DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Stop au tourisme de masse. La Thaïlande mise sur un tourisme «sexy»

Le monde post-Covid est en marche: face à la beauté retrouvée de ses paysages, la Thaïlande est déterminée à en limiter l'accès. Nom de l'opération: SEXY. Mais ce n'est pas ce que vous croyez.



Les communiqués du gouvernement thaïlandais ont un petit côté fleur bleue que certains interpréteront comme de la modernité, d'autres comme de la nostalgie. Ces documents parlent de conscience écologique, de retour à la nature, d'un tourisme «SEXY» (lire le concept), qui consisterait moins à courir le jupon qu'à parcourir le pays.

Aujourd'hui, il n'existe pas de campagne publicitaire plus juteuse qu'une campagne bien verte. Mais pour les agences de voyages, que nous avons sondées, ces messages ne sont pas de la démagogie, ni de l'esbroufe: la Thaïlande veut changer. Plus exactement: elle aimerait redevenir ce qu'elle était.

«La tendance écologiste existait déjà avant le Covid. Les enjeux financiers restent importants, mais je pense que le tourisme de masse est bel et bien menacé»

Sophie de l'agence Lets Travel, spécialisée dans les excursions en Thaïlande.

A ce jour, la Thaïlande dissuade les étrangers avec des quarantaines de dix nuits ou quatorze jours, selon l'humeur, dans des hôtels réquisitionnés et surveillés, totalement isolés, dont les frais sont entièrement à la charge des visiteurs. Les promesses de réouverture restent vaines, malgré une situation sanitaire sereine (858 cas par jour, selon les derniers chiffres officiels).

Car depuis tout ce temps où elle s'est refermée sur elle-même, où les touristes et les gaz se sont évaporés, la Thaïlande redécouvre la beauté de ses paysages, la pureté de ses eaux turquoises, la diversité de sa faune. Elle retrouve son paradis perdu.

Les tortues reviennent à Phuket

epa00943078 A handout photo released by Phuket Marine Biological Centre (PMBC) shows new born leatherback turtles hatching at the Phuket Marine Biological Center (PMBC), Phuket island, southern Thailand, Saturday 24 February 2007. Seventy-six leatherback turtles have hatched so far out of the 103 eggs laid on Phuket's Karon beach in December, the first time for more than ten-years. The 76 leatherback turtles are released back to the sea which at least 1 percent of the hatchlings will survive to adulthood and return to lay eggs, according to Phuket Marine Biological Center (PMBC) Veterinarian Sontaya Manawattana. EPA/LALITA PUTCHIM/HO EDITORIAL USES ONLY NO SALES EDITORIAL USE ONLY

Image: EPA

«La nature reprend des couleurs après une longue pause. La pandémie nous donne une image claire de l'impact écologique du tourisme. A nous de le rendre propre et durable au-delà du Covid»

Chanit Suwanparin, vice-président senior des véhicules électriques Banpu Next, dans le Bangkok Post.

Certains parcs nationaux respectent déjà une interdiction au public de deux à trois mois, pour permettre à l'écosystème de se régénérer. Selon le Bangkok Post, le Ministère de l'environnement souhaite étendre cette fermeture annuelle à l'ensemble de ses parcs.

Dans les zones maritimes moins préservées, la Thaïlande a déjà réduit le trafic naval d'un tiers et ne délivre plus qu'un nombre limité de permis, que ce soit pour naviguer, plonger ou dormir. Cette nature est placée sous haute protection militaire, avec des patrouilles armées. Des bungalows en bord de mer, sur des îles peu fréquentées, seront bientôt détruits. Un élu veut remplacer les tuks-tuks de Phuket par des véhicules électriques. La Thaïlande ne veut pas redevenir comme avant.

Phi Phi Island hier

Bild

Phi Phi Island aujourd'hui

Bild

Le problème de ce décor est qu'il en cache un autre, moins idyllique, celui des milliers de chômeurs qui, sur les trottoirs de Patong ou de Pattaya, font la queue avec une carte de rationnement, dans un long fleuve servile. Ce sont les égouts du paradis, toute une population que le Covid met à la rue et que le mouvement écologique rejette.

Voir le reportage d'Arte

abspielen

Si la vidéo ne démarre pas, cliquez ici. Vidéo: YouTube/ARTE

C'est cette image-là, celle des bateaux abandonnés, des paillotes effondrées et des sociétés paupérisées, que les agences locales opposent à une idéologie de carte postale.

Haut lieu touristique, Phuket résume parfaitement ces enjeux:

Les voyagistes déplorent à mot-couvert que le gouvernement ne les ait pas informés de ses visées écologistes, notamment la fermeture des parcs.

«Nous les avons prévenus très à l'avance, contrairement à ce qu'ils prétendent. Nous ne reviendrons pas sur notre décision. Plus nous retarderons notre réforme du tourisme, plus nous serons perdants. Y compris les acteurs économiques»

Songtham Suksawang, directeur de l'Office des parcs nationaux, dans le Bangkok Post.

Chez Lets Travel, dont l'offre est historiquement basée sur un tourisme contemplatif, on se réjouit de cet appel au calme. «J'espère vraiment que la Thaïlande persistera dans sa démarche environnementale, conclut Sophie. Je sens une volonté claire depuis plusieurs années. Cela dit, l'appât du gain ne disparaîtra pas avec le Covid... Si les vols de ligne restent fréquents, à partir des métropoles et avec des tarifs low coast, le nombre de visiteurs ne diminuera pas. C'est la grande inconnue du monde d'après.»

La Kumbh Mela à eu lieu en Inde, malgré le Covid

1 / 16
La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
source: sda / idrees mohammed
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les Australiens voyagent à moitié prix pour aller... en Australie

Des Australiens qui voyagent sur leur propre île. Voilà le plan du gouvernement pour sauver le secteur du tourisme des conséquences du Covid-19. Une idée qui ne séduit pas tout le monde.

La Gold Coast, le Kangaroo Island ou la grande barrière de corail, ça vous dit quelque chose? Et bien les Australiens aussi, puisque ces régions se trouvent chez eux. Pourtant, le gouvernement a annoncé le 11 mars qu'il consacrera près de 856 000 millions de francs pour financer quelque 800 000 billets d'avions pour ses habitants, à destination de treize célèbres régions australiennes éloignées des grandes villes.

L'idée, pousser les Australiens à s'envoler à moitié prix pour «découvrir» …

Lire l’article
Link zum Artikel