DE | FR

Comment les réfugiés ukrainiens seront-ils accueillis en Suisse?

Voici les trois mesures sur lesquelles planche le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) pour accueillir au mieux les réfugiés ukrainiens.
19.03.2022, 15:2120.03.2022, 09:16
Les réfugiés font souvent un très long voyage pour arriver en Suisse, comme ici, où cette famille passe par la Pologne, puis l'Allemagne.
Les réfugiés font souvent un très long voyage pour arriver en Suisse, comme ici, où cette famille passe par la Pologne, puis l'Allemagne.Image: sda

Certaines mesures d'intégration seront nécessaires pour les réfugiés ukrainiens qui ont le statut S de protection, vu qu'ils peuvent tout de suite travailler en Suisse. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a donc décidé d'examiner la possibilité de verser un forfait aux cantons, ce qui entraîne des frais.

Le statut S

Le statut S de protection vise en principe à faciliter le retour et pas à prévoir l'intégration: les personnes qui ont fui l'Ukraine veulent retourner dans leur patrie dès que possible, a expliqué la directrice du SEM Christine Schraner Burgener samedi à la radio alémanique SRF.

Mais certaines mesures d'intégration seront tout de même nécessaires. En effet, ceux qui possèdent le statut S de protection peuvent travailler sans délai d'attente.

Des cours de langue

Or les langues sont importantes pour le travail. Des cours de langues servent également à la protection des personnes pour se défendre, si elles sont exploitées. La plupart étant des femmes accompagnées d'enfants mineurs, la garde d'enfants est également un aspect primordial, a relevé Schraner Burgener.

Jusqu'à présent, la Confédération ne prévoyait pas d'indemnisation aux cantons pour l'intégration pour les personnes avec le statut S. Cela pourrait changer: le SEM en a discuté avec les cantons. L'idée principale est de prévoir un forfait d'intégration partielle.

D'abord des logements

Actuellement, le plus important est que toutes les personnes qui arrivent soient logées. «Nous continuons d'organiser davantage de possibilités d'hébergement», d'après le SEM. L'armée a par exemple mis à disposition les casernes de Bure (JU) et de Bülach (ZH). Une salle de gymnastique devrait également être mise prochainement à disposition, a dit la cheffe du SEM.

Mais l'objectif n'est pas de les garder dans ces lieux. Après deux ou trois nuits, ils devraient pouvoir être hébergés chez des particuliers ou dans les cantons. «La solidarité est immense», a souligné la Secrétaire d'Etat. Des particuliers ont offert 61'000 lits, qui sont actuellement contrôlés.

Jusqu'à présent, 9826 personnes en provenance d'Ukraine se sont enregistrées dans les centres fédéraux d'asile, a indiqué samedi le SEM sur Twitter. Ce sont 767 personnes de plus que la veille. 4417 ont déjà pu prendre leurs quartiers chez des particuliers. (ats/myrt)

Certains de ces réfugiés viennent de Marioupol, voici dans quel état est cette ville 👇

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et sinon, encore moins réjouissant... Un potentiel «crime de guerre» filmé par un drone 👇

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Plusieurs soldats russes ont été neutralisés par... une chèvre ukrainienne
Les animaux aussi contribuent (malgré eux) à la résistance contre l'envahisseur russe. La méthode employée par cette petite chèvre s'est avérée pour le moins... explosive.

Il était une fois, une chèvre, qui coulait des jours (pas si) paisibles dans le village temporairement occupé de Kinski Rozdory, dans la région de Zaporijia.

L’article