DE | FR
Le quotidien fribourgeois a publié l'intégralité du discours de Vladimir Poutine du 24 février 2022.
Le quotidien fribourgeois a publié l'intégralité du discours de Vladimir Poutine du 24 février 2022.Image: Watson

La Liberté publie le discours de Poutine et les dents grincent

Samedi, le quotidien fribourgeois a publié l'intégralité du discours de Vladimir Poutine décrivant et justifiant l'invasion de l'Ukraine. Depuis, les réactions fusent sur les réseaux.
07.03.2022, 17:0408.03.2022, 09:19
Suivez-moi

Le discours de Vladimir Poutine du 24 février 2022 a été publié dans son intégralité dans le quotidien La Liberté. Ces mots, prononcés par le chef du Kremlin, racontent que l'envoi de militaires russes en Ukraine sert à libérer la population du Donbass: «Il fallait mettre fin sans délai à ce cauchemar – un génocide à l'égard des millions de personnes qui vivent là-bas et qui ne fondent leurs espoirs que sur la Russie».

Vladimir Poutine souligne aussi que «les pays de l'Otan soutiennent en Ukraine des ultranationalistes et des néonazis». Voici le texte publié par La Liberté.

Droit d'être entendu

Particularité de ce discours, il ne figurait pas dans un article, mais dans une page publicitaire. L'homme qui l'a payée est l'avocat fribourgeois Jean-Pierre Egger, connu notamment pour s'être recyclé dans la culture et la commercialisation du chanvre. L'avocat a motivé l'achat de cet espace par le principe latin du «Audiatur et altera pars», soit le droit dont bénéficie l'autre partie d'être entendue lors d'un procès. Comprenez, Vladimir Poutine doit aussi être entendu par le grand public et cela nous permettra de faire notre propre opinion. Interviewé dans 24 heures, Jean-Pierre Egger ajoute: «C’est comme la stéréo, il faut deux haut-parleurs pour forger son point de vue».

Réactions sur les réseaux

Mais ce discours justifiant l'opération militaire en Ukraine est-il audible pour autant? Vu les réactions sur les réseaux sociaux, la question n'a pas fini de faire débat.

Les commentaires fusent sur l'éditorial de <em>La Liberté</em>.
Les commentaires fusent sur l'éditorial de La Liberté.Facebook

Le rédacteur en chef de La Liberté, François Mauron, est personnellement pris à partie. «Si un dictateur entre en guerre avec un pays souverain, la liberté d’expression a quand même des limites, non?», commente un journaliste dans un groupe Facebook dédié aux médias romands. François Mauron, qui avait anticipé les réactions, a expliqué son choix dans un éditorial.

«"La Liberté" s'est longuement questionnée sur l'opportunité de le publier ou non. Mais force est de constater que ce texte ne contrevient en rien aux dispositions légales en vigueur en Suisse»
François Mauron, rédacteur en chef de La Liberté

Il ajoute que ce texte n'est ni négationniste ni raciste et que le refus de sa publication aurait constitué une violation de la liberté d'expression. Le rédacteur en chef souligne aussi que la décision de publier ce texte ne signifie en aucun cas un soutien au chef du Kremlin.

«Accepter de le reproduire ne signifie pas être d’accord avec ce qu’il exprime»
François Mauron, rédacteur en chef de La Liberté

Pas sûr que ce choix soit compris et partagé par le grand public ni par ses confrères.

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les diplomates de l'ONU quittent la salle lors d'un discours du ministre russe

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
6 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6
On sait qui a piégé les maires européens (et le Kremlin les adore)
Berlin, Madrid ou encore Vienne: les maires des capitales européennes ont reçu des appels du soit disant maire de Kiev. C'était «un tour» joué par la Russie.

L'information avait amusé (et un peu inquiété). Cette semaine, plusieurs maires de grandes capitales européennes ont reçu un appel de Vitali Klitschko, leur homologue de Kiev. Il se trouve que c'était une escroquerie.

L’article