DE | FR
Législatives 2022

Législatives: Zemmour «très tenté» par une candidature, décision «imminente»

Eric Zemmour, qui a obtenu 7% des voix à la présidentielle, est désormais «très tenté» par une candidature aux élections législatives de juin. Il rendra sa décision dans «quelques jours», a-t-il déclaré ce 2 mai à BFMTV.
02.05.2022, 21:2603.05.2022, 06:36

Ira, ira pas? «J'hésite encore pour une raison simple: est-ce-que je pourrai, en me présentant, aider tous mes camarades qui sont sur le pont?», a déclaré l'ex-éditorialiste sur les ondes de BFMTV ce lundi.

«Il faut mener la campagne nationale, pour aller aider les uns et les autres. Ce n'est pas évident», a encore insisté le fondateur du parti Reconquête!, en précisant que sa décision, «imminente», était «une histoire de quelques jours», avant la fin de la semaine.

Concernant son point de chute, Eric Zemmour a indiqué avoir «regardé les circonscriptions» dans lesquelles il a «fait des scores de plus de 20%» au premier tour de la présidentielle, évoquant «le Var» ou «Paris».

Contact avec le RN: des gens se parlent

En vue des législatives des 12 et 19 juin, pour lesquelles il compte bien présenter «577 candidats», Eric Zemmour a déploré qu'aucune négociation ne soit en cours avec Marine Le Pen qui, selon lui, «préfère tuer Reconquête plutôt que devenir une force à 100-150 élus» au Palais Bourbon.

«Si elle veut vraiment résister à l'Assemblée (...) il faut qu'elle accepte de faire un accord», a plaidé l'ancien journaliste, tout en admettant n'avoir eu aucun contact avec la cheffe de file du Rassemblement national depuis le second tour de la présidentielle.

Mais «le contact n'a jamais été rompu», a-t-il assuré, car «il y a des gens qui se parlent» au sein du RN et de Reconquête.

La faute à Poutine

Eric Zemmour est également revenu sur sa première candidature à la présidentielle, marquée par une forte percée dans les sondages, au point d'envisager se hisser au deuxième tour, avant d'échouer à 7%. «C'est mon échec, ma déception», a-t-il d'abord convenu, avant d'invoquer comme raison principale sa défaite l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Ce qui a péché, «c'est Poutine», a-t-il résumé, expliquant que son électorat avait ensuite fait bloc derrière Emmanuel Macron, dans un «effet drapeau», puis s'était reporté sur Marine Le Pen, suivant un vote utile.

«L'élection présidentielle, vous pouvez penser qu'elle me donne tort. Moi je vous dis qu'elle me donne raison», a lancé Eric Zemmour, en avançant que ses thèses, comme celle du «grand remplacement», restent «le sujet majeur». «Je ne dis pas que les Français ont eu tort (...). Je dis que j'ai perdu, mais que j'aurai raison, je le sais», a-t-il martelé. (ats/foj)

Voir l'interview:

18 personnes qui jouent les petits anarchistes

1 / 20
18 personnes qui jouent les petits anarchistes
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La TV russe simule des attaques nucléaires

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Macron va tenter de reprendre la main: son plan de bataille en 4 points
Resté silencieux depuis la «baffe» des législatives et alors que l'absence de majorité absolue à l'Assemblée menace de rendre le pays ingouvernable, le président français va tenter de reprendre la main. Sa stratégie en 4 points.

Présenté comme le grand perdant du scrutin, Emmanuel Macron doit rapidement tirer les leçons avant d'être happé dans un tunnel d'obligations internationales à partir de jeudi. Lundi, il a discuté de la stratégie à adopter au cours d'un déjeuner avec la Première ministre Elisabeth Borne et les ténors d'Ensemble!, Edouard Philippe et François Bayrou.

L’article