DE | FR
Ayant appris que le Ministère public avait décidé de faire appel, l'élu UDC Ruben Ramchurn a décidé de contre-attaquer en faisant à son tour appel.
Ayant appris que le Ministère public avait décidé de faire appel, l'élu UDC Ruben Ramchurn a décidé de contre-attaquer en faisant à son tour appel.keystone

Non-respect des mesures Covid: un élu UDC fait appel de sa condamnation

Condamné à 3000 francs d'amende en juin pour non-respect des mesures sanitaires, Ruben Ramchurn, président de l'UDC Yverdon, avait vu sa sanction divisée par trois en novembre. Le Ministère public ayant fait appel en décembre, l'élu, représenté par Jean-Luc Addor, a décidé de l'imiter.
20.01.2022, 05:4920.01.2022, 12:46
Suivez-moi

En juin 2021, Ruben Ramchurn, président de l'UDC yverdonnoise, avait été condamné par ordonnance pénale à une amende de 3000 francs pour non-respect des mesures sanitaires. Il lui était notamment reproché d'avoir mal porté son masque à plusieurs reprises en public et d'avoir tenu un stand de son parti le 27 février 2021 alors qu'il était censé être en quarantaine, car il était cas contact.

Après avoir fait recours de cette décision, le conseiller communal a été jugé en novembre dernier par le Tribunal d'arrondissement du Nord vaudois. Si sa condamnation a été confirmée, l'élu a vu certaines charges être abandonnées et sa peine être réduite à 1000 francs. L'Yverdonnois affirme avoir été prêt à en rester là:

«Cela demande beaucoup d'énergie et d'argent. Le fait de faire diviser mon amende par trois m'a, en réalité, coûté beaucoup plus cher»
Ruben Ramchurn, président de l'UDC Yverdon

Mais l'affaire a connu un nouveau rebondissement en janvier. Ayant appris que le Ministère public avait décidé de faire appel, Ruben Ramchurn a décidé de contre-attaquer en faisant à son tour appel. Il dénonce un «acharnement» à son encontre.

Campagne politique et canular

Que souhaite-t-il obtenir grâce à cette démarche? «J'espère qu'on puisse présenter le problème sous un autre angle. Je n'ai jamais violé consciemment l'ordre sanitaire. Je suis juste un esprit critique et j'ai optimisé la liberté.» En ce qui concerne le non-respect de sa quarantaine, l'élu rappelle qu'il n'a reçu la notification du médecin cantonal par email que le 28 février, soit le lendemain des faits qui lui sont reprochés.

Problème: Ruben Ramchurn a été averti par téléphone dès le 26 février de sa mise en quarantaine. Selon le témoignage de l'opérateur du centre de traçage, l'élu UDC aurait réagi vivement à cette annonce, assurant qu'il ne comptait pas respecter la mesure.

«Comment pouvais-je savoir si le téléphone était vrai ou pas? On était en pleine campagne politique, cela aurait pu être un canular», se défend Ruben Ramchurn. Son appel lui donne une nouvelle chance d'être entendu et le feuilleton n'est donc pas terminé.

A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Cour suprême menacerait d'autres droits
La décision de la Cour suprême des Etats-Unis enterrant le droit à avorter a relancé les spéculations sur le sort d'autres droits acquis, comme le mariage homosexuel et le droit à la contraception. Et Joe Biden craint le pire.

«Dans de futurs dossiers» concernant, eux aussi, le respect de la vie privée, «nous devrions revoir toutes les jurisprudences», a écrit le juge de la haute juridiction Clarence Thomas, dans un argumentaire personnel qui accompagne la décision.

L’article