DE | FR
Miroslav Stevanovic porte le maillot du Servette FC depuis 2017, où il est devenu l'un des meilleurs footballeurs de Suisse.
Miroslav Stevanovic porte le maillot du Servette FC depuis 2017, où il est devenu l'un des meilleurs footballeurs de Suisse. image: keystone/shutterstock
Portrait

Miroslav Stevanovic, roi des passeurs en Europe et coéquipier modèle

Miroslav Stevanovic (31 ans) est actuellement le meilleur passeur décisif d'Europe avec ses 13 caviars distribués à ses coéquipiers du Servette FC. Il tentera d'offrir la victoire aux siens ce samedi soir (20h30) au Wankdorf face à YB. Portrait.
04.12.2021, 14:4505.12.2021, 09:34
Jonathan Amorim
Suivez-moi

13 passes décisives en 14 matches de Super League cette saison, dont trois «triplés d'assists». Miroslav Stevanovic est impressionnant avec Servette. À 31 ans, il réalise assurément l'une des meilleures saisons de sa carrière. Mais qui est-il vraiment?

«Un homme d'une extrême humilité»

Miroslav Stevanovic voit le jour en 1990 dans la petite ville de Zvornik, en ex-Yougoslavie. C'est dans cette bourgade de 13'000 habitants en Bosnie-Herzégovine actuelle qu'il débute sa carrière, au FK Drina Zvornik.

Zvornik, c'est également la ville d'un autre footballeur romand d'origine bosnienne, l'ancien attaquant d'Yverdon-Sport et actuel entraîneur du FC Portalban-Gletterens (FR), Edin Becirovic. Les deux hommes sont amis: «On s'est connu ici en Suisse et on s'est rendu compte qu'on venait du même endroit en Bosnie. D'ailleurs, j'ai même fait venir un ami de Micha de Zvornik au FC Renens quand j'entraînais ce club.»

Cette belle relation entre les deux compatriotes ne date pas d'hier:

«On est très proches depuis environ quatre ans. Je l'ai encore eu cette semaine au téléphone et je lui ai parlé de votre article. Il a rigolé et m'a tout simplement dit: «Ah, c'est sympa!» C'est vraiment un mec simple et très très humble»
Edin Becirovic, entraîneur du FC Portalban-Gletterens et ami de Miroslav Stevanovic
Micha et Edin, les «brate» bosniens.
Micha et Edin, les «brate» bosniens.

Le milieu offensif de Servette termine sa formation en Serbie dans le club de FK Vojvodina Novi Sad. Jeune pépite devant encore s'aguerrir, il est logiquement prêté dans d'autres clubs moins huppés. Avant de réussir à s'imposer en équipe première.

Il tente alors le grand saut en janvier 2013, en prenant la direction du FC Séville, prestigieuse écurie européenne. Mais la marche est trop haute en Andalousie. Il ne s'y imposera jamais. Après quatre mois de chômage fin 2014, «Micha» rebondit en Hongrie, dans le modeste ETO FC Győr. Il n'y reste que neuf mois. Il fait ses valises pour la Grèce et le Ergotelis Heraklion, mais ne profitera que quatre mois du soleil crétois. Las de ces expériences à l'étranger peu concluantes, Miroslav Stevanovic rentre au pays début 2016, au Željezničar Sarajevo. Une année plus tard seulement, il reçoit une nouvelle offre venant de l'Ouest, quatre ans après celle de Séville: le Servette FC lui fait les yeux doux.

Sur le terrain comme dans la vie

Evoluant principalement dans son couloir droit, Miroslav Stevanovic cartonne depuis son arrivée à Genève. En quatre saisons et demie, il a déjà réalisé 63 passes décisives. Un nombre colossal, mais qui ne surprend pas son ami Edin Becirovic. Celui-ci dresse un parallèle entre le caractère de son pote et ses stats:

«Miroslav, dans la vie, il est comme sur le terrain. C'est un mec qui va préférer mettre les autres en avant. Ce n'est pas pour rien s'il offre beaucoup de passes décisives. Et ce n'est pas la première saison où il le fait. Allez voir ses stats en Bosnie et ailleurs, elles le prouvent!»
Edin Becirovic

On suit très volontiers le conseil du coach de Portalban-Gletterens. Et on sort les calculettes: 95 passes décisives en 348 matches dans la carrière de «Micha». Un bilan impressionnant qu'Edin Becirovic explique aussi par les caractéristiques tactiques de son compatriote: «Micha est un joueur de profondeur qui cherche toujours la dernière passe.»

Nom: Miroslav Stevanovic. Profession: passeur décisif.
Nom: Miroslav Stevanovic. Profession: passeur décisif. Image: KEYSTONE

À 31 ans, on peut légitimement se demander si ce n'est pas le dernier moment pour Stevanovic de retenter une expérience dans un club d'un championnat du top 5 européen. «Je ne crois pas qu'il partira», s'avance Edin Becirovic. «À l'époque, quand il évoluait en Challenge League avec Servette, j'avais discuté avec l'ex-directeur sportif du Lausanne-Sport, Pablo Iglesias, qui était très intéressé par son profil. La proposition vaudoise était financièrement alléchante mais Micha a refusé.» Là encore, le technicien fribourgeois a une explication au choix de son pote:

«Ce n'est pas un gars qui pense à l'argent. Il va privilégier la stabilité et en ce moment, à Genève, il a un équilibre de vie parfait»
Edin Becirovic

La Bosnie en admiration

International bosnien depuis 2012, Miroslav Stevanovic a côtoyé, avec le maillot de la «Zmajevi», des grands noms du football mondial comme Edin Dzeko ou Miralem Pjanic. Jusqu'à se faire une place dans le cœur des supporters, comme nous l'explique Edin Becirovic:

«Miroslav a toujours été apprécié au pays. C'est un bosseur et un mec qui s'exprime sur le terrain. Depuis le match en octobre face à l'Ukraine où il a été excellent, il a même pris une autre dimension. Il est vraiment devenu un des cadres de l'équipe nationale. Les médias et les fans l'aiment beaucoup, pour ses qualités sportives mais également humaines.»

Une admiration qui se ressent également dans la jeune génération de footballeurs bosniens évoluant en Suisse. Elvir Muminovic, 20 ans, joueur des M21 du FC Sion et international junior pour la Bosnie, voit le Servettien comme un exemple à suivre:

«Miroslav Stevanovic, c'est un exemple pour nous. Il ne triche jamais et il s'est fait une place en sélection en travaillant dur. Et surtout, qu'est-ce qu'il est fort!»
Elvir Muminovic, joueur des M21 du FC Sion et international bosnien junior

Un avis partagé par son ancien coéquipier à Tourbillon, actuellement au FC Naters en première ligue, Mirza Mudjzic (22 ans):

«C'est un joueur dans lequel nous, qui évoluons en Suisse, pouvons nous identifier. Il est devenu le meilleur joueur de Servette. Dzeko et Pjanic sont mes idoles, mais Micha, c'est mon exemple à suivre.»
Miroslav Stevanovic (en blanc) avec la Bosnie face à l'Ukraine.
Miroslav Stevanovic (en blanc) avec la Bosnie face à l'Ukraine.Image: keystone

Miroslav Stevanovic aura l'occasion d'améliorer ses statistiques et de consolider sa première place des passeurs européens ce samedi soir. Les Servettiens, sixièmes du classement de Super League, affronteront Young Boys (4e) dès 20h30 au Wankdorf.

Madonna, la série de photo censurée

1 / 13
Madonna, la série de photo censurée
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les déménagements

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Carlos Alcaraz, prodige espagnol qui ne veut pas ressembler à Nadal
L'Ibère de 19 ans, titré à Madrid dimanche, est l'étoile montante du tennis mondial. Il bat tous les records de précocité et en a déjà ras-le-bol de la comparaison avec son illustre compatriote. Portrait.

De nombreux experts voient en Carlos Alcaraz la nouvelle pépite du tennis. Le futur numéro un mondial. Voire même celui qui pourra aller titiller les records des trois monstres que sont Nadal (21 titres du Grand Chelem), Federer et Djokovic (tous deux 20).

L’article