DE | FR
image: shutterstock/keystone

Le président Cassis veut se réconcilier avec l'Europe

Ignazio Cassis souhaite établir un nouveau paquet d'accords bilatéraux avec l'Union européenne (UE). Le Conseil fédéral est en train d'en délimiter le cadre.
06.02.2022, 16:2406.02.2022, 18:40

Dans la planification de sa relation future avec l'UE, la Suisse doit sortir des «questions purement techniques et institutionnelles», estime le président de la Confédération Ignazio Cassis. Le Tessinois indique, dans une interview à la SonntagsZeitung, que:

«Ce n'est que lorsque nous aurons enrichi le contenu, lorsque la politique et la société reconnaîtront les gains matériels que la Suisse peut attendre, qu'un rapprochement institutionnel sera accepté»

Il explique que le Conseil fédéral est en train de délimiter le cadre d'un possible nouveau paquet de bilatérales ou d'un agenda de discussion avec l'UE. Il ajoute que la Suisse ne doit pas se limiter à des accords de participation au marché intérieur.

Selon le président de la Confédération, il existe de nombreuses possibilités d'approfondir les relations avec l'UE, par exemple dans le domaine de la santé, de la recherche, des médias ou de la culture.

La Suisse doit supporter la pression de l'UE

Ignazio Cassis souligne que les deux parties ont un intérêt à ce que les relations soient réglementées. Plus d'un million de citoyens européens vivent en Suisse. Le pays est en outre le quatrième partenaire commercial de l'UE. Le ministre des Affaires étrangères constate que:

«Des relations instables ne sont pas une solution à long terme, ni pour nous ni pour l'UE»

L'UE tente néanmoins d'exercer une pression sur la Suisse en créant des liens politiques. Cette pression s'illustre notamment par les discriminations dans les domaines de la recherche et des technologies médicales.

La Suisse doit supporter cette pression, estime Ignazio Cassis. Il souligne que:

«Nous ne pouvons pas simplement abandonner nos principes, prendre la protection des salaires et l'immigration à la légère et mettre ainsi en jeu la paix sociale»

Le rôle de médiation de la Suisse

Le président de la Confédération voit dans les tensions entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine une opportunité pour la Suisse. Il ajoute que:

«Nos services de médiation sont demandés comme jamais auparavant, ce qui montre que la confiance en la Suisse est grande»

Quant à la décision du Conseil fédéral de ne pas se rendre aux Jeux olympiques de Pékin, elle se justifie par la situation sanitaire, rappelle le président de la Confédération. D'autres gouvernements ont décidé officiellement de ne pas participer aux Jeux en raison des violations des droits de l'homme commises par la Chine.

«Nous avons délibérément choisi de ne pas boycotter», affirme Cassis, bien que le Conseil fédéral reste préoccupé par les violations des droits de l'homme. «La Chine ne se développe pas comme nous l'espérions», dit-il. (sas/ats)

On a des nouvelles de Kim Jong-un, il va bien, il fait du cheval

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1er août: 4 épisodes clés de l'histoire suisse racontés en mèmes
C'est le 1er août! Vous allez sûrement manger une fondue, boire des coups avec les copains, être en gueule de bois au travail le lendemain, et surtout pas faire de feux d'artifice parce qu'ils sont interdits cette année.

L'union fait la force et ça, bien que très primitifs, nos ancêtres semblaient l'avoir compris. En 1291, des représentants d'Uri, Schwytz et Unterwald signèrent un traité garantissant une alliance défensive entre les trois cantons. Ce traité n'était certainement pas le premier entre les trois signataires et sa date précise reste inconnue. Pas de quoi décourager les historiens du 19e siècle qui choisirent cet événement comme l'acte de naissance de notre petite nation avec le 1er août en guise de date d'anniversaire symbolique.

L’article