DE | FR
Image: Shutterstock

Cette fois, c'est Peugeot qui est mêlé au scandale du «Dieselgate»

Après Volkswagen en mai et Renault mardi, Peugeot est à son tour rattrapé par l'affaire du «Dieselgate». Le constructeur a été mis en examen en France mercredi pour avoir fabriqué des moteurs «frauduleux». Cet énième cas pourrait faire plonger d'autres entreprises automobiles.
10.06.2021, 09:4010.06.2021, 16:47

Dans un communiqué publié le soir du 9 juin, Stellantis, maison-mère de Peugeot, a annoncé la mise en examen de sa filiale «en raison d'allégations de faits de tromperie portant sur la vente de véhicules diesel Euro 5 intervenue en France entre 2009 et 2015». Elle a contesté «tout préjudice» pour les consommateurs français.

«Nos filiales sont fermement convaincues que leurs systèmes de contrôle des émissions répondaient à toutes les exigences applicables à l'époque et continuent aujourd'hui de les respecter, et elles attendent avec impatience l'occasion de le démontrer.»
Stellantis, maison-mère de Peugeot

Une source judiciaire a confirmé la mise en examen mercredi du chef de «tromperie entraînant un danger pour la santé de l'homme ou de l'animal».

Volonté de fabriquer des «moteurs frauduleux»

Un rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), transmis à la justice en février 2017, évoquait une «stratégie globale visant à fabriquer des moteurs frauduleux, puis à les commercialiser».

D'après les enquêteurs, quelque 1,9 million de véhicules diesel «dont le moteur fonctionne selon les stratégies frauduleuses», ont été vendus entre septembre 2009 et septembre 2015 en France.

Au vu des infractions constatées, la DGCCRF évaluait l'amende maximale encourue par Peugeot à 5 milliards d'euros. Une somme énorme, toutefois quatre fois moindre par rapport aux 19,7 milliards d'euros imputés contre Volkswagen.

Citroën et Fiat dans le viseur

Le Dieselgate, qui a donné lieu à des actions en justice dans de nombreux pays, a déjà coûté 30 milliards d'euros à Volkswagen, en grande partie aux Etats-Unis où le groupe allemand a plaidé coupable de fraude en 2017.

Volkswagen avait reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d'un logiciel capable de dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Depuis, les ventes de voitures diesel se sont effondrées.

Prochaines cibles potentielles sur la liste, Citroën, puis Fiat-Chrysler, appartenant également au groupe Stellantis: Ce dernier a annoncé leur audition jeudi et «en juillet» dans son communiqué mercredi soir. La mise en examen est une étape préalable à un éventuel procès en France. (ats/mndl)

Il n'y a pas que les voitures qui polluent. Et vous, vous pesez combien en CO2?

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après un problème technique chez Skyguide, l'espace aérien suisse est rouvert
Plus aucun avion ne pouvait décoller ou atterrir à Zurich et Genève ce mercredi matin. Après une fermeture, l'espace aérien suisse a rouvert. Les décollages avaient deux à quatre heures de retard.

Aucun avion ne pouvait atterrir ou décoller des aéroports de Genève et Zurich mercredi matin. L'espace aérien suisse est à nouveau ouvert depuis 8h30, a indiqué Skyguide dans un communiqué. Il avait été fermé mercredi matin en raison d'une panne.

L’article