DE | FR

Aung San Suu Kyi inculpée pour «fraude électorale»

L'ex-dirigeante birmane, renversée par l'armée en février, est accusée «fraude électorale» lors des législatives de 2020.
16.11.2021, 08:1116.11.2021, 11:14

Lors des élections législatives de 2020, le parti d'Aung San Suu Kyi avait remporté le scrutin haut la main. Aujourd'hui, l'ex-dirigeante birmane, renversée par l'armée en février, va être inculpée pour «fraude électorale», ont annoncé mardi les médias d'Etat.

Aung San Suu Kyi.
Aung San Suu Kyi.Image: sda

Dans quel contexte se passe cette inculpation?

Quinze autres responsables, dont l'ex-président de la République, Win Myint, également arrêté lors du coup d'Etat de février, vont être poursuivis pour la même infraction, a rapporté le journal Global New Light of Myanmar, sans donner plus de détails. Quelques éléments de contexte:

  • La junte a toujours justifié son passage en force en invoquant d'«énormes» irrégularités lors des élections de novembre 2020, remportées massivement par la Ligue nationale pour la démocratie d'Aung San Suu Kyi.
  • Personne n'avait été inculpé pour cela jusqu'à présent.
  • Les observateurs internationaux avaient, pour leur part, qualifié à l'époque ce scrutin de «globalement libre et équitable».

Cette nouvelle inculpation du prix Nobel de la paix intervient au lendemain de la libération du journaliste américain Danny Fenster, gracié après plus de six mois de détention à la veille d'un procès, où il risquait la perpétuité pour terrorisme. Il a été expulsé vers les Etats-Unis.

Petit rappel
Le putsch de février a mis fin à une parenthèse de transition démocratique d'une décennie. Depuis, les militaires mènent une répression sanglante contre leurs opposants avec plus de 1250 civils tués et près de 7300 en détention, selon une ONG locale. Elle a rapporté des cas de tortures, de viols et d'exécutions extra-judiciaires.

Multiples procès

Assignée à résidence depuis son arrestation à l'aube du 1er février, Aung San Suu Kyi, 76 ans, est jugée depuis juin pour une multitude d'infractions:

  • Importation illégale de talkies-walkies.
  • Sédition.
  • Corruption
  • Incitation aux troubles publics.
  • Elle est également accusée d'avoir violé les règles de restrictions contre le Covid-19.

Quand est-ce que l'on attend le verdict?

Un premier verdict est attendu le 14 décembre dans ce volet de l'affaire. Elle risque de longues années de prison, si elle est reconnue coupable.

Les médias ne sont pas autorisés à assister à son procès, à huis clos, devant un tribunal spécial de Naypyidaw, la capitale. La junte a également interdit à son équipe juridique de parler à la presse et aux organisations internationales.

A la fin octobre, un proche collaborateur de Suu Kyi, âgé de 80 ans, a été condamné à 20 ans de détention pour trahison. (jah/ats)

Aung San Suu Kyi

1 / 8
Aung San Suu Kyi
source: epa / david van der veen
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Rohingyas: Washington accuse la junte militaire birmane de génocide
850 000 Rohingyas se trouvent actuellement dans des camps au Bangladesh, tandis que 600 000 autres membres de la communauté restent dans l'Etat de Rakhine, en Birmanie.

Les Etats-Unis ont estimé que les violences commises par les militaires en Birmanie contre la minorité rohingya relevaient du génocide et des crimes contre l'humanité, a déclaré dimanche un responsable américain.

L’article