DE | FR

Harcelée sexuellement, une employée chinoise bat son patron

Bild

La vidéo, devenue virale, révèle le lent éveil de la Chine aux questions de harcèlement.

Excédée de recevoir des textos à caractère sexuel de la part de son supérieur, la jeune femme l’a frappé à coups de serpillière sur la tête. La vidéo virale illustre le lent réveil de la Chine envers le harcèlement



Le geste est cocasse, mais la réalité bien moins amusante. Une jeune employée dans l’administration chinoise a été filmée en train de frapper son patron sur la tête avec un balai à serpillière. L’homme, assis à son bureau, reste stoïque pendant de longues minutes et se couvre le visage avec les mains. À demi-mot, il tente de s’excuser.

«C’était une plaisanterie! Mon Dieu, je ne pensais que ça en arriverait là!»

Le patron de Zhou

La vidéo, devenue virale, révèle le lent éveil de la Chine aux questions de harcèlement

abspielen

Vidéo: YouTube/月下笛

Publié dimanche 11 avril sur les réseaux sociaux chinois, le clip de quatorze minutes a été vu plusieurs millions de fois selon le New York Times. Très vite, une vague de soutien des internautes s’est formée pour Zhou, l’employée en question. Sur la plateforme sociale chinoise Weibo, de nombreuses femmes ont félicité la tolérance zéro de cette travailleuse, selon le site en ligne chinois Sixth Tone.

Une reconnaissance récente du harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel est défini comme condamnable depuis une loi de mai 2020. La Chine, dont les institutions sont restées hermétiques au mouvement #MeToo, a fait un premier pas dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Le code civil reconnaît pour la première fois le harcèlement sexuel. Ainsi, un citoyen chinois peut être reconnu responsable de «propos, paroles, images ou actes corporels utilisés à des fins de harcèlement sexuel contre la volonté d’une autre personne». (ga)

Plus d'articles sur les femmes

La Suisse compte tout donner pour le droit des femmes

Link zum Artikel

Colère en Turquie après l'abandon d'un texte protégeant les femmes

Link zum Artikel

Les Australiennes en ont ras-le-bol des violences sexuelles

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes et en Suisse on en a marre

Link zum Artikel

L'initiatrice de #balancetonporc ne sera pas condamnée

La Cour d'appel a annulé mercredi la condamnation pour diffamation de la journaliste Sandra Muller. Celle qui avait lancé le hashtag #balancetonporc a bénéficié du principe de la bonne foi.

La justice française a rejeté mercredi en appel la condamnation de la journaliste et initiatrice du mouvement #balancetonporc Sandra Muller. Le demande de l'homme qui la poursuivait en diffamation a été rejetée.

En première instance, Sandra Muller avait été condamnée, en septembre 2019, à payer 15 000 euros, soit près de 16 000 francs, de dommages et intérêts à Eric Brion qu'elle avait accusé de harcèlement sexuel.

«Même si Eric Brion a pu souffrir d'être le premier homme dénoncé sous le …

Lire l’article
Link zum Artikel