DE | FR

Bolsonaro promet la fin de la déforestation illégale d'ici 2030

déforestation en Amazonie pour faire de la place à l'élevage

Image: Shutterstock

Le président brésilien Jair Bolsonaro a promis dans une lettre adressée à son homologue américain, Joe Biden, de mettre fin à la déforestation illégale en Amazonie d'ici 2030.



Jair Bolsonaro, le président du Brésil, chercherait-il à redorer son blason? Les surfaces déboisées n'ont cessé d'augmenter depuis son arrivée au pouvoir, mais il a assuré vouloir en finir avec la déforestation illégale en Amazonie d'ici 2030.

Le dirigeant d'extrême droite demande tout de même une contrepartie. Il a précisé que cet objectif ne pourrait être atteint qu'avec «des moyens importants» et qu'il espérait compter sur «tout le soutien possible» rapporte ABC News.

Le Brésil s'était déjà engagé à mettre fin à la déforestation illégale d'ici 2030 au moment de signer l'accord de Paris sur le climat, en 2015. Mais sa capacité à tenir ces engagements a été mise en doute avec l'arrivée au pouvoir en janvier 2019 de Jair Bolsonaro, favorable à l'exploitation minière et agricole de réserves naturelles et de territoires indigènes.

Une surface déboisée équivalente à celle de la Jamaïque

Au cours de son mandat, la déforestation et les feux de forêt en Amazonie ont atteint des niveaux extrêmement préoccupants. Entre août 2019 et juillet 2020, la déforestation a augmenté de 9,5% par rapport aux 12 mois précédents, avec une surface déboisée équivalente à celle de la Jamaïque.

Bolsonaro aurait-il peur des sanctions économiques?

Le président a également eu de vifs échanges avec le président français Emmanuel Macron au moment des feux de forêt qui ont ravagé l'Amazonie en 2019. Le ton est aussi monté plus récemment entre Jair Bolsonaro et Joe Biden. En septembre, lors d'un débat avant la présidentielle américaine, ce dernier avait évoqué la possibilité de sanctions économiques si la déforestation continuait à augmenter au Brésil.

Le Brésil, pays le plus touché, a perdu 1,7 million d'hectares de forêt primaire en 2020, la majorité en Amazonie. Cela représente une hausse de 25% en un an (archives).

Image: sda

Le président brésilien semblait plus ouvert au dialogue dans sa lettre de jeudi au président américain. Il se dit «prêt à travailler avec la communauté internationale pour la protection de l'environnement et le développement durable en Amazonie. »

Mercredi, six jeunes militants écologistes ont lancé une action en justice contre le gouvernement Bolsonaro, qui a revu à la baisse en décembre ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l'Accord de Paris. (ga)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Migros va mettre des notes à ses produits (et pas que des bonnes)

Dès ce lundi, le distributeur introduit un nouveau système d'évaluation permettant à ses clients de savoir si un produit est respectueux de l'environnement et des animaux. Slow Food salue l'initiative, mais espère un maximum de transparence.

Comme à l'école. Dès cette semaine, Migros a décidé d'évaluer ses propres produits de 1 à 5. Transports, sorties en plein air, usages de médicaments ou de fertilisants, irrigations, de nombreux critères seront pris en compte. Avec son échelle de durabilité M-Check, le distributeur souhaite informer ses clients, en un coup d'œil, sur le bien-être animal et sur le bilan écologique.

Et le résultat n'est pas toujours positif: un morceau de boeuf, par exemple, n'obtiendra jamais mieux qu'une étoile …

Lire l’article
Link zum Artikel