DE | FR
Les activistes avaient bloqué les entrées du siège de Credit Suisse, le 8 juillet 2019, en plaçant des plantes en pot, des vélos et en s'enchaînant (archives).

Vont-ils encore occuper la Paradeplatz de Zurich? Les militants pour le climat manifestant devant le siège du Credit Suisse, en 2020. Image: Keystone

Les militants climatiques attaquent les banques, qui «tuent des gens»

L'an dernier, les militants pour le climat avaient occupé la Place fédérale. Aujourd'hui, ils ont planté leurs tentes à Zurich et ciblent les banques.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


Aujourd'hui, le mouvement pour le climat a les banques dans son viseur. Ce vendredi 30 juillet, une semaine d'action de désobéissance civile débute à Zurich sous le slogan «Rise up for Change», qui vise spécifiquement les pratiques néfastes pour l'environnement des banques suisses. Jonas Kampus, militant pour le climat, déclare à watson:

«Les violentes tempêtes de ces dernières semaines le montrent clairement: avec leurs activités néfastes pour le climat, les banques tuent aussi des gens en Europe, on ne peut plus le nier. Cela nous donne d'autant plus de raisons de protester.»

Les revendications

Les banques suisses continuent à investir des milliards dans les énergies fossiles. Par exemple, Credit Suisse et UBS ont pompé ensemble un bon 83 milliards de dollars dans le pétrole, le gaz et le charbon entre 2016 et 2019. Ce faisant, ils ont financé l'équivalent de 20 fois les émissions de gaz à effet de serre que la Suisse provoque par ses émissions domestiques. Les militants écologistes demandent l'arrêt des investissements dans les énergies fossiles et la divulgation des flux financiers dans ce secteur. Contactée par nos soins, Frida Kohlmann, de Collective Climate Justice, en conclut:

«Les banques suisses – y compris la Banque nationale suisse – sont comme des influenceurs pour la place financière mondiale et ont donc un énorme levier pour plus de protection du climat»

Un «camp de base»

Vue sur le stade du Hardturm

Image: Keystone

Les activistes climatiques ont installé leur «camp de base» avec cuisines, toilettes, etc. sur le terrain vague du stade du Hardturm. «Nous avons de la place pour plusieurs centaines de participants», déclare Frida Kohlmann, porte-parole de Rise Up for Change. Contrairement à l'occupation de la Place fédérale, tout est légal cette fois-ci: la ville de Zurich a approuvé la tenue du camp mercredi.

Des formations-actions y seront organisées. Les militants seront également informés de la manière dont ils doivent se comporter en cas de répression policière éventuelle. Des entretiens avec les représentants des banques sont également prévus mercredi pour discuter des revendications et des solutions possibles.

La banque Credit Suisse, qui a été critiquée par les activistes climatiques, n'a pas été en mesure de donner une réponse à une question de watson dans les deux jours, pour savoir si elle participerait aux négociations.

Les actions de protestation

Activists from the global environmental movement Extinction Rebellion during a protest on the Quaibruecke in Zurich, Switzerland, Saturday, June 20, 2020. (KEYSTONE/Alexandra Wey)

En juin 2020, des militants pour le climat ont bloqué le Quaibrücke à Zurich. Image: KEYSTONE

Dans les jours à venir, les écologistes veulent (symboliquement) clouer les banques au pilori et secouer la population par des actions créatives, non violentes et néanmoins sensationnelles. Il y avait eu un avant-goût en 2020: à l'époque, les militants du mouvement radical Extinction Rebellion avaient bloqué la circulation pendant des heures sur le pont Quaibrücke de Zurich. En 2019, les grévistes du climat avaient occupé les succursales d'UBS à Bâle et à Lausanne.

Les grandes banques de Zurich doivent maintenant s'attendre à des blocages et autres actions perturbatrices la semaine prochaine. Y compris sur la Paradeplatz de Zurich? Les organisateurs de «Rise up for change» ne veulent pas révéler ce qui est exactement prévu.

Ce que dit l'expert

Le patron du WWF, Thomas Vellacott, travaillait lui-même comme banquier. Il connaît donc les pratiques des institutions financières sur le bout des doigts. Dans une interview accordée à nos collègues alémaniques, il déclare que les banques sont de plus en plus conscientes des risques environnementaux. «Cependant, les institutions financières évoluent beaucoup trop lentement», nuance-t-il. Autrement dit, pas à une vitesse qui serait à la hauteur de la gravité et de l'urgence de la crise climatique.

«Si les banques et les entreprises prennent le développement durable au sérieux, elles doivent réorganiser leur cœur de métier», ajoute Vellacott. Il pense que les banques ont certainement été impressionnées par de telles semaines d'action. «La pression montre que le public est très attentif. C'est extrêmement important.» Tout aussi importante est la pression exercée par les régulateurs et les investisseurs pour que les banques informent de manière transparente sur les risques climatiques de leurs actions dans leurs rapports.

Les enseignements tirés de l'occupation de la Place fédérale

Avec l'occupation de la Place fédérale, qui avait duré plusieurs jours, le mouvement climatique n'a que superficiellement réussi ce qui est jusqu'à présent son plus grand coup. L'effet des images historiques s'est rapidement estompé. Les messages des grévistes du climat étaient trop diffus: «Nos revendications ont été à peine remarquées à l'époque», se souvient le militant du climat Jann Kessler.

Avec la place financière, le mouvement climatique s'attaque à un adversaire plus simple: les demandes susmentionnées peuvent être formulées en lettres capitales sur une page A4. En échange, le mouvement climatique renonce à plaider pour un changement total de système – ce qui déplaît à certains de ses sympathisants.

Le militant Jonas Kampus formule ainsi le grand objectif de son groupe:

«A la fin de la semaine d'action, il devrait être clair pour la population que les banques sont directement complices de la crise climatique»

L'idée est que la pression exercée sur les insitutions bancaires, pour qu'elles réduisent effectivement les investissements nuisibles au climat, augmenterait grâce à cette prise de conscience populaire.

Ce que dit le Credit Suisse

«En tant qu'institution financière mondiale, le Credit Suisse reconnaît sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique et il est conscient que les flux financiers doivent également être mis en conformité avec les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Le Credit Suisse s'engage en faveur de la protection du climat et de la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Depuis près de 20 ans, la banque est l'un des pionniers dans le domaine des investissements durables et des investissements d'impact. Une fonction dédiée à la durabilité fait partie de notre Directoire du Groupe depuis août 2020. Dans le même temps, le Credit Suisse a annoncé son intention de fournir au moins 300 milliards de francs suisses de financement durable au cours des dix prochaines années. Dans le cadre de notre engagement pour lutter contre le changement climatique, nous avons également introduit des restrictions spécifiques ces dernières années, par exemple sur le financement des combustibles fossiles.»

Adapté de l'allemand par jof, le texte original ici.

Plus d'articles sur le climat:

Manifester? «C'est notre seul moyen d'être pris au sérieux»

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Il y a 40% de chance qu'il fasse plus chaud d'1,5°C dans 5 ans

Link zum Artikel

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Qui sont les plus cool: les gens en roller ou en patin?

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Berset: «La Suisse est très en retard, la crise va durer un peu»

Link zum Artikel

Les Etats traînent les pieds pour dire ce qu'ils vont faire pour le climat

Seuls 110 pays sur 200 ont déposé leur plan national d'action pour le climat qu'ils auraient dû rendre en 2020. Patricia Espinosa, responsable au sein de l'Organisation des Nations unies (ONU), appelle à davantage d'ambition.

Apparemment, les Etats ne sont pas pressés de régler le problème climatique. En vertu de l'Accord de Paris de 2015 qui vise à maintenir le réchauffement «bien en deçà» de +2°C, si possible +1.5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, chacun des quelque 200 signataires devait déposer avant fin 2020 une version révisée de ses engagements en matière de lutte contre les dérèglements climatiques, appelés «contribution déterminée au niveau national» (NDC).

En raison de la pandémie de Covid-19 et du …

Lire l’article
Link zum Artikel