DE | FR

Boutcha: «C'est la main de ma maman, morte, sur cette photo»

Cette photo a très vite symbolisé la boucherie de Boutcha, en faisant le tour du monde. Aujourd'hui, elle a un visage, une histoire et... une orpheline. Olga, une réfugiée ukrainienne de 26 ans, a reconnu les ongles de sa maman sur un post Instagram.
07.04.2022, 11:3307.04.2022, 11:50
Suivez-moi

Boutcha, ses cadavres sans visages, ses poignets noués dans le dos, ses viols anonymes. Depuis début avril, la communauté internationale découvre jour après jour l'identité de plus de 400 Ukrainiens qui ont péri dans une extrême violence, non loin de Kiev. Parmi les photos qui ont fait le tour du monde, cette main. Au sol. De la boue sur les paumes, les ongles manucurés, un petit coeur dessiné sur l'annulaire. Aujourd'hui, si cette image a une histoire c'est...

Anastasia est une maquilleuse russe. Depuis la révélation des exactions perpétrées par les soldats de Poutine, une photo a particulièrement retenu son attention. Cette main lui était familière.

«J'ai immédiatement senti que la photo me blessait et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi»
Anastasia, sur son compte Instagram

Elle ne comprend que le lendemain. Cette dame sur la photo s'appelle Irina. Elle prenait des cours de maquillage dans l'institut d'Anastasia. «Pendant notre dernière leçon, elle avait les mêmes ongles.» Les larmes se sont mises à couler. Dans une interview accordée à BFM TV, elle raconte avoir décidé de poster son portrait sur Instagram pour lui rendre hommage. Il a été réalisé le 23 février, la veille de l'annonce de l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine.

Irina, la femme décédée à Boutcha, dont la photo a fait le tour du monde en début de semaine.
Irina, la femme décédée à Boutcha, dont la photo a fait le tour du monde en début de semaine.

«Pas la seule victime»

Le post Instagram a été posté mercredi 6 avril et il a très vite, et sans surprise, bouleversé une bonne partie d'internet. Mais un immense détail va particulièrement toucher Anastasia. Quelques heures après avoir offert un visage a la victime de Boutcha, elle découvre que la fille d'Irina a commenté sa photo.

«J'ai 26 ans, et j'ai l'impression que je suis morte avec elle»
Olga, la fille d'Irina, dans un commentaire Instagram.

Olga, la fille d'Irina:

«Après des mois de recherches, je pensais retrouver ma mère dans un hôpital. Je l'ai reconnue, morte, sur cette photo. Je n'avais pas de nouvelles d'elle, je pensais qu'elle était restée cachée dans une cave. Puis j'ai appris qu'on lui avait tiré dessus, qu'elle avait reçu une rafale de balles».
à BFM TV

Olga raconte enfin que sa famille tente aujourd'hui de rapatrier le corps de sa maman, «mais ça va prendre du temps. Je veux aussi dire que ma maman n'est pas la seule victime. On ne parle pas d'une dizaine de morts, ni d'une centaine, c'est plus de 300 victimes.»

Dimitri Peskov, porte-parole de la Russie invité sur LCI avec Rochebin

En savoir plus sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7 leçons sur la cyberguerre que la Russie mène aussi contre la Suisse
Les hackers d'élite russes et les campagnes de désinformation représentent un danger pour la Suisse et les autres démocraties occidentales. Un rapport récent montre que nous ne pourrons repousser ces attaques qu’en travaillant collectivement.

Vladimir Poutine ne mène pas seulement une guerre militaire d'extermination contre l’Ukraine: il tente aussi par tous les moyens de détruire notre démocratie.

L’article