DE | FR

Le patron de la chaîne CNN claque la porte après avoir révélé sa liaison

Image: sda
Il incarnait à lui seul le positionnement conservateur de la fameuse chaîne de télévision CNN. Eh bien, c'est fini: Jeff Zucker démissionne. Donald Trump, l'une des cibles favorites de la chaîne depuis des années, a salué le départ d'une «raclure de classe internationale».
02.02.2022, 21:4103.02.2022, 06:44

Le président emblématique de CNN, Jeff Zucker a annoncé mercredi qu'il quittait son poste. La décision intervient peu après la révélation d'une liaison cachée avec une collègue.

Une liaison très gênante

Jeff Zucker, 56 ans, qui était à la tête de CNN depuis 2013, a déclaré avoir eu «tort» de taire cette relation avec la directrice marketing de la chaîne. Il a admis l'existence de cette liaison durant une récente enquête interne (sans rapport avec lui), consacrée au journaliste Chris Cuomo, récemment licencié. «On m'a interrogé sur une relation consensuelle avec ma collègue la plus proche, avec laquelle je travaille depuis plus de vingt ans», a indiqué le dirigeant dans un mémo interne publié par CNN.

«J'ai reconnu que cette relation avait évolué ces dernières années», a poursuivi le responsable. «J'aurais dû en faire état quand elle a débuté, mais je ne l'ai pas fait. J'ai eu tort. De ce fait, je quitte mes fonctions aujourd'hui.»

De qui parle-t-on?
Pur homme de télévision, Jeffrey Adam Zucker, de son nom complet, a démarré dans le milieu à 21 ans seulement, au bas de la pyramide hiérarchique, en tant que documentariste au sein de la grande chaîne nationale NBC. Doté d'un sens de la production et de l'information très au-dessus de la moyenne, il a rapidement gravi les échelons, avant de devenir, en 2007, PDG du géant NBC Universal.
Remercié en 2010 après l'acquisition du groupe par le câblo-opérateur Comcast, Jeff Zucker a ensuite rebondi chez CNN, en 2013. Outre CNN, Jeff Zucker était aussi président de WarnerMedia News and Sports, entité du groupe WarnerMedia consacrée à l'information et au sport, depuis 2019.

Dans un autre mémo interne, la directrice marketing, Allison Gollust, dont la chaîne a indiqué qu'elle allait conserver son poste, a également exprimé le regret de ne pas avoir signalé à son employeur cette liaison, débutée lors de la pandémie, selon elle. Jeff Zucker est séparé de son épouse, Caryn, depuis 2018.

Il entretenait une drôle de relation avec Donald Trump

Charismatique, volubile, Jeff Zucker a repositionné la chaîne CNN, un peu figée face à son grand concurrent Fox News, et profité de l'aspiration consécutive à l'entrée de Donald Trump en politique, en 2015.

Il entretient une relation particulièrement complexe avec l'ex-président des Etats-Unis: un mélange d'attraction et de répulsion. Au début des années 2000, Jeff Zucker lui a offert une rampe de lancement en diffusant l'émission de téléréalité «The Apprentice» lorsqu'il dirigeait la chaîne NBC. Toutefois, il il prit ses distances par la suite.

Durant les deux campagnes de Donald Trump ainsi que lors de son mandat, CNN s'est présentée comme la chaîne de l'information factuelle, laquelle était souvent opposée à ce que ses journalistes considéraient comme des allégations erronées ou des mensonges de l'équipe Trump.

Réaction de Trump?

Jeff Zucker «a été licencié pour de nombreuses raisons, mais surtout parce que CNN s'est égarée, avec ses téléspectateurs et tous les autres», a réagi Donald Trump, dans un communiqué.

«L'opportunité se présente de remiser les fausses informations», ou «fake news», a poursuivi l'ex-chef d'Etat, qui a régulièrement reproché à CNN de déformer la réalité voire d'inventer des informations à son sujet.

Trump a conclu en saluant le départ d'une «raclure de classe internationale».

En tout cas, c'est un coup dur pour CNN

La chaîne a mal vécu l'après-Trump, enregistrant un recul de 38% de ses audiences en 2021, soit plus que Fox News mais aussi son autre concurrente, MSNBC, qui s'est solidement installée en deuxième position, devant CNN.

Le départ du dirigeant est un coup dur pour WarnerMedia, qui prépare le lancement, au printemps, d'un service de vidéo par abonnement autour de l'information, baptisé CNN+, ainsi que l'absorption du groupe par le géant de la télévision Discovery, prévue d'ici juin prochain. (mbr/ats)

Copin Comme Cochon: la fondue

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Avortement aux Etats-Unis: et à la fin, c'est Dieu qui gagne
Lorsqu'un pouvoir démocratique fait passer ses décisions pour la volonté de Dieu, il se décale vers la théocratie, et la liberté de mœurs s'en ressent.

La légende du foot Maradona, pour faire avaler sa tricherie dans le quart de finale opposant l’Argentine à l’Angleterre à la coupe du monde de 1986, avait parlé de «la main de Dieu». Trente-six ans plus tard, pour expliquer la révocation par la Cour suprême du droit à l’avortement au niveau fédéral aux Etats-Unis, l’ex-président républicain Donald Trump, qui aura nommé trois juges conservateurs à la plus haute juridiction du pays, la faisant basculer pour longtemps dans le puritanisme religieux, dit en gros la même chose: «C’est la volonté de Dieu.»

L’article