DE | FR

«Au moins 10 000» enfants victimes d'abus dans l'église

Image: Shutterstock
Le nombre de victimes de pédocriminalité au sein de l'église française, depuis les années 50, pourrait atteindre 10'000. L'estimation est encore provisoire.
02.03.2021, 20:2903.03.2021, 06:10

Le président de la Commission indépendante qui enquête sur la pédocriminalité dans l'Eglise de France depuis les années 1950 a jugé mardi que le nombre de victimes pourrait atteindre «au moins 10 000». Une estimation encore provisoire, alors que ses travaux doivent être rendus fin septembre.

Jean-Marc Sauvé, le président de cette commission, a fait un point d'étape de ses travaux devant la presse. «La grande question qui se pose à nous: quel pourcentage de victimes a-t-il touché? Est-ce que c'est 25% (des victimes) ? 10%, 5% ou moins?», a-t-il interrogé.

«Cela fait partie des travaux qui sont en ce moment en cours au sein de la commission», a-t-il ajouté, précisant que le chiffre de 10'000 serait encore affiné. En juin, M. Sauvé, avait également estimé à 1500 le nombre d'agresseurs, mais il n'a cette fois pas avancé d'estimation.

«Il y a eu dans un certain nombre d'institutions catholiques ou de communautés religieuses un véritable système d'abus, mais en petit nombre. (...) Cette situation représente une toute petite minorité des cas dont nous avons eu connaissance»
Jean-Marc Sauvé

(ats/afp)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, ces musulmans qui ne veulent plus se cacher pour prier
Des étudiants musulmans demandent l'ouverture d'une «salle de méditation» à l'Université de Genève. La loi cantonale sur la laïcité s'y oppose. Ils prient dans une cage d'escalier.

Deux cages d’escalier entre deux étages à Uni Mail. C’est dans ces non-lieux du bâtiment des sciences humaines de l’Université de Genève que des étudiants et étudiantes de confession musulmane viennent prier. Une cage d’escalier pour les hommes, une autre pour les femmes, situées au même niveau, séparées de quelques mètres.

L’article