DE | FR
image: keystone/shutterstock
Jeux olympiques

Vacciner les athlètes suisses avant les JO de Pékin, un casse-tête

Pour participer aux JO de Pékin, il faut être entièrement vacciné. La tournure inquiétante de la pandémie incite même fortement à faire une troisième dose. Problème: les athlètes ont des calendriers très chargés et le temps presse.
22.12.2021, 19:27
rainer sommerhalder / ch media

La délégation olympique américaine a été méticuleuse dans son organisation. A la fin de l'automne, avant le début de la saison, les athlètes olympiques potentiels ont reçu leur dose de rappel du vaccin contre le Covid-19. Dans les rangs suisses, la troisième dose n'est d'actualité que maintenant. Aurait-on tout simplement oublié ce sujet?

Non. D'abord, parce qu'au moment où les athlètes américains recevaient leur dose de rappel, celle-ci n'était accessible en Suisse que pour les patients à risque. Ensuite, contrairement à d'autres nations, les sportifs helvétiques ne doivent pas se soumettre à des règles particulières concernant la vaccination.

Le doc' prend ses responsabilités

Comme une majorité des athlètes de sports d'hiver ont reçu leurs deux doses l'été dernier, le rappel est d'actualité. Le médecin olympique suisse Patrik Noack le recommande dans tous les cas, et l'a fait savoir à sa clientèle il y a près d'un mois dans un mail adressé aux candidats à Pékin:

«La troisième dose minimise le risque d'échec de la vaccination»
Patrik Noack, médecin de Swiss Olympic

Avec le variant Omicron qui se répand comme une traînée de poudre dans les milieux sportifs professionnels, un rappel du vaccin offre donc une sécurité supplémentaire pour ne pas devoir vivre l'apogée possible de sa carrière depuis la chambre d'hôtel ou l'hôpital, en quarantaine.

Le défi – sauf quelques exceptions connues – n'est pas de savoir s'il faut vacciner. Mais plutôt: quand? Le calendrier des compétitions ne prévoit pratiquement aucune pause de plusieurs jours, que ce soit pour les disciplines alpines ou nordiques. Même pendant les fêtes, des épreuves de Coupe du monde auront lieu par exemple à Bormio, Oberstdorf et Lenzerheide. Et en raison d'éventuels effets secondaires indésirables, il est recommandé, après la piqûre, de ne pas s'entraîner pendant deux jours et de ne pas participer à une compétition dans les quatre jours.

Walter Reusser (au premier plan), chef du ski alpin suisse, affirme que le staff sera en grande partie vacciné trois fois avant les JO.
Walter Reusser (au premier plan), chef du ski alpin suisse, affirme que le staff sera en grande partie vacciné trois fois avant les JO. image: keystone

Les règles sanitaires rigoureuses de la Chine contre le Covid-19 imposent une vaccination au plus tard 14 jours avant le départ à Pékin. A partir de ce moment-là, tous les athlètes doivent transmettre quotidiennement leur température corporelle et leur état de santé via une application. Comme de nombreux représentants de Swiss Ski prendront l'avion le 31 janvier, leur vaccination doit être terminée mi-janvier.

Chez les skieurs alpins comme chez les skieurs nordiques, on mise donc sur un plan de route individuel et adapté à la situation de chaque athlète, en fonction de son programme de compétition.

Walter Reusser, directeur de la section alpine, a fait les comptes: environ 50% de l'équipe de Coupe du monde a reçu les deux doses de base avant septembre, et l'autre moitié après. Pour les skieurs qui figurent dans cette dernière, le délai d'attente de quatre mois pour la troisième dose n'est pas encore atteint. Autrement dit, le temps presse pour eux avant de s'envoler vers la Chine. L'encadrement de l'équipe sera, lui, en grande majorité vacciné une troisième fois avant les courses d'Adelboden (8 et 9 janvier).

Des Nordiques frileux

Dans la section nordique, on a profité de la Coupe du monde à Davos pour vacciner les entraîneurs et le staff matériel pour la troisième fois. Hippolyt Kempf, directeur, reconnaît que la vaccination contre le coronavirus a fait l'objet de débats au sein des athlètes durant l'été:

«Il y avait un scepticisme relativement important concernant les effets sur la performance. Les athlètes d'endurance sont très sensibles sur ce sujet. Ils ne veulent surtout pas être rendus artificiellement malades»
Hippolyt Kempf, directeur de la section nordique de Swiss Ski

Du coup, le taux de vaccination n'était que de 80% cet automne. Mais désormais, l'objectif d'un contingent national entièrement vacciné est tout proche d'être atteint: environ 97% des skieurs nordiques suisses sont vaccinés.

Dans la section nordique, le chef Hippolyt Kempf a dû faire face à des réticences envers le vaccin.
Dans la section nordique, le chef Hippolyt Kempf a dû faire face à des réticences envers le vaccin. image: keystone

Pour les fondeurs en particulier, la vaccination contre la grippe est un rituel annuel. «Parce que celui qui attrape la grippe en janvier n'a aucune chance aux Jeux olympiques», tranche Hippolyt Kempf. Ainsi, environ 70% des skieurs nordiques se font piquer chaque automne, au moment de recevoir leur nouveau matériel.

Tokyo élève modèle

Grâce à la troisième dose, le risque d'infection par le variant Omicron devrait être considérablement réduit. Le confinement systématique pendant les Jeux olympiques diminue aussi les contaminations. La preuve avec les JO de Tokyo l'été dernier: sur l'ensemble des 60 000 personnes accréditées, il n'y a eu que 300 cas positifs. Soit beaucoup moins que le ratio dans la population japonaise à la même période. Seuls 19 athlètes étaient concernés. C'est au moment de l'entrée dans le pays que le risque d'être testé positif est le plus fort: à Tokyo, 35 personnes avaient été placées en isolement dès leur arrivée à l'aéroport.

La Chine a aussi d'autres problèmes à régler en plus du Covid-19 👇

Dans la capitale japonaise, la délégation suisse n'a pas connu un seul cas positif. Le respect systématique des mesures de protection y est pour quelque chose. Et le port du masque a même un autre effet positif: à Tokyo, il n'y a eu que quatre consultations médicales pour des infections des voies respiratoires pendant toute la durée des Jeux. Soit le nombre le plus bas jamais enregistré lors de Jeux olympiques.

Adaptation en français: Yoann Graber

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Des cadeaux de Noël inutiles mais indispensables

1 / 25
Des cadeaux de Noël inutiles mais indispensables
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le blind test du vin: rouge ou blanc?

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les curleuses suisses ratent la médaille de bronze
La Suisse, représentée par le CC Aarau, a perdu la petite finale du tournoi féminin des JO contre la Suède (9-7). La délégation helvétique en reste à 14 breloques.

Le curling suisse ne ramènera aucune médaille des JO de Pékin. Après les échecs du double mixte et de l'équipe masculine représentée par le CC Genève, les Suissesses se sont inclinées samedi dans la finale pour la troisième place.

L’article