DE | FR
Selon la brochure officielle: «Il ne sera plus possible d’établir des certificats COVID – pas même pour les voyages et les séjours à l’étranger», mais pas seulement.
Selon la brochure officielle: «Il ne sera plus possible d’établir des certificats COVID – pas même pour les voyages et les séjours à l’étranger», mais pas seulement.Image: shutterstock

Si on dit non à la loi Covid, que se passe-t-il? 3 effets concrets

En cas de refus de la loi Covid ce dimanche, le texte ne serait plus valable à partir du 19 mars 2022. Quelles en seraient les conséquences? Réponses en trois points. «Non»
27.11.2021, 08:1628.11.2021, 12:26
Suivez-moi

Pour rappel, les Suisses s'expriment ce 28 novembre 2021 uniquement sur la nouvelle version de la loi Covid du 19 mars 2021. Le résultat de ce dimanche n'aura donc aucune influence sur les articles approuvés par le peuple en juin dernier. Ainsi:

«Si ladite modification est rejetée, elle cessera de produire effet un an après son adoption par le Parlement, soit le 19 mars 2022»
La brochure officielle

Ce qui aurait trois conséquences très concrètes pour les citoyens:

La fin du certificat Covid, mais pas des restrictions

Selon la brochure officielle: «Il ne sera plus possible d’établir des certificats COVID – pas même pour les voyages et les séjours à l’étranger.»

Ainsi, sans base légale, les autorités ne pourront plus délivrer de certificats COVID. Le fameux QR code va donc disparaître de notre quotidien. Mais cela ne signifie pas pour autant la fin des restrictions:

«Le certificat covid est un simple outil et sa disparition ne supprimera pas les mesures sanitaires. Elle ne fera que compliquer la tâche du Conseil fédéral pour lutter contre l'épidémie»
Samuel Bendahan, conseiller national et rapporteur de la loi Covid

Il sera toujours possible de voyager, mais...

Sans certificat Covid, les déplacements à l'étranger seront toujours possibles, mais ils s'avéreront plus contraignants, car les Suisses devront avoir recours à une autre solution pour faire approuver leur statut de vacciné, guéri ou testé auprès du pays de destination. Rappelons que le certificat Covid helvétique et son QR code sont actuellement reconnus au sein de l'Union européenne, ce qui facilite le passage des frontières et la vie sur place.

«Il y aura probablement un nouveau système à inventer. Celui-ci pourrait être utilisable pour l'étranger mais pas pour la Suisse par exemple. Il faudra donc créer un nouveau dispositif»
Olivier Meuwly, historien

Celui-ci pourrait toutefois s'avérer «moins fiable et moins sécurisé que ce dont on bénéficie actuellement», précise Samuel Bendahan. À noter que la version papier du certificat COVID actuel pourrait toujours être utilisée à l'étranger comme attestation de vaccination ou de guérison, du moins jusqu'à sa date d'expiration.

L'arrêt (provisoire?) de certaines aides économiques

Un non à la loi Covid aurait également un impact économique. «Parmi les mesures concernées figurent l’augmentation du nombre d’indemnités journalières allouées aux chômeurs, l’extension des indemnités en cas de RHT et l’indemnisation des organisateurs de manifestations», pointe la brochure officielle.

Nous touchons ici au nerf de la guerre. En cas de rejet du texte, certaines aides aux différents secteurs économiques seront supprimées. Concrètement, à partir du 19 mars 2022, les nouvelles aides incluses dans la loi comme les RHT pour les bas revenus ou les aides pour les manifestations publiques ne pourront plus s'appliquer, d'autres soutiens ne pourront pas être prolongés.

Toutefois, on peut supposer que le Parlement tentera de mettre sur pied un nouveau texte pour venir en aide aux entreprises à partir du printemps 2022:

«Techniquement, il est possible pour le CF et le parlement de saucissonner une solution pour les entreprises. Les parlementaires peuvent refaire un texte. Ce qui est inévitable c'est que ça repartira sur de nouvelles négociations. Politiquement on repart à zéro »
Olivier Meuwly, historien des partis politiques

Samuel Bendahan va dans le même sens, mais souligne les difficultés soulevées par cette éventualité:

«Je défendrai la position pour que les aides perdurent malgré le NON à la loi Covid, mais ce seront de nouvelles négociations. Si le peuple dit NON à la loi, les concessions sur les aides seront plus difficiles à obtenir, car la pression politique est orientée à droite au parlement. En gros, il faudrait tout reprendre à zéro.»
Samuel Bendahan, conseiller national et rapporteur de la loi Covid

Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

Et si vous aimez le Covid...

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Plus de lits dans les hôpitaux? Mais combien en faut-il? Et qui va payer?
Dans la dernière version de la loi Covid, les cantons sont tenus d'augmenter le nombre de lits dans les unités de soins intensifs. Des questions difficiles se posent à cet égard, et pas seulement en ce qui concerne le personnel.

Parmi les opposants aux mesures anti-Covid, la question est récurrente: pourquoi n'y a-t-il pas plus de lits dans les unités de soins intensifs (USI) en Suisse? Ceux-ci ont été réduits de 1300 à environ 800 depuis la première vague, se plaint-on, en ajoutant des sous-entendus conspirationnistes. En clair, le gouvernement est accusé d'avoir délibérément ordonné cette réduction.

L’article