DE | FR
Mardi à Berne, les Jeunes vert.e.s
Mardi à Berne, les Jeunes vert.e.s

Face à une classe politique «trop molle», les initiatives pro climat se multiplient

Et une de plus! Cette semaine, une nouvelle initiative en faveur du climat a été lancée. Une manière de faire pression sur la classe politique suisse, jugée trop timide. Avec le risque d'agacer les citoyens.
29.08.2021, 07:5029.08.2021, 09:10

Le constat est largement accepté: la Suisse doit impérativement répondre à l’urgence climatique et le temps presse après le non à la loi CO2 en juin dernier. Face à une classe politique poliment qualifiée de «timide», ce sont les citoyens qui empoignent la question.

Cela ne date pas d’hier, certes. Mais il n’y a peut-être jamais eu autant d’initiatives populaires ou de votations qui touchent de près ou de loin la question climatique. Dernière en date, celle des Jeunes vert.e.s lancée cette semaine, deux mois après la double votation agricole (initiatives Eau propre et Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse).

Les initiatives en cours👇🏼

Initiative de responsabilité environnementale
Elle demande «un changement fondamental de notre système économique» et que la Suisse respecte les« «limites planétaires», soit les «neuf domaines dont dépend la stabilité du système terrestre», selon Le Temps, et quatre d’entre elles (le réchauffement climatique, l’érosion de la biodiversité, la perturbation du cycle de l’azote et du phosphore) sont déjà dépassées. La récolte de signatures a débuté ce mardi.

Initiative sur les glaciers
Elle demande de «mettre fin à l'ère des combustibles fossiles» et veut ancrer les objectifs de l'accord de Paris sur le climat dans la Constitution. Elle a abouti en décembre 2019 et le Conseil fédéral y propose un contre-projet direct (il devrait être soumis au peuple en même temps que l’initiative).

Initiative paysage, «contre le bétonnage de notre paysage»
Elle demande de «mettre un terme au bétonnage croissant de nos terres cultivées et pose des limites claires au boom de la construction hors zones à bâtir». Elle a abouti en décembre 2020.

Initiative biodiversité, pour l’avenir de notre nature et de notre paysage
Elle demande d’inscrire dans la Constitution de garantir «la diversité de la nature, des paysages et du patrimoine bâti». Elle a abouti en octobre 2020.

Dans les cantons, on peut citer une initiative genevoise qui s’attaque aux émissions de CO2 par le trafic ou les nombreux textes qui réclament des transports publics gratuits, notamment pour renforcer le transport modal.

Celle de trop?

L’hyper activité des mouvements et partis pro climat n’est-elle pas contreproductive? «Bien au contraire», réagit Oleg Gafner, co-président des Jeunes vert.e.s. «La multiplication des initiatives est le témoin de la préoccupation de la population et d'une classe politique si timide sur la question environnementale», lance-t-il.

«Vous savez, s’il n’y avait pas autant d’inaction à Berne, nous ne serions pas autant allés dans la rue manifester»
Oleg Gafner

Alors que la loi CO2 a été rejetée, mettant au passage un coup de frein à la politique climatique fédérale, Oleg Gafner pense que son texte est plus à même d’obtenir les faveurs de la population. Comprenez: les Jeunes vert.e.s veulent éviter de toucher à (tous) les porte-monnaie, point qui a plombé la votation du 13 juin dernier.

Occuper l’agenda

Cette nouvelle initiative va aussi permettre de maintenir au centre du débat la question climatique. «La crise climatique reste ainsi constamment dans l’agenda politique. Je rappelle que cela fait 30 ans que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme et pas grand-chose n’a vraiment bougé depuis», analyse Sophie Fürst.

Sophie Fürst
Sophie Fürst

La porte-parole de l’Association suisse pour la protection du climat, à l’origine de l’initiative pour les glaciers, évoque un sondage mené à la suite du non à la loi CO2.

«Quelque 68% de la population estime que nous avons besoin plus de protection du climat dès maintenant. Le problème est que le politique ne trouve pas de solution alors qu’il y a urgence. Cela explique pourquoi les citoyens s’impliquent davantage et lancent des initiatives»
Sophie Fürst

Elle poursuit: «La population n’en a pas ras-le-bol des initiatives. Elle a ras-le-bol de voir le politique qui ne trouve pas de nouvelles mesures, qui n’a pas de vision qui nous permettrait de continuer à vivre sur cette terre. Les initiatives, elles, donnent des pistes»

Attitude clivante?

Sophie Fürst et Oleg Gafner parlent de leur point de vue de défenseurs du climat et sont actuellement engagés pour leur texte. Pour prendre un peu de hauteur, nous sommes retournés interroger Antonio Hodgers. Souvenez-vous, cet écologiste de longue date, aujourd’hui conseiller d’Etat genevois, nous racontait que depuis quelques années, il sent une tendance à l’écologie de la peur avec des projections d’écroulement de nos sociétés.

Qu’en pense-t-il aujourd’hui? Bien sûr, que l’idée des Jeunes vert.e.s est très bonne, et qu’il va probablement la soutenir d’un point de vue personnel.

Mais quand même:

«Ce qui peut arriver, c’est que cette initiative soit perçue comme une attitude clivante. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé avec la votation sur les textes agricoles: les paysans se sont sentis directement attaqués»

L’élu tire un parallèle avec la pandémie, les mouvements anti-vaccin, le prochain référendum II sur la loi Covid et «cette tendance à la polarisation de la société».

Il conclut: «Ces moments de démocratie ne doivent pas tomber dans la cacophonie. Est-ce bien utile de marteler qu’il faut sauver la planète ou se faire vacciner? Ou ne faut-il pas plutôt partir à la recherche d’une majorité, d’un compromis? L’initiative des Jeunes vert.e.s ne doit pas dispenser les partis politiques et les parlementaires de faire cette recherche.»

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Initiative pour les glaciers: le Conseil fédéral dit non et déçoit la gauche

Pour le Conseil fédéral, l'initiative pour les glaciers va trop loin. Pour cette raison, il a proposé ce mercredi au Parlement de la rejeter au profit de son contre-projet direct. Les réactions n'ont pas tardé.

Généralement appelée «initiative pour les glaciers», l'initiative populaire pour un climat sain exige une réduction des émissions de gaz à effet de serre à zéro d'ici 2050: à partir de cette date, plus aucun carburant ou combustible fossile ne devra être mis en circulation en Suisse.

C'est trop, estime le Conseil fédéral. Le gouvernement poursuit le même objectif, mais sans inscrire l'interdiction générale des énergies fossiles dans la Constitution, a expliqué mercredi la ministre de …

Lire l’article
Link zum Artikel