DE | FR
Nati

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

La formule est souvent utilisée par les petites équipes pour se convaincre qu'elles ont une chance face aux grandes. Mais dit-elle la vérité? On a voulu vérifier avant Suisse-France, ce soir en 8e de l'Euro.
28.06.2021, 15:1829.06.2021, 15:51
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

Stéphane Sarni a remporté deux fois (2006 et 2009) la Coupe de Suisse avec le FC Sion, les deux fois en battant une équipe (Young Boys) bien plus forte sur le papier. Le défenseur ne s'est pourtant jamais dit que «tout était possible» avant la rencontre, selon une expression largement répandue dans les vestiaires des outsiders. Pour deux raisons:

  • d'abord: «parce c'est une phrase bateau. Elle a du sens dans la vie de tous les jours, mais elle manque un peu de précision et de consistance dans un contexte footballistique. En plus, on ne sait pas très bien à quoi le «tout» se réfère.»
  • ensuite: «parce que pour nous, joueurs valaisans, c'était plutôt: «c'est impossible de ne pas gagner». Dire que «tout est possible», cela aurait signifié qu'on laissait une place au doute. Or on était convaincus de triompher.»

Pour le Valaisan devenu entraîneur, la formule traduit un aveu de faiblesse davantage qu'une force de conviction. Ce n'est pas l'avis de Raphaël Nuzzolo. Selon lui, elle a du sens. «Il y a assez d'exemples dans le football pour valider cette expression.» Le buteur défendait déjà les couleurs de Xamax lorsque le club rouge et noir a signé l'une des plus belles remontadas du football suisse. Les Neuchâtelois ne savaient pas que c'était impossible de se sauver à Aarau lors du barrage retour 2019 après avoir perdu 4-0. Alors ils l'ont fait.

L'exploit en vidéo

Nuzzolo considère le football comme un champ de tous les possibles. «On voit bien que dans d'autres sports, comme le tennis ou le ski, les plus forts sont souvent devant. Parce que c'est du un contre un, que les forces individuelles s'opposent. Mais au football, le haut niveau est plus homogène et il y a onze joueurs sur le terrain. Sur une action, tout peut basculer: tu peux avoir un penalty et finir le match en supériorité numérique

Régis Brouard est du même avis. Le Français a emmené Quevilly (3e division) en finale de la Coupe de France il y a neuf ans en défiant la logique sportive. Il est certain que «le football est le seul «jeu» où tout peut arriver. Il y a de l'incertitude liée au scénario du match, aux décisions arbitrales ou aux blessés.» Et puis, «il faut quand même mettre la balle au fond. Si tu as un gardien en état de grâce, c'est pas simple pour l'adversaire», rappelle Raoul Savoy.

Raoul Savoy (48 ans) au bord d'un terrain.
Raoul Savoy (48 ans) au bord d'un terrain.
Image: Keystone

Le Vaudois a dirigé plusieurs équipes africaines durant sa carrière, et pas de celles (Swaziland ou Ethiopie notamment) qui ont les faveurs des pronostics. «En plus, on a rarement perdu, et jamais avec un écart important.» Le coach a toujours su trouver les mots: «Evidemment, ce n'est pas en affirmant que «tout peut arriver» que la magie opère. Il faut des arguments, donner un plan, une stratégie. Et avoir un peu de chance, aussi.»

«Tout est possible» pourrait être une punchline; le coup d'envoi d'une théorie maîtrisée, intelligente. Mais si tout est vraiment possible, quel besoin/intérêt de le formuler? Raoul Savoy, d'ailleurs, ne l'a dit qu'une fois. Sarni jamais. «Ce genre de formules laisse la porte ouverte à l'incertitude. Je préfère un discours proactif. On attend d'ailleurs d'un entraîneur qu'il maîtrise l'adversaire, qu'il soit convaincu de la qualité de ses joueurs et de son plan.»

L'expression est tellement fourre-tout qu'elle peut être utilisée à la fois par les outsiders et les favoris. Les premiers y voient un motif d'espoir; les seconds, un message de prévention. Si tout est vraiment possible, alors la défaite peu glorieuse contre des joueurs bien moins talentueux aussi. «Cette phrase, je l'ai d'ailleurs plus souvent entendue dans les grandes équipes que dans les petites, signale Nuzzolo. C'est ce qu'on nous disait aux Young Boys avant les matches de Coupe.»

Raoul Savoy pense toutefois que la formule a plus d'impact sur les joueurs en quête d'exploit que sur ceux qui doivent simplement défendre leur statut. «Tu as beau avertir tes gars, leur dire de faire attention, de ne pas sous-estimer leurs adversaires, ils vont rarement t'écouter. L'être humain est ainsi fait qu'il ne se rend compte de la difficulté que sur le moment.»

C'est un autre motif d'espoir, pour cette équipe de Suisse que les Français n'ont aucune raison de craindre sur le papier.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

L’Euro 2008 reste l’un des plus grands traumatismes de l’histoire des Bleus. Disputes, cachotteries, provocations: petits secrets d’un séjour en Suisse qui, en fin de compte, aura tout changé.

On aurait presque oublié qu'avant Didier Deschamps, l’équipe de France était encore une escouade de grévistes en complets Vuitton, coupée du monde qu’elle prétendait conquérir, seule face à 65 millions de rageux. Les jeunes coqs ne parlaient pas aux vieux schnocks et les méthodes de communication étaient d’un autre âge: broderies devant les médias, bouches cousues et fils de barbelés. C’était en 2008, dans la région de Vevey. Et c’est là que tout a commencé.

Président du FC Châtel-St-Denis, …

Lire l’article
Link zum Artikel