DE | FR

Les propos d'Alain Soral sur la communauté LGBTQIA+ ne passent pas

Sur la base de la nouvelle norme pénale contre l'homophobie, Pink Cross, faîtière des hommes homo et bisexuels en Suisse, a décidé de porter plainte contre Alain Soral.
15.09.2021, 21:0417.10.2021, 10:36

L'idéologue franco-suisse d'extrême-droite, installé à Lausanne, a tenu des propos virulents contre la communauté LGBTQIA+ et contre une journaliste romande qui avait écrit un texte sur la diffusion en Suisse des idées de l'essayiste. A la suite de ces événements, Pink Cross, faîtière des hommes homo et bisexuels en Suisse, a décidé de porter plainte.

Les propos de l'idéologue avaient été dévoilés ce week-end par Le Matin Dimanche.

«On ne peut pas tolérer dans nos démocraties que l'on répande la haine et que l'on discrimine certaines parties de la société»
Muriel Waeger, la directrice romande de Pink Cross, sur les ondes de la RTS

L'essayiste controversé a déjà été condamné en France pour des propos visant la communauté juive. En Suisse, Pink Cross s'appuie sur la nouvelle norme pénale contre l'homophobie pour porter plainte. Depuis juillet 2020, l'article 261bis du Code pénal punit aussi les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle. La journaliste concernée a également porté plainte.

Des propos «pas anodins»

«Il est important que les plaintes déposées puissent créer des précédents juridiques qui permettent dans d'autres cas une condamnation», explique Mme Waeger à la Radio télévision suisse (RTS). Les propos tenus ne sont «pas anodins». Ils peuvent avoir des «conséquences directes» sur la santé mentale et le bien-être, «notamment chez les jeunes en phase de coming-out», a-t-elle ajouté.

Pour le syndicat des médias Syndicom, il est «essentiel que la justice vaudoise se saisisse du dossier». «Il est particulièrement intolérable qu'une journaliste soit la cible d'attaques personnelles pour avoir simplement fait son travail et que des appels à la haine homophobes soient publiés en toute impunité», indique un communiqué. Impressum s'est également indignée. (sda/ats)

50 ans du suffrage féminin

1 / 15
50 ans du suffrage féminin
source: archives sociales suisse
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Pride, en 2021, c'est vraiment toujours utile?

Ce samedi 11 septembre, Genève accueille la Pride après une annulation en 2020 pour cause de Covid. L'occasion pour les personnes LGBTQIA+ de mettre en avant leur communauté. Mais, à l'heure où les stars assument plus volontiers leur sexualité et où les coming out sont nombreux sur les réseaux sociaux: est-ce encore nécessaire aujourd'hui? Interviews.

Après la Zurich Pride le week-end passé, c'est au tour de Genève de vivre sa Marche des fiertés, ce samedi 11 septembre. Dès 14h, un cortège aux couleurs arc-en-ciel traversera la ville du Quai Wilson jusqu'au parc des Bastions. Annulée l'année dernière en raison de la pandémie, elle fait donc son grand retour. La Geneva Pride, «une grande manifestation qui vise à rassembler la communauté LGBTIQA+, (...) et à revendiquer des droits égaux pour tou·te·x·s», peut-on lire sur leur site internet.

Mais, …

Lire l’article
Link zum Artikel