DE | FR

«Nous restons très unis»: depuis l'Australie inondée, une Suissesse raconte

Lena Rothe vit à Byron Bay, à 800 km au nord de Sydney. Les trombes d'eau tombent depuis des jours.
Lena Rothe vit à Byron Bay, à 800 km au nord de Sydney. Les trombes d'eau tombent depuis des jours. Image: DR
Prise dans des pluies diluviennes, l'Australie se bat contre les inondations depuis plusieurs jours. «J'ai cru que j'allais mourir». Sur place, la Valaisanne Lena Rothe témoigne.
22.03.2021, 14:3822.03.2021, 16:04
Suivez-moi

«Il n'avait pas plu depuis un an et demi... Et là, on se fait ramasser.» Elle va bien, Lena Rothe. Même si son jardin se transforme en petit lac. Même si le ciel continue de déverser des torrents sur sa région depuis des jours. Elle a le sourire sur Skype, et nous promet que là-bas, le moral est bon. Malgré tout.

En Australie, des pluies diluviennes s'abattent sur le sud-est. Des inondations, des évacuations, un barrage qui déborde, des fermetures d'écoles: la situation est absolument historique et inquiétante. Les zones les plus touchées, dans l'état de la Nouvelle-Galles du Sud, se situent particulièrement au nord de Sydney.

Un mètre d'eau

Lena, elle, ne vit pas au coeur du désastre. Installée au bord de l'océan à Byron Bay, à 800 km au nord de Sydney, elle raconte quand même une situation spectaculaire. «Des sortes de fleuves se forment un peu partout. Et le phénomène empire avec les marées de l'océan qui font monter et descendre l'eau.»

Sur place, on lui dit ne pas avoir vu le ciel pleurer à ce point depuis 10 à 15 ans. Et pourtant, la saison des pluies a la réputation féroce. «On voit parfois l'eau atteindre un mètre de haut. Il y a une semaine, mon jardin s'est complètement rempli de pluie et un gros courant a tout balayé. J'ai quand même cru un instant que j'allais mourir.»

Image: DR

Les amis de Lena logés dans les zones à risque vivent une catastrophe. «Ils sont coincés chez eux et à ce qu'il paraît, c'est la folie

«Ici, le danger naturel fait partie du quotidien»

La Valaisanne explique pourtant que, dans sa région, la peur ne gagne pas. C'est que les grosses tempêtes et les cyclones sont monnaie courante sur l'île: «Les gens ont un autre rapport aux risques naturels qu'en Suisse. Ceux-ci font vraiment partie du quotidien.»

En témoigne cette photo prise dans son café préféré, où l'on sirote son «latte» presque tranquillement:

Image: Instagram @sparrowcoffeeco

Pour se protéger au mieux, les citoyens sont alertés par une application météo du gouvernement. On leur recommande de faire attention, on leur dit d'éviter de sortir. Et jeudi, la pluie devrait cesser, si le ciel le veut bien.

Ensemble pour être plus forts

En fin 2019, Lena a déjà vécu de très près les tragiques incendies de brousse qui ont décimé son pays d'adoption. La pandémie a ensuite débarqué avant de laisser place aux pluies colossales (l'Australie vit en effet sans Covid depuis des semaines).

Face aux crises, la Suissesse remarque que le moral tient grâce à la force de l'esprit de communauté. «Ici, dès qu'un événement exceptionnel survient, nous nous mettons ensemble et nous trouvons une solution. Nous restons très unis. Et nous ne paniquons pas.»

Quelques images des inondations

1 / 9
Inondations à Sydney
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Les bébés «manchot fée» meurent en masse (et c'est sans doute de notre faute)
Les plages de rêve de Nouvelle-Zélande deviennent depuis quelques semaines de véritables cimetières pour les petits manchots, dont les corps sans vie s'échouent sur le sable. Un phénomène mystérieux dont l'être humain est sans doute à l'origine.

Imaginez la scène: une plage couverte d'adorables petits manchots.

L’article