DE | FR

Loi Covid, soins infirmiers, justice: ce que disent les derniers sondages

Si les électeurs avaient dû se rendre aux urnes la semaine dernière, la loi Covid et l'initiative sur les soins infirmiers auraient été acceptées. C'est ce que montrent les deux derniers sondages réalisés pour la SSR et Tamedia.
17.11.2021, 06:5717.11.2021, 17:40

Loi Covid ✅

  • 68% de oui (sondage Tamedia)
  • 61% de oui (sondage SSR)

En ce qui concerne la loi Covid-19, les deux sondages montrent que la stabilité des opinions prévaut.

Seuls les électeurs de l'Union démocratique du centre (UDC) rejettent la loi. Ils ne sont que 36% à l'accepter, selon le sondage de Tamedia, et 24% d'après celui mené par gfs.bern. Les générations représentent un autre clivage. Alors que dans les deux sondages, plus des trois quarts des plus de 65 ans sont favorables à la loi Covid-19, ils ne sont que la moitié chez les 18-34 ans.

Soins infirmiers ✅

  • 72% de oui (sondage Tamedia)
  • 67% de oui (sondage SSR)

Dans les deux sondages, le soutien à l'initiative sur les soins infirmiers recule par rapport aux enquêtes précédentes menées en octobre. Elle devrait néanmoins être acceptée par le peuple.

Selon le sondage de Tamedia, les sympathisants et membres des principaux partis politiques sont favorables à l'initiative. Elle a cependant connu un recul parmi les sympathisants du Parti libéral-radical (PLR) en perdant neuf points de pourcentage (55% de oui). Le dernier sondage de gfs.bern indique lui à l'inverse que 55% des électeurs de PLR refuseraient l'initiative.

Juges fédéraux ❌

  • 37% de oui (sondage Tamedia)
  • 44% de oui (sondage SSR)

Le camp du oui à l'initiative «Désignation des juges fédéraux par tirage au sort» (initiative sur la justice) s'est lui affaibli en un mois dans les deux sondages.

La moitié des personnes interrogées par gfs.bern auraient rejeté l'initiative si la votation avait déjà eu lieu le 7 novembre. C'est huit points de pourcentage supplémentaires par rapport au mois précédent. La part de oui est restée stable à 41% et 9% des personnes n'ont pas encore fait leur choix.

L'institut gfs.bern a sondé 23 997 votants entre le 3 et le 11 novembre. La marge d'erreur statistique est de +/-2,8 points de pourcentage. Le sondage en ligne pour Tamedia, a été réalisé les 11 et 12 novembre auprès de 12 558 personnes. Les réponses ont été pondérées en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques de manière à obtenir des résultats représentatifs. La marge d'erreur est de +/- 1,4 point de pourcentage.

Le taux de participation va jouer un rôle dans les résultats finaux. En effet, le pourcentage d'adhérents ou d'opposants à la loi diffère entre ceux qui votent régulièrement et ceux qui ne se rendent qu'occasionnellement aux urnes. Ces derniers seraient nettement plus sceptiques vis-à-vis de la loi Covid-19. (ats/asi)

En attendant le 28 novembre, voici des idées de cadeaux de Noël chers et inutiles

1 / 21
Des idées de cadeaux de Noël chers et inutiles
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu chaude sur le Covid-19

Parmelin appelle à la 3ᵉ dose pour tout le monde, 5 questions que cela soulève

Link zum Artikel

Voici la seule bonne idée de la «Semaine de la vaccination»

Link zum Artikel

Exclure du certif' les personnes testées? L'idée ne convainc pas en Suisse

Link zum Artikel

Un club genevois offre une fellation à chaque nouveau vacciné

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le retour du Covid inquiète Moderna: «Il faudra se booster année après année»
Paul Burton, directeur du secteur médical de Moderna, met en garde la Suisse contre le retour du Covid-19 à l'automne. Selon lui, les gens devront se faire injecter un rappel régulier.

Pour l'instant, d'un point de vue tout helvétique, la pandémie de coronavirus semble lointaine. Pourtant, les préparatifs pour affronter une recrudescence des cas en automne battent leur plein. Si l'on en croit Paul Burton, directeur du secteur médical de Moderna, qui a accordé une interview au Blick, «il est peu probable que nous nous débarrassions un jour du Sars-CoV-2». Car le virus est constamment en train de muter.

L’article