le numéro 1 mondial a peu de chances de gagner un recours si son visa devait être révoqué par le ministre de l'Immigration. Les pouvoirs personnels du ministre de l'Immigration pour accorder ou annuler des visas sont si étendus et puissants qu'ils ont été décrits comme «divins» par un ancien ministre de l'Immigration: Chris Evans, rapporte The Conversation.

En revanche, si le visa de Djokovic est annulé, il peut toujours faire appel. Dans l'intervalle du jugement, il obtiendrait un visa de transition. Cela lui permettrait de jouer l'Open d'Australie, selon l'ancien sous-secrétaire du département de l'Immigration. 👇

7:25
Djokovic n'est pas allé à son entraînement
Djokovic ne pourra-t-il pas rester longtemps en Australie? Comme le rapporte The Age, le nom du tennisman a soudainement disparu de la liste des joueurs qui devaient s'entraîner vendredi après-midi au Melbourne Park. Le matin, le Serbe était pourtant encore sur le court pour une séance d'entraînement.
18:48
Martina Navratilova: «Djokovic devrait rentrer à la maison»
La légende du tennis Martina Navratilova s'est à son tour exprimée sur l'affaire Djokovic, lors d'une interview accordée à la chaîne australienne 7news.

«Cette situation est une accumulation d'erreurs des différentes parties», résume la championne aux 18 titres du Grand Chelem. «Si vous ne voulez pas vous faire vacciner, mais que tout le monde le fait parce que l'Australie l'exige, vous avez deux options: se faire vacciner ou ne pas jouer».

«J'ai toujours défendu Djokovic et j'ai toujours admiré sa détermination», a déclaré Martina Navratilova. Pourtant, a-t-elle ajouté, «on a une certaine responsabilité si l'on veut être une figure marquante du sport. Tu es un modèle pour les enfants, que tu le veuilles ou non. C'est aussi le cas pour la vaccination».

Selon l'ancienne joueuse, le Serbe devrait «rentrer à la maison».
17:32
La joueuse enfermée dans le même hôtel que Djokovic obligée de se déshabiller devant des agents
Renata Voracova ne gardera pas un bon souvenir de son séjour en Australie. La Tchèque, renvoyée samedi après l'annulation de son visa, s'est exprimée dans les médias sur le traitement qu'elle a subi juste avant son renvoi: «Je me sentais un peu comme une criminelle, mais il n'y avait aucune raison pour que je me sente comme ça. J'ai envoyé tous les documents. Ils ont été approuvés. Si je savais qu'il y aurait même 1% de chance que quelque chose n'aille pas, je ne serais pas allée en Australie», s'est-elle justifiée à BBC News Russian.
FILE - Renata Voracova of the Czech Republic returns a shot to Shuai Peng of China during a first round match at the BNP Paribas Open tennis tournament in Indian Wells, Calif., on March 10, 2011. The Australian Broadcasting Corp. reported later Friday, Jan. 7, 2022, that Voracova, a 38-year-old doubles player from the Czech Republic, had her visa canceled and was taken to the same hotel where Novak Djokovic is staying. (AP Photo/Darron Cummings, File)
Bild: sda
Comme Djokovic, elle avait obtenu une exemption médicale. Comme le Serbe, elle a été placée en détention dans le sinistre Park Hotel. La spécialiste de double, 38 ans, a avoué au média russe Denik avoir été obligée, par des agents de l'immigration, de se déshabiller pendant sa détention et son interrogatoire. Et ça l'a marquée psychologiquement:

«J'étais inquiète. Je ne me sentais pas en sécurité jusqu'à mon retour à la maison, rien n'était sûr. C'était comme si je regardais un film, un long interrogatoire avec des instructions telles que "déshabille-toi, habille-toi". Beurk, je ne veux même pas y penser, encore moins le revivre.»
14:42
Tsitsipas pas tendre avec son adversaire
Interrogé sur l'affaire Djokovic dans le cadre d'un événement organisé par ses sponsors, Stefanos Tsitsipas a estimé que Djokovic «fixait ses propres règles». «Parmi les joueurs, personne n'imaginait pouvoir venir sans être vacciné», a ajouté le Grec, qui n'a jamais été un grand fan du vaccin, mais qui l'a fait pour pouvoir venir en Australie.

Il a ensuite poursuivi en se montrant plus critique envers le No1 mondial: «On dirait que tout le monde ne respecte pas les règles de Tennis Australia et du gouvernement. Et cette très faible minorité fait passer la majorité des autres joueurs pour des idiots, dans un sens.»
epa09667368 Stefanos Tsitsipas of Team Greece in action against Nikoloz Basilashvili of Team Georgia in his match against  on Day 5 of the ATP Cup tennis tournament at the Qudos Bank Arena in Sydney, Australia, 05 January 2022.  EPA/JAMES GOURLEY EDITORIAL USE ONLY AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT
Bild: sda
14:30
Un docu Netflix en préparation
Faites chauffer les pop-corn! 🍿 La plateforme Netflix travaillerait actuellement sur une série documentaire consacrée à Novak Djokovic, rapporte RMC. Une équipe l’aurait notamment suivi lors de son périple avant l’Open d’Australie, filmant des images inédites du Serbe pendant toute l’affaire.

Selon le Daily Mail, cette mini-série sur le numéro un mondial aurait été confiée à la boîte de production de James Gay Rees, responsable notamment du documentaire «Drive to Survive» sur la F1. Elle aurait pour but de suivre Djoko tout au long de la saison 2022.
13:21
Le ministre de l'Immigration penche vers l'expulsion
Le visa de Djokovic sera-t-il à nouveau annulé? Selon le journal australien The Age, cela semble être le scénario le plus probable à l'heure actuelle. Le site se réfère à une source anonyme du Parti libéral, le parti auquel appartient, outre le premier ministre Scott Morrison, le ministre de l'Immigration Alex Hawke, qui décidera d'une éventuelle annulation du visa de Djokovic.
12:13
Entraînement interrompu
Novak Djokovic avait prévu une séance de deux heures jeudi et avait réservé un court sur le site de Melbourne. Mais il a interrompu son entraînement après seulement 30 minutes. Selon «Bild», le préparateur physique Marco Panichi lui a montré un message sur son smartphone. On ne sait pas si c'est la raison pour laquelle il a interrompu sa séance.
11:10
Martina Hingis ne comprend pas
Interrogée par le quotidien alémanique Blick, l'ancienne star du tennis suisse s'est exprimée sur la situation que vit le No1 mondial en Australie.

«Il a sa propre vision du monde. Et la vaccination n'y a pas sa place. Je ne comprends pas», a témoigné Martina Hingis, qui sait très bien qu'on ne plaisante pas avec les autorités australiennes à l'entrée du pays: «J'ai déjà été arrêtée à la douane de l'aéroport de Melbourne pour une pomme et une tablette de chocolat dans mon bagage à main. Mais je n'ai pas été retenue longtemps. J'ai simplement dû les laisser sur place.»
11:00
La route du No1 à Melbourne
10:54
Un sondage cruel pour Djoko
Un sondage réalisé par NewsCorp auprès de 60 000 personnes, interrogées sur plusieurs sites d'information australiens, donne une idée de la défiance envers le joueur serbe.

Une majorité écrasante de 83% pense que le gouvernement devrait demander l'expulsion de Novak Djokovic.

10:49
10:46
Public réduit pendant le tournoi
La capacité d'accueil du public à l'Open d'Australie de tennis sera limitée à 50% en raison d'une hausse du nombre de cas de Covid-19 et des hospitalisations dans la région de Melbourne. Le port du masque sera obligatoire pour les spectateurs, sauf pour manger et pour boire, et des règles de distanciation devront être respectées à l'intérieur.

Jeudi, l'Etat de Victoria enregistrait 953 patients atteints du Covid-19 hospitalisés, un nombre record, et plus de 220'000 cas de contamination en cours.
10:21
Djokovic a un plan B
Le journal australien The Age révèle que Novak Djokovic ferait immédiatement appel devant les tribunaux de toute tentative d'expulsion, dans le cas où son visa serait annulé par le ministre de l'Immigration Alex Hawke.

Une source fédérale a confirmé que M. Hawke était toujours en train d'examiner les documents soumis par les avocats de Djokovic, ce qui a retardé le processus de décision de plusieurs jours. Le verdict devrait être connu vendredi.
10:12
La Serbie est (elle aussi) fâchée
Selon The Guardian, Djokovic risque jusqu'à trois ans de prison dans son pays d'origine pour avoir rompu son isolement après avoir été testé positif au Covid. S'il est reconnu coupable d'avoir violé l'article 248 du code pénal serbe, il encourt en effet une amende ou de la prison.
L'Espagne est aussi sur le coup
Des investigations sont aussi menées côté espagnol. Car si le tennisman a oublié de mentionner qu'il avait, avant d'atterrir à Melbourne, voyagé et séjourné à Marbella, les autorités ibériques se demandent si le Serbe est entré illégalement en Espagne.
L'
enquête se poursuit
Les autorités australiennes enquêtent sur trois points:

1: La violation des conditions d'isolement en Serbie après le test positif de Djokovic le 16 décembre.
2: L'«erreur» sur son formulaire d'entrée en Australie (il avait indiqué ne pas avoir voyagé dans les deux semaines précédant son départ alors qu'il s'était rendu en Espagne).
3: La possible manipulation de la date de son test PCR.
Décision repoussée
Le premier ministre australien, Scott Morrison, n'annoncera rien sur le statut de Djokovic en Australie ce jeudi. En effet, le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, n'a pas encore pris de décision à propos du visa du numéro 1 mondial.

Ils ont encore moins de chance que Djoko

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
15 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
15
Le Conseil fédéral instaure le semi-confinement, bienvenue en 2020
Le gouvernement a pris une décision qui va changer la vie des Suisses. Ce 16 mars 2020, il annonce l'instauration d'un semi-confinement dans tout le pays. Suivez la conférence de presse en «direct».
L’article