DE | FR

Djokovic est soupçonné d'avoir falsifié son test positif au Covid

Le journal allemand Spiegel jette un doute sérieux sur la date du test positif du numéro un mondial.
11.01.2022, 20:1612.01.2022, 08:50

Nouveau rebondissement dans la saga Djokovic en Australie: le Serbe est désormais soupçonné d'avoir antidaté son contrôle au Covid!

Les avocats du numéro un mondial ont affirmé que Djokovic avait été testé positif au Covid le 16 décembre, puis négatif le 22. Mais deux journalistes du Spiegel ont des doutes. Ils ont mené l'enquête et ont soulevé deux points qui font vaciller la thèse du clan serbe:

  1. Selon le timestamp (une valeur utilisée en informatique pour représenter un moment précis), obtenu en scannant le QR code du document, la date du test positif ne serait pas le 16 décembre mais le 26 décembre.
  2. Le numéro du test positif (n° 7371999) serait postérieur à celui du 22 décembre (n° 7320919).

On rappelle que Novak Djokovic attend toujours de savoir si le ministère de l'Immigration l'autorise à rester en Australie, et donc à participer au premier Grand Chelem de la saison (début lundi).

Version mise en doute

L'enquête du Spiegel a suscité de nombreuses réactions. Sur les réseaux sociaux, des internautes mettent en cause ses conclusions.

Un informaticien serbe a, par exemple, affirmé sur Twitter que le timestamp obtenu en scannant le QR code du document n'est pas créé au moment où le test PCR est effectué, comme le supposait le journal allemand, mais à chaque fois que le résultat est téléchargé. Par conséquent, le timestamp changerait chaque fois que ce processus est répété.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Le coaching dans le tennis va en aider certains et en dégoûter d'autres
A compter de ce lundi 11 juillet, l'ATP autorise le dialogue et le langage des signes. Une mesure qui fera beaucoup causer, sur le court comme en dehors.

Jusqu'ici, quand un coach babillait ou gesticulait, l’arbitre avait le devoir d'interpréter le sens du propos, notamment s'il prenait la direction du joueur. Toute forme de communication entre le box et le court était formellement interdite par le règlement de l'ATP: le staff ne pouvait envoyer ni messages, ni signaux, ni pigeon voyageur. Dès ce lundi, le dialogue est ouvert pour une période exploratoire de six mois.

L’article